Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

Moyen-orient

Le Parlement koweïtien introduit la peine de mort pour blasphème

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2012

Les délits de blasphème ou d'insulte au prophète Mahomet et à ses épouses seront désormais passible de la peine de mort au Koweït. Le Parlement a en effet adopté ce jeudi un amendement au code pénal en ce sens.

AFP - Le Parlement koweïtien a voté jeudi un amendement du code pénal introduisant la peine de mort pour des délits de blasphème et d'insulte au prophète Mahomet et à ses femmes.

Quarante six membres du Parlement, y compris des membres du gouvernement, ont voté pour ce durcissement de la loi qui doit encore faire l'objet d'une seconde lecture avant sa promulgation par le gouvernement, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Quatre élus chiites ont voté contre, deux n'ont pas pris part au vote et un élu sunnite proche des chiites s'est abstenu.

Les élus chiites ont demandé que ce durcissement s'applique à ceux qui insultent leur douze imams, ce qui a été rejeté par le Parlement, dominé par les sunnites.

Un chiite a été arrêté le mois dernier pour insulte au prophète Mahomet, à l'une de ses femmes, Aïcha, et à ses compagnons.

Le suspect, Hamad al-Naqi, est encore détenu pour interrogatoire et devrait être déféré devant la justice.

La justice koweïtienne a condamné lundi à sept ans de prison un sunnite pour avoir tenu des propos jugés insultants à l'égard de la communauté chiite sur Twitter.
 

Première publication : 12/04/2012

  • KOWEÏT

    Malgré sa victoire aux législatives, l'opposition risque d'avoir du mal à s'imposer

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le gouvernement présente sa démission

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le Parlement investi par des dizaines de manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)