Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Burkina faso autorise l'exhumation de la dépouille présumée de Thomas Sankara

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

World Press Photo : l’un des lauréats perd son prix

En savoir plus

POLITIQUE

"La réintégration de l’Iran dans la politique mondiale est nécessaire"

En savoir plus

POLITIQUE

"Marine Le Pen incarne un parti résolument anti-libéral de droite"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Évasion fiscale : "En 3 ans, les États ont pu récupérer 37 milliards d'euros"

En savoir plus

FOCUS

Mexique : les déplacés de la guerre des cartels

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hugh Jackman dans "Chappie" : enfin un rôle de méchant!

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : l'UMP et le PS vent debout contre le FN

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "La situation s'est beaucoup améliorée"

En savoir plus

Moyen-orient

Le Parlement koweïtien introduit la peine de mort pour blasphème

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2012

Les délits de blasphème ou d'insulte au prophète Mahomet et à ses épouses seront désormais passible de la peine de mort au Koweït. Le Parlement a en effet adopté ce jeudi un amendement au code pénal en ce sens.

AFP - Le Parlement koweïtien a voté jeudi un amendement du code pénal introduisant la peine de mort pour des délits de blasphème et d'insulte au prophète Mahomet et à ses femmes.

Quarante six membres du Parlement, y compris des membres du gouvernement, ont voté pour ce durcissement de la loi qui doit encore faire l'objet d'une seconde lecture avant sa promulgation par le gouvernement, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Quatre élus chiites ont voté contre, deux n'ont pas pris part au vote et un élu sunnite proche des chiites s'est abstenu.

Les élus chiites ont demandé que ce durcissement s'applique à ceux qui insultent leur douze imams, ce qui a été rejeté par le Parlement, dominé par les sunnites.

Un chiite a été arrêté le mois dernier pour insulte au prophète Mahomet, à l'une de ses femmes, Aïcha, et à ses compagnons.

Le suspect, Hamad al-Naqi, est encore détenu pour interrogatoire et devrait être déféré devant la justice.

La justice koweïtienne a condamné lundi à sept ans de prison un sunnite pour avoir tenu des propos jugés insultants à l'égard de la communauté chiite sur Twitter.
 

Première publication : 12/04/2012

  • KOWEÏT

    Malgré sa victoire aux législatives, l'opposition risque d'avoir du mal à s'imposer

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le gouvernement présente sa démission

    En savoir plus

  • KOWEÏT

    Le Parlement investi par des dizaines de manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)