Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré investi président par intérim

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 12/04/2012

Le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, a été investi à la tête du Mali, trois semaines après le putsch qui a plongé le pays dans la crise. Une entrée en fonction que les Maliens accueillent avec prudence. Reportage.

Trois semaines après un putsch ayant entraîné une série de crises au Mali, dont l’occupation de la partie nord du pays par des rebelles touareg et des milices islamistes, un vétéran de la politique malienne a été investi président par intérim ce jeudi 12 avril.

C’est au président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, que revient la responsabilité de diriger le pays, après un accord conclu la semaine dernière avec les membres de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Il succède à la junte militaire du capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (dit "ATT"), le 22 mars. À 70 ans, il a la lourde tâche de redresser un pays divisé dont la devise “Un but, un pays, une foi”, semble plus que jamais menacée.

"Le début de la fin"

L’unité du Mali, c’est ce qu'étaient venues défendre des milliers de personnes, rénuies mercredi dans un stade de Bamako. À la veille de la cérémonie d’investiture du président par intérim, les manifestants ont répondu à l’appel du Collectif des ressortissants du Nord-Mali (Coren), qui rassemble des habitants venus des régions tenues par la rébellion dans la moitié nord du pays, comme celles de Gao, Kidal et Tombouctou.

“Je suis venu soutenir ce mouvement car je suis du Nord et ma famille est toujours à Gao, confie Ali Maiga, étudiant à l’université de Bamako. Je suis venu parce que je crois que le Mali est un pays uni et je veux que nous vivions tous ensemble comme une nation.”

Il espère que la cérémonie de ce jeudi marquera “le début de la fin” des crises à répétition. “Nous devons laisser sa chance à Dioncounda Traoré. Je suis heureux qu’il soit investi président par intérim car cela marque un retour à l’ordre constitutionnel.”

Également présent mercredi au stade, Ibrahim Maiga a lui une opinion défavorable de son futur président. Ce professeur de littérature française assure n’avoir “aucune confiance” en Diouncounda Traoré. “Ce n’est pas l’homme du peuple. Il fait partie des gens qui ont mené ce pays au chaos. Je n’ai pas confiance en lui, je ne pense pas qu’il ait les capacités pour gouverner ce pays.”

Mission quasi-impossible

Désormais investi président, Diouncounda Traoré dispose de 40 jours pour organiser des élections. Un objectif que de nombreux experts jugent d’ores et déjà impossible à réaliser. Son premier défi sera de nommer un Premier ministre en charge de diriger un gouvernement d’union, en vue de la réunification du pays.

Dans la classe politique malienne, la rumeur fait état de nombreux candidats au poste. Il se murmure également que le poste convoité de ministre de la Défense pourrait échoir au capitaine Sanogo ou à un membre de son entourage. Étant donné le mal qu’a eu la junte à répondre au problème de défense le plus pressant du pays, cette nomination serait pour beaucoup une bien mauvaise nouvelle.

 

Première publication : 12/04/2012

  • MALI

    Dioncounda Traoré, un politique chevronné chargé de sortir le Mali de la crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Par peur des représailles, les Touareg de la capitale malienne prennent le large

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    L’avenir politique du Mali se joue dans un hôtel de luxe et un camp militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)