Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Une enquête préliminaire vise le financement de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré investi président par intérim

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 12/04/2012

Le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, a été investi à la tête du Mali, trois semaines après le putsch qui a plongé le pays dans la crise. Une entrée en fonction que les Maliens accueillent avec prudence. Reportage.

Trois semaines après un putsch ayant entraîné une série de crises au Mali, dont l’occupation de la partie nord du pays par des rebelles touareg et des milices islamistes, un vétéran de la politique malienne a été investi président par intérim ce jeudi 12 avril.

C’est au président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, que revient la responsabilité de diriger le pays, après un accord conclu la semaine dernière avec les membres de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Il succède à la junte militaire du capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (dit "ATT"), le 22 mars. À 70 ans, il a la lourde tâche de redresser un pays divisé dont la devise “Un but, un pays, une foi”, semble plus que jamais menacée.

"Le début de la fin"

L’unité du Mali, c’est ce qu'étaient venues défendre des milliers de personnes, rénuies mercredi dans un stade de Bamako. À la veille de la cérémonie d’investiture du président par intérim, les manifestants ont répondu à l’appel du Collectif des ressortissants du Nord-Mali (Coren), qui rassemble des habitants venus des régions tenues par la rébellion dans la moitié nord du pays, comme celles de Gao, Kidal et Tombouctou.

“Je suis venu soutenir ce mouvement car je suis du Nord et ma famille est toujours à Gao, confie Ali Maiga, étudiant à l’université de Bamako. Je suis venu parce que je crois que le Mali est un pays uni et je veux que nous vivions tous ensemble comme une nation.”

Il espère que la cérémonie de ce jeudi marquera “le début de la fin” des crises à répétition. “Nous devons laisser sa chance à Dioncounda Traoré. Je suis heureux qu’il soit investi président par intérim car cela marque un retour à l’ordre constitutionnel.”

Également présent mercredi au stade, Ibrahim Maiga a lui une opinion défavorable de son futur président. Ce professeur de littérature française assure n’avoir “aucune confiance” en Diouncounda Traoré. “Ce n’est pas l’homme du peuple. Il fait partie des gens qui ont mené ce pays au chaos. Je n’ai pas confiance en lui, je ne pense pas qu’il ait les capacités pour gouverner ce pays.”

Mission quasi-impossible

Désormais investi président, Diouncounda Traoré dispose de 40 jours pour organiser des élections. Un objectif que de nombreux experts jugent d’ores et déjà impossible à réaliser. Son premier défi sera de nommer un Premier ministre en charge de diriger un gouvernement d’union, en vue de la réunification du pays.

Dans la classe politique malienne, la rumeur fait état de nombreux candidats au poste. Il se murmure également que le poste convoité de ministre de la Défense pourrait échoir au capitaine Sanogo ou à un membre de son entourage. Étant donné le mal qu’a eu la junte à répondre au problème de défense le plus pressant du pays, cette nomination serait pour beaucoup une bien mauvaise nouvelle.

 

Première publication : 12/04/2012

  • MALI

    Dioncounda Traoré, un politique chevronné chargé de sortir le Mali de la crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Par peur des représailles, les Touareg de la capitale malienne prennent le large

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    L’avenir politique du Mali se joue dans un hôtel de luxe et un camp militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)