Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

REPORTERS

Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dice Kayek illumine la semaine de la haute couture à Paris

En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l’est ukrainien

    En savoir plus

  • Dans l'enfer des prisons secrètes de la CIA

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Bagdad accuse les forces kurdes de la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré investi président par intérim

©

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 12/04/2012

Le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, a été investi à la tête du Mali, trois semaines après le putsch qui a plongé le pays dans la crise. Une entrée en fonction que les Maliens accueillent avec prudence. Reportage.

Trois semaines après un putsch ayant entraîné une série de crises au Mali, dont l’occupation de la partie nord du pays par des rebelles touareg et des milices islamistes, un vétéran de la politique malienne a été investi président par intérim ce jeudi 12 avril.

C’est au président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, que revient la responsabilité de diriger le pays, après un accord conclu la semaine dernière avec les membres de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Il succède à la junte militaire du capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (dit "ATT"), le 22 mars. À 70 ans, il a la lourde tâche de redresser un pays divisé dont la devise “Un but, un pays, une foi”, semble plus que jamais menacée.

"Le début de la fin"

L’unité du Mali, c’est ce qu'étaient venues défendre des milliers de personnes, rénuies mercredi dans un stade de Bamako. À la veille de la cérémonie d’investiture du président par intérim, les manifestants ont répondu à l’appel du Collectif des ressortissants du Nord-Mali (Coren), qui rassemble des habitants venus des régions tenues par la rébellion dans la moitié nord du pays, comme celles de Gao, Kidal et Tombouctou.

“Je suis venu soutenir ce mouvement car je suis du Nord et ma famille est toujours à Gao, confie Ali Maiga, étudiant à l’université de Bamako. Je suis venu parce que je crois que le Mali est un pays uni et je veux que nous vivions tous ensemble comme une nation.”

Il espère que la cérémonie de ce jeudi marquera “le début de la fin” des crises à répétition. “Nous devons laisser sa chance à Dioncounda Traoré. Je suis heureux qu’il soit investi président par intérim car cela marque un retour à l’ordre constitutionnel.”

Également présent mercredi au stade, Ibrahim Maiga a lui une opinion défavorable de son futur président. Ce professeur de littérature française assure n’avoir “aucune confiance” en Diouncounda Traoré. “Ce n’est pas l’homme du peuple. Il fait partie des gens qui ont mené ce pays au chaos. Je n’ai pas confiance en lui, je ne pense pas qu’il ait les capacités pour gouverner ce pays.”

Mission quasi-impossible

Désormais investi président, Diouncounda Traoré dispose de 40 jours pour organiser des élections. Un objectif que de nombreux experts jugent d’ores et déjà impossible à réaliser. Son premier défi sera de nommer un Premier ministre en charge de diriger un gouvernement d’union, en vue de la réunification du pays.

Dans la classe politique malienne, la rumeur fait état de nombreux candidats au poste. Il se murmure également que le poste convoité de ministre de la Défense pourrait échoir au capitaine Sanogo ou à un membre de son entourage. Étant donné le mal qu’a eu la junte à répondre au problème de défense le plus pressant du pays, cette nomination serait pour beaucoup une bien mauvaise nouvelle.

 

Première publication : 12/04/2012

  • MALI

    Dioncounda Traoré, un politique chevronné chargé de sortir le Mali de la crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Par peur des représailles, les Touareg de la capitale malienne prennent le large

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    L’avenir politique du Mali se joue dans un hôtel de luxe et un camp militaire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)