Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Afrique

Dioncounda Traoré investi président par intérim

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 12/04/2012

Le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, a été investi à la tête du Mali, trois semaines après le putsch qui a plongé le pays dans la crise. Une entrée en fonction que les Maliens accueillent avec prudence. Reportage.

Trois semaines après un putsch ayant entraîné une série de crises au Mali, dont l’occupation de la partie nord du pays par des rebelles touareg et des milices islamistes, un vétéran de la politique malienne a été investi président par intérim ce jeudi 12 avril.

C’est au président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, que revient la responsabilité de diriger le pays, après un accord conclu la semaine dernière avec les membres de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Il succède à la junte militaire du capitaine Amadou Sanogo, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (dit "ATT"), le 22 mars. À 70 ans, il a la lourde tâche de redresser un pays divisé dont la devise “Un but, un pays, une foi”, semble plus que jamais menacée.

"Le début de la fin"

L’unité du Mali, c’est ce qu'étaient venues défendre des milliers de personnes, rénuies mercredi dans un stade de Bamako. À la veille de la cérémonie d’investiture du président par intérim, les manifestants ont répondu à l’appel du Collectif des ressortissants du Nord-Mali (Coren), qui rassemble des habitants venus des régions tenues par la rébellion dans la moitié nord du pays, comme celles de Gao, Kidal et Tombouctou.

“Je suis venu soutenir ce mouvement car je suis du Nord et ma famille est toujours à Gao, confie Ali Maiga, étudiant à l’université de Bamako. Je suis venu parce que je crois que le Mali est un pays uni et je veux que nous vivions tous ensemble comme une nation.”

Il espère que la cérémonie de ce jeudi marquera “le début de la fin” des crises à répétition. “Nous devons laisser sa chance à Dioncounda Traoré. Je suis heureux qu’il soit investi président par intérim car cela marque un retour à l’ordre constitutionnel.”

Également présent mercredi au stade, Ibrahim Maiga a lui une opinion défavorable de son futur président. Ce professeur de littérature française assure n’avoir “aucune confiance” en Diouncounda Traoré. “Ce n’est pas l’homme du peuple. Il fait partie des gens qui ont mené ce pays au chaos. Je n’ai pas confiance en lui, je ne pense pas qu’il ait les capacités pour gouverner ce pays.”

Mission quasi-impossible

Désormais investi président, Diouncounda Traoré dispose de 40 jours pour organiser des élections. Un objectif que de nombreux experts jugent d’ores et déjà impossible à réaliser. Son premier défi sera de nommer un Premier ministre en charge de diriger un gouvernement d’union, en vue de la réunification du pays.

Dans la classe politique malienne, la rumeur fait état de nombreux candidats au poste. Il se murmure également que le poste convoité de ministre de la Défense pourrait échoir au capitaine Sanogo ou à un membre de son entourage. Étant donné le mal qu’a eu la junte à répondre au problème de défense le plus pressant du pays, cette nomination serait pour beaucoup une bien mauvaise nouvelle.

 

Première publication : 12/04/2012

  • MALI

    Dioncounda Traoré, un politique chevronné chargé de sortir le Mali de la crise

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Par peur des représailles, les Touareg de la capitale malienne prennent le large

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    L’avenir politique du Mali se joue dans un hôtel de luxe et un camp militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)