Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens en quête d’un avenir meilleur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens en quête d’un avenir meilleur

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

Economie

OAT10y : peur sur la dette française

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/04/2012

Une filiale de la bourse allemande introduit ce lundi, à quelques jours de la présidentielle, un nouveau produit financier qui, selon ses détracteurs, permettra au marché de spéculer contre la dette française.

Un nouveau nuage vient d’apparaître à l’horizon de la dette française. Un nuage qui s’appelle OAT10y (Obligations à long terme du Trésor français à dix ans) et que François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a dénoncé lors de son grand meeting à Vincennes dimanche 15 avril. OAT10y est un produit financier que l’Eurex, filiale du groupe boursier allemand Deutsche Börse, propose aux investisseurs depuis lundi 16 avril. Un outil qui risque de plaire aux spéculateurs et que l’écrivain-gestionnaire de portefeuilles Marc Fiorentino a qualifié d’”arme fatale contre la dette française”, dans un édito publié jeudi sur le site MonFinancier.com.

En apparence OAT10y n’a pourtant pas l’air bien méchant, et pourrait même s’avérer utile. Il s’agit, en fait, d’un “future”, une catégorie connue de produits dérivés qui permet en théorie au porteur d’obligations sur la dette d’un pays de se prémunir contre les fluctuations du marché. Un “future” fonctionne un peu comme une assurance : au bout de 10 ans, l’investisseur qui a acheté un OAT10y sera payé une somme fixée à l’origine avec le vendeur même si entre-temps le cours de la dette française s’est effondré. “Ce ‘future’ est l’équivalent pour la France du Bund sur la dette allemande qui est l’un des produits les plus populaires sur l’Eurex”, explique à FRANCE 24 Eric Valatini, un trader français pour une grande banque internationale.

Théorie du complot

Mais comme d’autres produits financiers dérivés - notamment les CDS (Credit default swap) - OAT10y a une face sombre. “Si des hedge funds ou autres spéculateurs souscrivent massivement à ces OAT10y, ils feront passer le message qu’il y a un risque à long terme sur la dette française, ce qui entraînera un effondrement du cours des obligations émises par le Trésor français”, explique Eric Valatini. C'est un mécanisme similaire qui avait permis aux spéculateurs de miser pour faire chuter le cours des obligations grecques en souscrivant massivement des CDS en 2010. “OAT10y est comme un marteau qui peut être utile si on s’en sert pour enfoncer un clou mais peut aussi devenir une arme si on l’utilise pour taper sur son voisin”, note le site francophone spécialisé dans la finance MarginCall dans un article consacré à cette nouveauté financière que veut imposer l’Eurex.

C’est ce risque qui inquiète Marc Fiorentino. Même Jean-Pierre Jouyet, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF), a estimé jeudi qu’OAT10y n’était “pas un bon signal”. C’est surtout un étrange timing. “On se demande pourquoi alors que la dette française est encore fragile, que la situation économique européenne est tendue et surtout qu’on est à une semaine de l’élection présidentielle, Eurex veut introduire un outil qui peut servir aux spéculateurs”, résume Eric Valatini.

Cette proximité avec une échéance électorale majeure fait plonger Marc Fiorentino dans le grand bain des théories du complot. “On va dire que c'est un hasard si quelques jours avant l'élection présidentielle les spéculateurs du monde entier se dotent d'une arme fatale pour s'attaquer à la dette française”, écrit cet investisseur. OAT10y utilisé comme un levier par les marchés pour peser sur l’élection ? “Je pense qu’avant tout Eurex, dont le chiffre d’affaires est en baisse, cherche à attirer des investisseurs avec un produit qui fait parler de lui”, nuance Eric Valatini.

Première publication : 13/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Hollande hausse le ton contre les marchés financiers

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Quand le ballon rond nuit à la bonne marche des bourses...

    En savoir plus

  • BOURSES

    Alessio Rastani, courtier amateur et provocateur véritable

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)