Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

Economie

Google veut diviser son actionnariat pour mieux régner

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/04/2012

En marge des résultats financiers du premier trimestre, supérieurs aux prévisions, Google a annoncé qu'il allait diviser ses actions par deux en créant une nouvelle classe d'actions sans droit de vote. Une manière de garder le contrôle sur le groupe.

AFP - Le groupe internet Google a publié jeudi un bond de 61% de son bénéfice net au premier trimestre, ressorti supérieur aux attentes à 2,89 milliards de dollars, mais assorti d'un chiffre d'affaires resté juste en dessous des attentes.

Par ailleurs le groupe a annoncé que, huit ans après son entrée en Bourse, il allait diviser ses actions par deux en créant une nouvelle classe d'actions sans droit de vote, afin de pouvoir continuer à distribuer des actions sans pour autant diluer le pouvoir de décision.

"Nous avons une structure qui empêche les parties tierces de prendre le contrôle ou d'influencer indûment les décisions de la direction. Cependant la dilution quotidienne liée à des rémunérations de routine en actions et d'autres dilutions possibles, comme des acquisitions en titres, vont probablement saper (la structure actuelle du capital) et nos aspirations pour Google sur le très long terme", ont justifié le directeur général Larry Page et son cofondateur Sergey Brin dans une lettre aux actionnaires.

L'opération a pour effet de figer les droits de vote auxquels ont droit les actionnaires actuels.

Cette initiative, annoncée alors que Google se prépare à prendre le contrôle de l'équipementier Motorola Mobility, a déjà été approuvée par le conseil d'administration et doit être soumise au vote des actionnaires à l'assemblée générale des actionnaires le 21 juin. Toutefois vu que MM. Page et Brin, avec le président du conseil d'administration Eric Schmidt, contrôlent la majorité des droits de votes, son adoption ne fait pas de doute.

Au chapitre des résultats, le bénéfice trimestriel revient à 10,08 dollars par action, hors éléments exceptionnels, soit plus que les 9,65 dollars qu'attendaient les analystes.

Le chiffre d'affaires net affiche une progression de 24% à 10,65 milliards de dollars. Mais une fois déduites les commissions reversées aux sites partenaires, il s'affiche à 8,14 milliards de dollars, juste en deçà des 8,15 milliards qu'attendaient les analystes.

Première publication : 13/04/2012

  • INTERNET

    La bataille pour le "droit à l'oubli" d'un camping espagnol contre le géant Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    Rupert Murdoch voit en Google le "chef de file des pirates" en ligne

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google et Facebook accentuent leur bataille 2.0

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)