Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Le président par intérim et le Premier ministre arrêtés par des militaires

©

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/04/2012

Le président par intérim Raimundo Pereira ainsi que le Premier ministre Carlos Gomes Junior (photo) ont été arrêtés, jeudi soir, par des militaires à leur résidence respective. Ils sont toujours détenus par l'armée qui contrôle la capitale.

AFP - Un nouveau coup d'Etat militaire était accompli vendredi en Guinée-Bissau après l'arrestation du président intérimaire, du Premier ministre et du chef d'état-major, dans la capitale désormais quadrillée par les soldats, à deux semaines de la présidentielle du 29 avril.

Un "commandement militaire" installé à l'état-major a justifié ces nouveaux troubles dans la région, trois semaines après un putsch au Mali, en dénonçant un "accord secret" conclu entre l'exécutif et l'Angola. Dans ce pays très instable, les rumeurs de coup d'Etat se faisaient insistantes depuis des jours, à l'approche du second tour.

"L'armée confirme avoir déposé le président intérimaire Raimundo Pereira, le Premier ministre Carlos Gomes Junior et le chef d'état-major, le général Antonio Indjai. Les trois sont sains et saufs et se trouvent sous contrôle de l'armée", dit un communiqué vendredi soir, levant toute ambiguïté sur ce qui se tramait depuis la veille.

L'assaut --condamné par l'ONU et la Maison blanche-- a été lancé jeudi soir, principalement sur la résidence à Bissau de Carlos Gomes Junior, homme fort de l'exécutif et favori du scrutin. Sa maison a été attaquée à la roquette, pendant que des militaires prenaient le contrôle de la radio nationale et bouclaient la ville.

Carlos Gomes Junior a été "conduit à la base de San Vicente", à 45 km au nord de Bissau, a-t-on appris de sources militaire et diplomatique. Le lieu de détention du président Pereira et du général Indjai n'était pas connu.

Plusieurs responsables politiques ont également été arrêtés et conduits au siège de l'état-major, selon une source militaire.

Vendredi, les soldats ont quadrillé la ville, à pied ou en pick-up. Certains étaient postés devant des ministères et le siège du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir).

La radio publique, coupée depuis jeudi soir, a recommencé à émettre.

Elle diffusait exclusivement de la musique et des communiqués laconiques émanant du "commandement militaire".

"Accord secret" avec l'Angola

Le "commandement" a assuré n'avoir "aucune ambition pour le pouvoir" et a proposé un "gouvernement d'union nationale" lors d'une réunion avec les partis politiques. Mais il s'y attribue d'office les ministères de la Défense et de l'Intérieur, et a décrété un couvre-feu de 21H00 à 06H00 (locales et GMT).

Les putschistes ont pour la première fois montré leur visage au cours de la réunion, où le PAIGC était absent: les principaux chefs de l'armée, excepté Antonio Indjai, étaient là.

Les militaires prétendent avoir voulu contrer les "manoeuvres" du gouvernement destinées à "faire éliminer les forces armées bissau-guinéennes par une force étrangère".

Ils dénoncent un "accord militaire secret" conclu selon eux entre le pouvoir et l'Angola. En cause: la mission militaire angolaise (Missang) présente depuis 2011 dans le pays et qui servait, selon les militaires bissau-guinéens, à "protéger le gouvernement en cas de crise".

Lundi à Bissau, le chef de la diplomatie angolaise, Georges Chicoty, avait annoncé le prochain retrait de la force comptant au moins 200 éléments.

Ex-puissance coloniale, le Portugal a défendu la mission angolaise, "un facteur de sécurité et non un facteur d'instabilité", et dénoncé "avec véhémence" le coup.

La présidence angolaise de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) est allée jusqu'à brandir la menace de poursuites devant la Cour pénale internationale.

Les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont exigé "le rétablissement immédiat de l'ordre constitutionnel et du gouvernement légitime" pour permettre aux élections d'avoir lieu comme prévu.

La Maison Blanche a également condamné ce coup d'Etat, exigeant la "restauration immédiate du gouvernement légitime" de ce pays d'Afrique de l'Ouest. "Nous appelons à la libération de tous les dirigeants gouvernementaux et pressons toutes les parties de résoudre leurs différends à travers le processus démocratique", a déclaré un porte-parole du président Barack Obama.

L'UA a fustigé un putsch "inadmissible" et exigé la libération immédiate des personnalités détenues. La France a condamné "l'usage de la violence" et les Etats-Unis ont exhorté Bissau à "restaurer le leadership légitime des civils".

La Guinée-Bissau a une histoire jalonnée de putschs, de tentatives de coups d'Etat militaires et de violences politiques depuis son indépendance en 1974. Elle est devenue ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe.

La situation politique était tendue depuis plusieurs jours. Jeudi, quelques heures avant les troubles, l'opposition menée par l'ex-président Kumba Yala, qui était censé affronter le 29 avril Carlos Gomes Junior, avait appelé au boycottage de la présidentielle et mis en garde quiconque ferait campagne.
 

Première publication : 13/04/2012

  • GUINÉE-BISSAU

    Tentative de putsch à deux semaines du second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • GUINÉE-BISSAU

    L'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior arrive en tête du premier tour

    En savoir plus

  • GUINÉE-BISSAU

    La majorité des candidats réclame l'annulation de la présidentielle

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)