Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Après la Grèce, le Portugal ratifie à son tour le pacte budgétaire européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/04/2012

Le Parlement portugais a ratifié ce vendredi le pacte budgétaire européen qui renforce les objectifs d'équilibre des comptes nationaux. Le Portugal du Premier ministre Pedro Passos Coelho est le deuxième pays, après la Grèce, a approuvé ce texte.

AFP - Le parlement portugais a ratifié vendredi le pacte budgétaire européen qui fait de la discipline et de la rigueur les principaux instruments pour lutter contre la crise de la dette.

Le parlement portugais a également adopté le Mécanisme européen de stabilité (MES), destiné à soutenir les pays de la zone euro qui, comme le Portugal, connaissent des difficultés financières.

Le Portugal a été ainsi le second pays de l'Union européenne, après la Grèce, à ratifier le pacte et le MES. La Grèce les avait approuvés fin mars.

Le pacte budgétaire a été voté par la majorité de droite et l'opposition socialiste, à l'exception de deux députés, et rejeté par la gauche radicale.

Signé le 2 mars à Bruxelles par 25 pays membres de l'Union européenne, le pacte commencera à s'appliquer dès que 12 Etats l'auront ratifié.

Actuellement sous assistance financière, le Portugal a demandé en mai 2011, après la Grèce et l'Irlande, une aide exceptionnelle de l'UE et du FMI. En échange d'un prêt sur trois ans de 78 milliards d'euros, il s'est engagé à mettre en oeuvre un vaste plan de réformes, marqué par une austérité sans précédent.

Jusqu'à présent le gouvernement est parvenu à respecter l'essentiel des objectifs recommandés par ses créanciers, réussissant par exemple à ramener l'année dernière son déficit public à 4,2% du PIB alors qu'il avait atteint 9,8% en 2010.

Le Premier ministre Pedro Passos Coelho a insisté au parlement sur l'importance pour le Portugal "de retrouver la confiance des marchés".

Première publication : 13/04/2012

  • PORTUGAL

    Grève générale contre la politique d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Lisbonne dans les pas d'Athènes ?

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    Le Portugal obtient un satisfecit de la Troïka

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)