Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le fils de l'ex-président Rabbani prend la tête du Haut Conseil pour la paix

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/04/2012

Salahuddin Rabbani a été nommé à la tête du Haut Conseil pour la paix, organe chargé d’œuvrer pour la réconciliation avec les Taliban. Son père, l'ex-président Burhanuddin Rabbani, a été assassiné en septembre alors qu'il occupait ce même poste.

REUTERS - Le gouvernement afghan a désigné samedi à la tête du Haut Conseil pour la paix le fils de l'ex-président Burhanuddin Rabbani, assassiné en septembre dernier alors qu'il dirigeait cet organe chargé du processus de réconciliation avec les taliban.

Salahuddin Rabbani occupe actuellement la fonction d'ambassadeur en Turquie.

Son père a péri dans un attentat suicide le 20 septembre dernier à Kaboul. Son assassinat a porté un coup sévère aux efforts entrepris pour tenter de réintégrer les insurgés dans le jeu politique afghan.

Il a aussi nui aux relations entre Kaboul et Islamabad, des responsables afghans ayant accusé les services pakistanais du renseignement (la puissante Inter Services Intelligence (ISI, services secrets de l'armée pakistanaise) d'avoir joué un rôle dans sa mort.

L'enquête a révélé que le kamikaze était un Pakistanais et, selon les aveux d'un homme impliqué dans l'attentat, que l'assassinat avait été préparé au Pakistan, ce qu'a démenti Islamabad.

La désignation de Salahuddin Rabbani met un terme à sept mois de vacance à la tête du Haut Conseil pour la paix, où siègent 70 membres. Elle intervient dans une période de recrudescence des opérations menées par l'insurrection après les mois d'accalmie imposée par les rudesses de l'hiver afghan.

Dans un communiqué diffusé par la présidence afghane, le nouveau président du Haut Conseil pour la paix souligne que "la présence de troupes étrangères a prolongé le conflit et l'insécurité". Une phrase qui devrait plaire aux taliban.

"Nous réaliserons des progrès dans le processus de paix lorsque le pouvoir sera aux mains des Afghans. Sans cela, nous ne pouvons pas faire avancer le processus ni obtenir la confiance de la nation", poursuit-il.

Mais sa tâche sera ardue: les taliban refusent de négocier avec le gouvernement d'Hamid Karzaï, qu'ils considèrent comme un "laquais" de Washington.


 

Première publication : 14/04/2012

  • AFGHANISTAN

    Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Aux funérailles de Rabbani, Karzaï s'engage à poursuivre les efforts de paix

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)