Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Lutte contre Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Lutte contre Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

Economie

Pékin élargit la flexibilité du taux de change du yuan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/04/2012

La Chine a annoncé samedi autoriser sa monnaie à davantage fluctuer, afin de mieux tenir compte du marché et de répondre aux pressions de ses partenaires commerciaux. Pékin garde cependant toujours un contrôle étroit du cours du yuan.

AFP - La Chine a annoncé samedi élargir la marge de fluctuation de sa monnaie, tout en conservant un strict contrôle de son cours, afin de mieux tenir compte du marché et de répondre aux pressions de ses partenaires commerciaux qui exigent une réévaluation plus rapide du yuan.

La marge de fluctuation du renminbi ("monnaie du peuple", nom officiel du yuan), qui était de plus ou moins 0,5% par rapport au dollar, va être élargie à 1% à partir de lundi, a indiqué la Banque populaire de Chine (BPC, banque centrale).

Cette réforme permet à la devise chinoise de fluctuer davantage en fonction du marché, même si Pékin ne lâche pas la bride, selon des analystes.

La réforme annoncée a pour objectif de "répondre aux exigences du marché (...) et améliorer la flexibilité du cours de change du renminbi dans les deux directions", a indiqué la BPC. Elle a promis de continuer de maintenir le yuan "à un taux de change fondamentalement stable et à un niveau d'équilibre".

La valeur du yuan est déterminée par la banque centrale, qui fixe son taux quotidiennement, et non par la loi de l'offre et de la demande comme c'est le cas pour la plupart des grandes monnaies de la planète. Pékin permet ainsi au renminbi de fluctuer légèrement autour de ce cours pivot arrimé au dollar.

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a "salué" samedi cette initiative "importante" qui "illustre l'engagement de la Chine à rééquilibrer son économie vers la consommation intérieure et permet aux forces du marché de jouer un plus grand rôle dans la détermination du niveau du taux de change".

La Chine affirme vouloir à terme rendre le yuan totalement convertible et se doter d'un système de taux change flottant librement.

Pékin, principal détenteur d'actifs monétaires américains au monde, craint une montée des risques à l'encontre de la valeur de son portefeuille. Pour se prémunir des aléas monétaires liés aux fluctuations de la devise américaine, les autorités chinoises cherchent à diversifier les points d'arrimage de leur monnaie.

L'écartement de la marge de fluctuation permet aussi à Pékin de répondre à ceux qui exigent une réévaluation plus rapide du renminbi.

Les Etats-Unis, qui ont enregistré en 2011 un déficit commercial record avec la Chine, estiment comme beaucoup de partenaires commerciaux de Pékin que le cours du yuan est sous-évalué, ce qui confère aux produits chinois un avantage compétitif indu.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a toutefois affirmé le mois dernier que le niveau du yuan s'était apprécié de 30% depuis 2005 par rapport au billet vert.

Pékin est de moins en moins enclin à favoriser une évaluation rapide du yuan, en raison du ralentissement de son économie très exposée à une chute des exportations.

La Chine a annoncé vendredi sa croissance trimestrielle la plus faible en près de trois ans. Et le gouvernement a ramené pour 2012 son objectif de croissance à 7,5%, contre 8% les années précédentes.

 

Première publication : 15/04/2012

  • COMMERCE INTERNATIONAL

    Pékin veut faire du yuan une arme de politique internationale

    En savoir plus

  • CHINE

    La Chine ravit au Japon la place de deuxième économie mondiale

    En savoir plus

  • MONNAIES

    Hu Jintao veut enterrer le dollar

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)