Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

Un ancien vice-président et des islamistes écartés de la présidentielle

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN , Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2012

Dix candidatures n'ont pas été retenues pour la présidentielle égyptienne. Celles de l'ancien chef des services secrets Omar Souleimane, du salafiste Hazem Abou Ismaïl et du candidat des Frères musulmans Khairat al-Chater ont notamment été écartées.

AFP - La commission électorale égyptienne a annoncé samedi avoir écarté dix candidats à la présidentielle prévue en mai, dont l'ancien vice-président Omar Souleimane, le membre des Frères musulmans Khairat al-Chater et le salafiste Hazem Abou Ismaïl.

Même si cette décision était attendue par certains, la nouvelle fait l'effet d'une bombe en Egypte et bouleverse l'échiquier politique à moins de six semaines du scrutin présidentiel prévu les 23 et 24 mai.

Les hommes de l'ancien régime

Les dix hommes écartés ont 48 heures pour contester la décision de la commission électorale.

Le Conseil suprême des forces armées, au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak en février 2011, va se réunir dimanche avec les chefs de partis "pour examiner la situation sur la scène intérieure", selon l'agence officielle Mena.

M. Souleimane, ancien chef des services secrets, a été disqualifié parce qu'il n'a pas réussi à obtenir les signatures d'électeurs dans 15 gouvernorats comme requis par la loi, a expliqué à l'AFP Tarek Aboul Ata, un responsable de la commission.

M. Chater, incarcéré jusqu'en mars 2011, a lui été écarté en raison d'une loi stipulant que toute personne ayant été condamnée à de la prison doit attendre six ans à partir de la fin de sa peine ou de la date de sa grâce avant de pouvoir retrouver ses droits civiques.

M. Abou Ismaïl ne peut quant à lui être candidat parce que sa mère a obtenu la nationalité américaine. La loi électorale stipule en effet que tout candidat à la magistrature suprême doit être uniquement égyptien, de même que ses parents et son épouse.

Parmi les candidats disqualifiés figure aussi l'opposant Ayman Nour, pour les mêmes raisons que M. Chater. Bien que le pouvoir militaire ait explicitement rétabli ses droits civiques, la justice administrative égyptienne lui a récemment interdit de se présenter.

Les Frères musulmans ont d'ores et déjà annoncé qu'ils allaient faire appel dimanche de cette décision, selon la Mena, tout comme M. Souleimane.

"La décision est politique", a estimé leur avocat Abdelmoneim Abdel Maqsoud, cité par l'agence. "La bataille juridique n'est pas terminée", a prévenu un des membres de la confrérie, Sobhi Saleh, à la télévision publique.

La confrérie islamiste, première force politique du pays, s'était préparée à une éventuelle invalidation de la candidature de M. Chater en présentant un second candidat, Mohammed Morsi, le président du Parti de la liberté et de la justice (issu des Frères musulmans).

Une source proche d'Omar Souleimane, citée par la Mena, a de son côté indiqué que l'ancien responsable contesterait la décision et entendait fournir les documents manquants.

M. Abou Ismaïl, dont les partisans avaient encerclé le siège de la commission électorale vendredi, a accusé les autorités, en particulier les militaires au pouvoir, de "jouer un jeu".

"Nous sommes maintenant face à un cas de violation de la loi égyptienne et de la Constitution", a-t-il déclaré à la télévision Hekma.

Vingt-trois personnes ambitionnant de diriger le pays le plus peuplé du monde arabe avaient déposé un dossier de candidature. Restent notamment en lice l'ancien membre des Frères musulmans Abdelmoneim Aboul Foutouh et l'ex-patron de la Ligue arabe Amr Moussa.

Le processus de dépôt des candidatures a été émaillé de coups de théâtre, comme l'annonce, presque à la dernière minute, de la candidature de M. Souleimane.

Le Parlement a approuvé peu après un amendement visant à interdire aux piliers de l'ère Moubarak de se présenter à des élections pour des postes à haute responsabilité. Le texte doit encore être approuvé par l'armée.

 

Première publication : 14/04/2012

  • ÉGYPTE

    Les ex-responsables de haut rang de l'ère Moubarak interdits de se présenter à la présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Omar Souleimane, pilier du régime Moubarak, brigue la présidence

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Khairat al-Chater, l'influent Frère musulman qui brigue la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)