Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Afrique

Une vidéo montre deux otages français enlevés par Aqmi au Mali en novembre 2011

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2012

Serge Lazarevic et Philippe Verdon apparaissent dans une vidéo tournée le 22 février qu'a pu visionner un journaliste de l'AFP ce samedi, au Burkina Faso. Les deux Français ont été enlevés par Aqmi au Nord-Mali en novembre dernier.

AFP - Une vidéo tournée fin février montre les deux Français enlevés en novembre 2011 dans le nord du Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon un journaliste de l'AFP à Ouagadougou qui a pu la visionner samedi.

Ce document est diffusé alors que le Nord malien est depuis deux semaines entièrement aux mains de rebelles touareg et de groupes islamistes armés, dont Aqmi, qui multiplie les rapts, essentiellement d'Occidentaux, depuis plusieurs années.

Sur cette vidéo tournée le 22 février, envoyée aux autorités du Burkina Faso qui l'ont transmise au gouvernement français, selon une source sécuritaire burkinabè, on voit les deux otages, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, enlevés le 24 novembre 2011 à Hombori (nord-est du Mali). Ils sont assis sur le sable devant une tente, le visage découvert et entouré d'un turban.

Visiblement affaibli, mais parlant d'une voix claire, Philippe Verdon dit être "ici dans le désert avec Aqmi dans des conditions extrêmement difficiles, notamment pour des raisons de santé".

"Je suis dans un état d'affaiblissement très, très important, je suis très inquiet", dit-il, ajoutant: "je sais que je ne vais pas tenir longtemps".

Philippe Verdon lance un appel au "président français Nicolas Sarkozy: je lui demande de faire tout ce qui est en sa possibilité pour essayer de dénouer cette situation".

"Les hommes d'Aqmi nous disent que les portes ne sont pas fermées dans les discussions et les négociations", ajoute-t-il.

"Visiblement, ils me disent qu'il y a des moudjahidine qui sont emprisonnés en Mauritanie et au Mali. Je constate, j'ai clairement compris, qu'il y a une volonté d'apaisement de la part d'Aqmi, (...) une volonté de trouver une solution qui soit dans l'intérêt de toutes les parties", affirme-t-il.

"Aujourd'hui, nous sommes le 22 février 2012, nous sommes dans le désert et je voudrais adresser un message à ma famille, à mes enfants, à leur mère, à mon épouse, pour leur montrer que je suis vivant, qu'il ne faut pas perdre espoir et que si les bonnes volontés se mettent en marche (...) je serai très prochainement avec vous tous", ajoute Philippe Verdon.

Serge Lazarevic, qui paraît mieux se porter que Philippe Verdon, mais parle d'une voix moins claire et moins longtemps, tient des propos similaires.

"Je demande à la France, au président Sarkozy, aux associations françaises, internationales et au peuple français, s'ils peuvent nous aider. Toute aide est la bienvenue, Aqmi est ouvert à la négociation", dit-il.

"Je remercie aussi M. Sarkozy s'il peut faire quelque chose pour nous", insiste-t-il, en appelant les "hommes politiques, de droite comme de gauche" à oeuvrer à sa libération.

"Je voudrais dire bonjour à ma famille, à (...) ma fille, à ses deux petits enfants, à son mari, à ma mère à ma soeur et à tous ceux que je connais pour leur dire que je suis bien vivant", dit-il avant de conclure: "c'est difficile, ça fait trois mois qu'on est là et j'espère que toutes les bonnes volontés, tous les gens en France s'engagent pour nous aider, je vous remercie".

Les deux hommes, présentés comme des géologues travaillant pour une société malienne, ont été enlevés par Aqmi dans leur hôtel à Hombori.

Ils font partie des six otages français retenus par cette organisation. Les quatre autres, collaborateurs du groupe nucléaire Areva et de son sous-traitant Satom, ont été capturés dans le nord du Niger le 16 septembre 2010.

Au total, Aqmi et un groupe considéré comme dissident, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), retiennent en otages vingt personnes, treize occidentaux et sept Algériens.

Les sept Algériens, des diplomates, ont été enlevés la semaine dernière à leur consulat à Gao (nord-est du Mali).

 

Première publication : 14/04/2012

  • EXCLUSIF FRANCE 24 - MALI

    Juppé prône le dialogue avec les rebelles touareg, mais pas avec Aqmi

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi diffuse les photos de cinq otages européens sur le Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)