Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

Moyen-orient

Les premiers observateurs du cessez-le-feu arrivent ce dimanche en Syrie

©

Vidéo par Florence THOMAZEAU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2012

Après l'adoption à l'unanimité d'une résolution par le Conseil de sécurité de l'ONU samedi, le déploiement d'observateurs chargés de superviser l'application du cessez-le-feu doit débuter ce dimanche en Syrie.

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé samedi pour la toute première fois une résolution sur la crise en Syrie, autorisant l'envoi d'observateurs pour surveiller le cessez-le-feu dans le pays, où de nouvelles violences ont été perpétrées.

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité de ses 15 membres la résolution 2042 qui va permettre le déploiement sur place d'une équipe de 30 observateurs non armés, dont les premiers arriveront dès dimanche.

"Cinq ou six" d'entre eux ont pris l'avion après le vote samedi, a indiqué à l'AFP Kieran Dwyer, porte-parole du département des opérations de maintien de la paix de l'ONU. Les autres devraient les rejoindre dans les prochains jours.

AU MOINS UN MILLION DE DéPLACéS EN SYRIE, SELON BAN KI-MOON

Au moins un million de personnes ont été déplacées à l'intérieur de la Syrie au cours des treize derniers mois de violences, a déclaré samedi le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

La responsable des opérations humanitaires de l'Onu Valérie Amos organisera la semaine prochaine à Genève une réunion sur l'aide à la Syrie, a par ailleurs annoncé le secrétaire général.

(AFP)



Ces observateurs proviendront notamment des contingents de Casques bleus opérant "dans la région", a-t-il précisé. Selon des diplomates, il pourrait s'agir de personnels de l'ONU venant du Liban, du Golan ou du Soudan et du Soudan du Sud.

Au total, la mission complète devrait compter 250 hommes, selon l'ONU. Son déploiement, sur plusieurs semaines, nécessitera une nouvelle résolution.

Moscou et Pékin, qui avaient bloqué des résolutions précédentes, ont donné leur accord après de longues tractations.

Mais au troisième jour du cessez-le-feu instauré conformément au plan de l'émissaire international Kofi Annan, le régime et les opposants continuent de s'accuser de violer la trêve, même si l'intensité des violences n'est pas comparable aux derniers mois où les victimes se comptaient chaque jour par dizaines.

Dans l'incident le plus meurtrier depuis la trêve, les forces de sécurité ont tué samedi quatre civils à Alep (nord), deuxième ville du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "De quel respect du cessez-le-feu parlent-ils? Le régime continue de tuer le peuple!" s'est insurgé Mohammad al-Halabi, un militant de la ville.

Les troupes ont aussi abattu un civil à Dmeir dans la province de Damas et bombardé Homs (centre) où un civil a péri, selon l'ONG. Parallèlement, deux membres des forces de sécurité sont morts dans une attaque à Deraa (sud).

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition syrienne, a salué la résolution onusienne, un "premier pas important de la communauté internationale".

Précisions avec notre correspondant à New York
A l'ONU, l'ambassadrice américaine Susan Rice a estimé peu après le vote que le regain de violence "fait douter à nouveau sérieusement de la volonté du régime" de Damas de respecter le cessez-le-feu.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères français, Alain Juppé, a espéré dans un communiqué que la résolution marque "un tournant vers une sortie de crise en Syrie".

Et Londres et l'Union européenne ont appelé la Syrie à coopérer avec les observateurs.

Contrairement aux mois précédents, les médias d'Etat rapportent depuis jeudi une grande partie des incidents signalés par les militants, les attribuant à des "groupes terroristes armés" accusés de vouloir "saboter le plan Annan".

En outre, de nouvelles manifestations ont en outre eu lieu dans plusieurs villes. Ce type de rassemblements étaient brutalement réprimés ces derniers mois. Les militants pro-démocratie ont appelé samedi sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011" à une "semaine de la révolution des Syriens". M. Assad est le seul chef d'Etat contesté dans la foulée du Printemps arabe toujours au pouvoir.

L'opposition a dit ne pas être rassurée quant à l'application du plan Annan visant à mettre fin à la répression depuis un an d'une révolte populaire, qui a fait plus de 10.000 morts selon l'OSDH.

"La présence d'observateurs va réduire les tueries sans aucun doute, mais comment 30 observateurs peuvent-ils travailler sur toute la Syrie?", s'est interrogé Samir Nachar, un responsable du Conseil national syrien.

La résolution 2042 exige des garanties du régime Assad sur la sécurité des observateurs, leur liberté de mouvement et la confidentialité de leurs déplacements, ce que les Russes avaient contesté dans un premier temps.

Première publication : 14/04/2012

  • ONU

    Le Conseil de sécurité autorise l'envoi d'observateurs en Syrie

    En savoir plus

  • LIVEBLOGGING

    L'opposition teste la capacité du régime de Damas à respecter le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pouvoir et opposition font état de violations du cessez-le-feu

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)