Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Amériques

Une affaire de prostitution entache le voyage de Barack Obama en Colombie

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2012

Une affaire de prostitution impliquant des membres du Secret Service, la police d'élite chargée de la sécurité du président américain, est venue ternir la visite de Barack Obama à Carthagène, où il participe actuellement au sommet des Amériques.

AFP - Le séjour de Barack Obama en Colombie ce week-end est entaché par un scandale, 11 gardes du corps et cinq militaires américains qui ont préparé la visite du président au sommet des Amériques étant soupçonnés d'avoir fréquenté des prostituées à Carthagène.

Cette affaire, qui a éclaté peu après l'arrivée de M. Obama vendredi dans la ville coloniale, a pris une nouvelle ampleur samedi, et contraint la Maison Blanche à assurer que le président restait concentré sur le programme officiel de sa visite.

Vendredi, le Secret Service, la police d'élite chargée de protéger M. Obama, a révélé que certains de ses membres étaient soupçonnés de "mauvaise conduite à Carthagène en Colombie, avant le voyage du président", sans plus de précisions.

Mais le Washington Post, citant le président de l'Association américaine des officiers de police fédéraux, a affirmé qu'au moins un de ces policiers avait été accusé d'être impliqué dans des relations avec des prostituées à Carthagène.

Samedi, "les membres du personnel impliqués ont été conduits au quartier général du Secret Service à Washington pour être interrogés", a indiqué le directeur adjoint de cette force, Paul Morrissey, en précisant dans un communiqué que "ces 11 employés ont été suspendus".

Toutefois, "aucun (de ces agents) n'était affecté à la protection directe du président", a précisé le responsable. "Ces actes n'ont eu aucune conséquence sur la capacité du Secret Service à mettre au point un plan de sécurité complet pour la visite du président à Carthagène", a-t-il insisté.

Plus tôt samedi, le commandement militaire américain pour l'Amérique du Sud (Southcom) avait révélé que cinq membres des forces armées, envoyés à Carthagène pour une mission de soutien au Secret Service, étaient eux aussi soupçonnés de "mauvaise conduite", apparemment au cours du même incident.

Les faits présumés qui leur sont reprochés "se seraient produits dans le même hôtel où séjournaient les agents du Secret Service rappelés", selon la même source.

Ces cinq personnes pourraient être déférées à la justice militaire, selon le Southcom, dont le chef, le général Douglas Fraser, a dit sa "déception" vis-à-vis d'un comportement présumé qui "n'est pas digne des critères attendus de la part de membres de l'armée américaine".

Interrogé sur ce scandale samedi lors d'un point de presse à Carthagène, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a assuré que M. Obama faisait toujours "pleinement confiance au Secret Service" et que sa sécurité n'avait pas été compromise.

Alors que cette affaire risquait d'éclipser dans les médias américains les enjeux de la participation de M. Obama au sommet de Carthagène au côté d'une trentaine d'autres chefs d'Etat et de gouvernement, M. Carney aussi promis que le président restait pleinement concentré sur le programme de cette réunion internationale.

"Ce qui nous intéresse ici, ce à quoi le président se consacre, ce sont les réunions auxquelles il participe, le potentiel formidable que l'intégration des économies des Amériques recèle pour développer les exportations américaines, faire croître les entreprises américaines et aider à créer des emplois américains", a expliqué le porte-parole.

Créé en 1865 pour lutter contre les faux-monnayeurs, une prérogative qu'il a conservée, le Secret Service a vu ses compétences s'étendre à la protection du président des Etats-Unis en 1901 après l'assassinat de William McKinley. Ses agents protègent aussi les dignitaires étrangers en visite aux Etats-Unis.

Depuis le début de la présidence Obama en janvier 2009, cette force s'est retrouvée au centre de plusieurs incidents.

Le plus notable s'était déroulé en novembre 2009 à la Maison Blanche, quand un couple avait réussi à déjouer les mesures de sécurité pour s'infiltrer dans un dîner d'Etat et approcher M. Obama.
 

Première publication : 15/04/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Éclaboussé par un scandale sexuel, le démocrate Anthony Wiener démissionne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)