Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : plusieurs morts et une centaine de disparus

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

Amériques

L'Argentine va exproprier la compagnie pétrolière espagnole YPF

©

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/04/2012

La présidente argentine Cristina Kirchner a décidé d'exproprier la compagnie pétrolière YPF contrôlée par l'espagnol Repsol. Madrid assure qu'il donnera "la réponse qui se doit" à cette "agression".

AFP - La présidente argentine Cristina Kirchner a décidé d'exproprier la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par l'Espagnol Repsol, dont l'Etat argentin et les provinces détiendront désormais 100%, selon une annonce officielle.

"Le patrimoine d'YPF Société Anonyme est déclaré sujet à expropriation", selon le texte de l'annonce officielle lu durant une cérémonie à laquelle assistait Mme Kirchner entourée de ses ministres et des gouverneurs des provinces du pays.

"51% appartiendra à l'Etat national" et "les 49% restant seront distribués entre les provinces productrices", selon l'annonce officielle, lue sous les applaudissements.

"Nous n'allons pas faire une nationalisation", a dit ensuite Mme Kirchner. "Nous allons faire une récupération", a-t-elle ajouté, soulignant que "la compagnie continuera à fonctionner comme une société anonyme, avec des directeurs professionnels".

"Cette présidente ne répondra à aucune menace", a-t-elle poursuivi. "Je suis un chef d'Etat, non une marchande de légumes", a-t-elle dit, ajoutant : "Toutes les entreprises présentes ici, même lorsque l'actionnariat est étranger, sont des entreprises argentines".

L'Espagne "va donner la réponse qui se doit" au projet d'expropriation d'YPF, a déclaré lundi la porte-parole du Parti Populaire (PP, droite) au pouvoir, Maria Dolores de Cospedal.

L'Espagne avait mis en garde dès vendredi l'Argentine contre une "agression" qui violerait "le principe de sécurité juridique", tout en appelant au "dialogue" pour résoudre le différend né de l'éventuelle nationalisation de la filiale argentine du groupe pétrolier Repsol YPF.

La prise de contrôle d'YPF se fera par le vote du projet de loi annoncé et le prix à payer aux actionnaires sera fixé par le Tribunal national d'évaluations.

Le président de Repsol YPF, Antoni Brufau, avait réclamé en vain dimanche "un dialogue" au gouvernement argentin. "Il faut parler, parler, ne rien imposer ni faire appel à la rhétorique", avait-il dit. "C'est en parlant que les gens se mettent d'accord", avait-il ajouté.

Accusée de ne pas assez investir, YPF, contrôlée par Repsol, s'est vu retirer ces dernières semaines 16 concessions pétrolières par une demi-douzaine de provinces.

Le gouvernement de Cristina Kirchner fait pression sur les compagnies pétrolières pour qu'elles augmentent leur production nationale, la facture pétrolière du pays ayant bondi l'an dernier de 110%, pour atteindre 9,4 milliards de dollars.

Repsol YPF est le leader sur le marché des combustibles en Argentine. Sa filiale argentine YPF, privatisée dans les années 1990, contrôle 52% des capacités de raffinage du pays et dispose d'un réseau de 1.600 stations-service.
 

Première publication : 16/04/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)