Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

L'aviation soudanaise bombarde un camp de l'ONU au Soudan du Sud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2012

L'aviation soudanaise a bombardé un camp de Casques bleus au Soudan du Sud, non loin de la frontière entre les deux voisins. L'ONU confirme l'attaque et précise qu'il n'y a pas de victimes à l'intérieur du complexe onusien.

AFP - L'aviation de Khartoum a bombardé un camp de Casques bleus de l'ONU en territoire sud-soudanais proche du Soudan, sans y faire de victime, dans une région où s'enchaînent depuis fin mars des affrontements entre deux voisins désormais au bord d'une guerre ouverte.

L'attaque s'est produite dimanche soir dans l'Etat sud-soudanais d'Unité, frontalier et riche en pétrole. Les bombes larguées par l'aviation soudanaise ont tué sept civils et fait 14 blessés aux alentours du camp onusien, dans le bourg de Mayom, a affirmé à l'AFP le ministre de l'Information de l'Etat d'Unité, Gideon Gatpan.

"Ils (les Soudanais) ont mené un autre bombardement ici hier, ils ont bombardé Mayom et Bentiu", capitale de l'Etat d'Unité située à une soixantaine de km plus à l'ouest, a poursuivi le ministre.

"Deux avions de chasse ont largué huit bombes à l'est de Bentiu (...) d'autres sont tombées sur des villages autour de Bentiu", a-t-il ajouté. Là, trois autres personnes ont, selon lui, été tuées, dont une femme enceinte.

Le porte-parole de la mission de maintien de la paix de l'ONU au Soudan du Sud (UNMISS), Kouider Zerrouk, a confirmé l'attaque sur le camp et l'absence de victimes à l'intérieur du complexe onusien.

Aucune réaction à ces informations n'a pu être immédiatement obtenue des autorités soudanaises.

Depuis fin mars, les armées des deux Soudans s'affrontement dans la région, en zone frontalière, essentiellement autour de la zone pétrolière de Heglig.

Riche en pétrole, Heglig, elle-même située à une soixantaine de km de Bentiu, assure environ la moitié de la production de brut du Nord, mais est aussi revendiquée par le Sud.

La situation s'est encore envenimée la semaine dernière, quand l'armée du Soudan du Sud a pris cette zone stratégique aux troupes soudanaises.

Juba a affirmé vendredi qu'elle ne s'en retirait qu'à de très strictes conditions, dont l'arrêt des bombardements soudanais et le repli de l'armée de Khartoum d'une autre zone contestée, Abyei. Mais dès dimanche, elle accusait le Nord de tenter d'ouvrir un nouveau front, à sa frontière nord-est.

Les relations entre les deux capitales sont tendues depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet dernier.

Mais jamais, depuis cette date, les affrontements n'avaient pris une telle ampleur et la communauté internationale, qui redoute de plus en plus une nouvelle guerre, ne cesse d'appeler les deux parties à la retenue. Avant des accords de paix signés en 2005, qui ont ouvert la voie à la partition du Soudan, le Nord et le Sud se sont déchirés dans des décennies de guerre civile.

Parmi les points de contentieux qui empoisonnent encore les relations Nord-Sud, figurent le tracé de la frontière commune, des accusations réciproques de soutien à des groupes rebelles et le partage des ressources pétrolières. Le Soudan du Sud a hérité des trois quarts des réserves de brut du Soudan d'avant sécession.

Depuis des mois, l'Union africaine (UA) tente une médiation pour régler ces différends. Mais face à la récente escalade, le Nord a annoncé son retrait des pourparlers.

Dimanche, l'Egypte, ancienne puissance coloniale du Soudan aux côtés des Britanniques, a à son tour proposé ses services pour dénouer la crise, dépêchant son ministre des Affaires étrangères, Mohammed Kamel Amr, dimanche à Khartoum et ce lundi à Juba.

"Nous sommes venus pour explorer des idées et des voies pour essayer de parvenir à une solution pacifique entre les deux nations," a-t-il déclaré à son arrivée à Juba. "Nous n'avons pas encore de proposition concrète," a-t-il cependant reconnu.

Première publication : 16/04/2012

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum lance une contre-attaque pour reprendre Heglig

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Retour au calme à la frontière entre les deux Soudans

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum et Juba appellent leurs populations à se préparer à la guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)