Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

EUROPE

Massacre de Katyn : la Cour européenne des droits de l'Homme condamne la Russie

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2012

Soixante-douze ans après le massacre de Katyn, au cours duquel 22 000 officiers polonais avaient été exécutés par l'armée soviétique, la CEDH a condamné la Russie pour non-respect des droits de leurs descendants.

REUTERS - Soixante-douze ans après l’exécution de près 22.000 officiers polonais par l’armée soviétique à Katyn, près de Smolensk, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné lundi la Russie pour non respect des droits de leurs descendants.

La juridiction du Conseil de l’Europe, saisie par quinze citoyens polonais, estime que la Russie a infligé un traitement inhumain » à dix d’entre eux, qui étaient de très proches parents des victimes, que la Russie n’a jamais informés du destin de leur père ou époux.

Ils ont subi un double traumatisme : ils ont perdu leurs proches pendant la guerre et, pendant plus de 50 ans, n’ont pu découvrir la vérité sur ces décès parce que les autorités communistes soviétiques et polonaises avaient déformé les faits historiques », affirme la Cour.

Le gouvernement polonais s’est félicité de la décision des juges de Strasbourg.

« Le fait que le massacre de Katyn soit désormais reconnu comme un crime de guerre dans la jurisprudence internationale est un fait important », a estimé à Varsovie Marcin Bosacki, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Si la Russie post-soviétique a finalement ouvert une enquête sur le massacre, en 1990, la décision de la clore, en 2004, n’a jamais été rendue publique.

La Cour se dit « frappée par l’évidente réticence des autorités russes à admettre la réalité du massacre de Katyn ».

L’attitude russe atteste, selon elle, d’un « franc mépris pour les préoccupations des requérants et d’une tentative délibérée de jeter la confusion sur les circonstances ayant mené au massacre de Katyn ».

Face au refus de la Russie de lui communiquer à elle-même la décision de 2004, la Cour condamne également Moscou pour manquement à son obligation de coopérer avec elle.

Condamnation symbolique

La Russie a néanmoins estimé que l’arrêt de la Cour lui était favorable sur le point, essentiel à ses yeux, d’une éventuelle réouverture de l’enquête.

La Cour de Strasbourg n’était pas habilitée à se prononcer sur les faits eux-mêmes, antérieurs à la Convention européenne des droits de l’homme, adoptée en 1950, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et à sa ratification par la Russie, en 1998.

Tout en affirmant le caractère imprescriptible de ce « crime de guerre » et l’obligation qui en découle, pour Moscou, de mener une enquête à son sujet, elle ne se prononce pas sur le caractère « effectif » de celle-ci, l’essentiel de la procédure s’étant déroulé avant cette dernière date.

« Ce point aurait été considéré comme une pression sur la Russie », a dit à l’agence Interfax Andrei Fedorov, un représentant du gouvernement russe.

La condamnation de la Russie, qui est susceptible d’appel, a une portée essentiellement symbolique, en l’absence de dommages alloués aux requérants.

Mais c’est la première fois qu’une juridiction internationale était amenée à se prononcer sur l’anéantissement en 1940 de l’élite de la nation polonaise, un crime de guerre dont Moscou a pendant cinquante ans accusé l’Allemagne hitlérienne.

Il a fallu attendre 1990 pour que le dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, admette la responsabilité du NKVD, la police secrète de Joseph Staline.

La Douma d’Etat, la chambre basse du Parlement russe, a adopté en novembre 2010 une résolution selon laquelle les documents conservés dans les archives secrètes du Kremlin prouvent que Staline a bien ordonné personnellement ce massacre.


 

Première publication : 16/04/2012

  • RUSSIE-POLOGNE

    Andrzej Wajda : "Katyn est toujours vivant dans la société polonaise"

    En savoir plus

  • RUSSIE-POLOGNE

    Poutine condamne le massacre de Katyn en 1940

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)