Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Début du procès d'Anders Behring Breivik, jugé pour le massacre d'Utoeya

©

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2012

L'auteur des tueries qui ont causé la mort de 77 personnes le 22 juillet 2011 en Norvège comparaît ce lundi devant le tribunal d'Oslo. Anders Behring Breivik plaide non coupable et affirme avoir agi en état de "légitime défense".

AFP - Anders Behring Breivik a plaidé non coupable lundi au premier jour de son procès et affiché un froid détachement alors que le procureur égrenait la liste des ses 77 victimes massacrées l'été dernier en Norvège.


"Je reconnais les faits mais pas ma culpabilité au sens pénal, et j'ai agi en état de légitime défense", a-t-il dit devant la cour.

Breivik, avait-il expliqué après son arrestation, estime avoir agi contre "des traîtres à la patrie" coupables, selon lui, de brader la société norvégienne à l'islam et au multiculturalisme.

Dès son entrée dans le prétoire, une fois débarrassé de ses menottes, Breivik s'est frappé le coeur de la main droite avant de tendre le bras, poing fermé, à l'adresse du public composé de familles de victimes, de survivants et de journalistes. Ce salut, explique-t-il dans son manifeste, représente "la force, l'honneur et le défi aux tyrans marxistes en Europe".

Vêtu d'un costume sombre, chemise blanche et cravate beige dorée, Breivik qui s'est présenté comme "écrivain" a déclaré aux juges: "Je ne reconnais pas le tribunal norvégien".

Lors d'une première pose en milieu de matinée, il ne daigne même pas se lever, contrairement à l'usage, au moment où les juges sortent.

Le procès portant sur le massacre le plus sanglant commis en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale a débuté à 09h00 (07h00 GMT), entouré d'importantes mesures de sécurité et d'un intérêt médiatique considérable. Il devrait durer dix semaines et, l'accusé ayant revendiqué le massacre, le principal point d'interrogation portera sur sa santé mentale.

La première journée doit être consacrée à la lecture de l'acte d'accusation et aux remarques préliminaires du ministère public qui poursuit Breivik, aujourd'hui âgé de 33 ans, pour "actes de terrorisme". Le témoignage de l'accusé doit être entendu mardi.

Or son avocat Geir Lippestad a déjà prévenu: "Il sera extrêmement difficile (...) d'écouter ses explications", d'autant qu'il va "déplorer de ne pas être allé plus loin" dans son carnage qu'il a qualifié d'"atroce mais nécessaire".

Les quelque 200 personnes ayant pris place dans le prétoire --pour moitié des proches des victimes et des rescapés et pour moitié des journalistes--, ont vu entrer Breivik, qui s'est forcé à des sourires crispés, quelques minutes avant l'arrivée de la juge Wenche Elizabeth Arntzen.

Les quatre experts-psychiatres chargés d'observer Breivik durant toute la procédure ainsi que les avocats de la défense et les procureurs étaient déjà en place.

La procureur Inga Bejer Engh a ensuite lu l'acte d'accusation et énuméré le nom des huit victimes mortes dans l'explosion de la voiture piégée près du siège du gouvernement, en précisant les causes de leur mort et en décrivant les dégâts matériels causés par l'explosion.

Durant ce temps, Breivik a gardé les yeux baissés, semblant lire un document.

"Un certain nombre de bâtiments y compris le bureau du Premier ministre (...) ne pouvaient être utilisés ni même fonctionner (...) pendant un certain temps", a rappelé Mme Bejer Engh, en estimant que ces attaques avaient en outre "créé la peur dans la population norvégienne".

Puis la procureur en est venue au carnage perpétré sur l'île d'Utoeya où, déguisé en policier, Breivik a froidement massacré 69 jeunes, la plupart d'une balle dans la tête. La majorité des victimes n'avaient pas encore 20 ans.

Dans le prétoire où régnait un silence quasi religieux, on n'entendait que la litanie des noms égrenés par Mme Bejer Engh. Les familles des victimes trahissaient leur profond dégoût pour l'accusé par des hochements de tête silencieux. Quelques un pleuraient.

Breivik, lui, gardait la tête et les yeux baissés, le visage totalement impassible comme s'il n'entendait pas la procureur déclarer solennellement: "L'accusé a commis des crimes extrêmement graves à une échelle qui n'avait jusqu'à présent jamais été observée dans notre pays à l'époque moderne".

Jugé psychotique et donc pénalement irresponsable par un premier rapport psychiatriques l'an dernier, Breivik a ensuite été déclaré sain d'esprit par une contre-expertise dont les résultats ont été publiés le 10 avril.

En dernier ressort, il reviendra aux cinq juges du tribunal d'Oslo de trancher à l'occasion de leur verdict attendu en juillet.

Si Breivik est reconnu pénalement responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourra ensuite éventuellement être prolongée aussi longtemps qu'il sera considéré comme dangereux.

Dans le cas contraire, il devra subir un traitement psychiatrique dans un établissement fermé, potentiellement à vie.

 

Première publication : 16/04/2012

  • NORVÈGE

    L'auteur de la tuerie d'Utoya reconnaît les faits mais ne plaide pas coupable

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Breivik maintenu en isolement complet

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Le pays rend hommage aux victimes de la tuerie d'Utoeya

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)