Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

EUROPE

Début du procès d'Anders Behring Breivik, jugé pour le massacre d'Utoeya

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2012

L'auteur des tueries qui ont causé la mort de 77 personnes le 22 juillet 2011 en Norvège comparaît ce lundi devant le tribunal d'Oslo. Anders Behring Breivik plaide non coupable et affirme avoir agi en état de "légitime défense".

AFP - Anders Behring Breivik a plaidé non coupable lundi au premier jour de son procès et affiché un froid détachement alors que le procureur égrenait la liste des ses 77 victimes massacrées l'été dernier en Norvège.


"Je reconnais les faits mais pas ma culpabilité au sens pénal, et j'ai agi en état de légitime défense", a-t-il dit devant la cour.

Breivik, avait-il expliqué après son arrestation, estime avoir agi contre "des traîtres à la patrie" coupables, selon lui, de brader la société norvégienne à l'islam et au multiculturalisme.

Dès son entrée dans le prétoire, une fois débarrassé de ses menottes, Breivik s'est frappé le coeur de la main droite avant de tendre le bras, poing fermé, à l'adresse du public composé de familles de victimes, de survivants et de journalistes. Ce salut, explique-t-il dans son manifeste, représente "la force, l'honneur et le défi aux tyrans marxistes en Europe".

Vêtu d'un costume sombre, chemise blanche et cravate beige dorée, Breivik qui s'est présenté comme "écrivain" a déclaré aux juges: "Je ne reconnais pas le tribunal norvégien".

Lors d'une première pose en milieu de matinée, il ne daigne même pas se lever, contrairement à l'usage, au moment où les juges sortent.

Le procès portant sur le massacre le plus sanglant commis en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale a débuté à 09h00 (07h00 GMT), entouré d'importantes mesures de sécurité et d'un intérêt médiatique considérable. Il devrait durer dix semaines et, l'accusé ayant revendiqué le massacre, le principal point d'interrogation portera sur sa santé mentale.

La première journée doit être consacrée à la lecture de l'acte d'accusation et aux remarques préliminaires du ministère public qui poursuit Breivik, aujourd'hui âgé de 33 ans, pour "actes de terrorisme". Le témoignage de l'accusé doit être entendu mardi.

Or son avocat Geir Lippestad a déjà prévenu: "Il sera extrêmement difficile (...) d'écouter ses explications", d'autant qu'il va "déplorer de ne pas être allé plus loin" dans son carnage qu'il a qualifié d'"atroce mais nécessaire".

Les quelque 200 personnes ayant pris place dans le prétoire --pour moitié des proches des victimes et des rescapés et pour moitié des journalistes--, ont vu entrer Breivik, qui s'est forcé à des sourires crispés, quelques minutes avant l'arrivée de la juge Wenche Elizabeth Arntzen.

Les quatre experts-psychiatres chargés d'observer Breivik durant toute la procédure ainsi que les avocats de la défense et les procureurs étaient déjà en place.

La procureur Inga Bejer Engh a ensuite lu l'acte d'accusation et énuméré le nom des huit victimes mortes dans l'explosion de la voiture piégée près du siège du gouvernement, en précisant les causes de leur mort et en décrivant les dégâts matériels causés par l'explosion.

Durant ce temps, Breivik a gardé les yeux baissés, semblant lire un document.

"Un certain nombre de bâtiments y compris le bureau du Premier ministre (...) ne pouvaient être utilisés ni même fonctionner (...) pendant un certain temps", a rappelé Mme Bejer Engh, en estimant que ces attaques avaient en outre "créé la peur dans la population norvégienne".

Puis la procureur en est venue au carnage perpétré sur l'île d'Utoeya où, déguisé en policier, Breivik a froidement massacré 69 jeunes, la plupart d'une balle dans la tête. La majorité des victimes n'avaient pas encore 20 ans.

Dans le prétoire où régnait un silence quasi religieux, on n'entendait que la litanie des noms égrenés par Mme Bejer Engh. Les familles des victimes trahissaient leur profond dégoût pour l'accusé par des hochements de tête silencieux. Quelques un pleuraient.

Breivik, lui, gardait la tête et les yeux baissés, le visage totalement impassible comme s'il n'entendait pas la procureur déclarer solennellement: "L'accusé a commis des crimes extrêmement graves à une échelle qui n'avait jusqu'à présent jamais été observée dans notre pays à l'époque moderne".

Jugé psychotique et donc pénalement irresponsable par un premier rapport psychiatriques l'an dernier, Breivik a ensuite été déclaré sain d'esprit par une contre-expertise dont les résultats ont été publiés le 10 avril.

En dernier ressort, il reviendra aux cinq juges du tribunal d'Oslo de trancher à l'occasion de leur verdict attendu en juillet.

Si Breivik est reconnu pénalement responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourra ensuite éventuellement être prolongée aussi longtemps qu'il sera considéré comme dangereux.

Dans le cas contraire, il devra subir un traitement psychiatrique dans un établissement fermé, potentiellement à vie.

 

Première publication : 16/04/2012

  • NORVÈGE

    L'auteur de la tuerie d'Utoya reconnaît les faits mais ne plaide pas coupable

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Breivik maintenu en isolement complet

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Le pays rend hommage aux victimes de la tuerie d'Utoeya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)