Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Afrique

La guerre, une option "contre-productive" pour les deux pays

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 09/07/2012

Les affrontements se multiplient à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud, indépendant depuis le 9 juillet dernier. Chercheur au Ceri, Roland Marchal met en garde contre une guerre ouverte qui aurait des "conséquences désastreuses".

Les deux Soudans sont au bord de la guerre. Depuis quelques semaines, Khartoum et Juba multiplient les coups de force sur leur frontière commune, au tracé toujours contesté. Après de premiers affrontements à la fin du mois de mars, les troupes sud-soudanaises ont franchi la frontière, le 10 avril, et se sont emparées d’Heglig, principal champ pétrolier de son voisin du nord.

En guise de représailles, l'aviation de Khartoum a bombardé, dimanche 15 avril, un camp de Casques bleus de l'ONU au Soudan du Sud, faisant 10 morts et 14 blessés parmi les civils qui se trouvaient aux alentours. Dans la foulée, le Parlement soudanais a adopté, ce lundi 16 avril, une résolution présentant le gouvernement du Soudan du Sud comme un "ennemi".

"Une guerre déstabiliserait la région toute entière"

S’ils ne sont pas officiellement en guerre, les deux pays traversent la crise la plus sérieuse depuis que le Soudan du Sud a fait sécession, en janvier 2011. Chercheur au Centre d'études et de recherches internationales (Ceri), spécialiste du Soudan, Roland Marchal refuse toutefois de céder à l’alarmisme. "La situation est grave, mais il faut bien voir qu’elle ne touche que les zones frontalières, tempère-t-il. Bien qu’elle en ait les moyens, l’aviation de Khartoum n’a pas bombardé de casernes militaires."

Selon lui, aucun des deux États n’a intérêt à aller jusqu’à la guerre, car un conflit ouvert aurait des conséquences "désastreuses" et "totalement contre-productives" pour les deux camps. "Le Soudan du Sud prend le risque de perdre la sympathie d’une bonne partie de la communauté internationale, tandis que le régime d’Omar el-Béchir s’isolerait encore un peu plus sur le plan diplomatique [le président soudanais est visé depuis 2009 par un mandat d’arrêt international émis par la Cour pénale internationale (CPI), NDLR]", analyse-t-il.

Surtout, Roland Marchal se demande si le Soudan et le Soudan du Sud prennent véritablement la mesure de leurs actes. "C’est à se demander si les deux camps réalisent qu’ils ne se dirigent pas vers un conflit interne mais vers une vraie guerre, qui déstabiliserait la région toute entière."

Une incrédulité partagée par l’ethnologue et chercheur au Centre d’études des mondes africains (Cemaf), Christian Delmet. Sur l’antenne de RFI, celui-ci qualifie d’"incompréhensible" la décision du Soudan du Sud de s’emparer d’Heglig. "Pourquoi Salva Kiir [le président sud-soudanais, NDLR] a-t-il décidé de s’emparer de ces puits alors qu’il n’a pas besoin de ce pétrole, qu’il avait entamé des négociations et qu’il était prêt à recevoir Omar el-Béchir ?", s’interroge-t-il.

Inquiétude de la communauté internationale

Les affrontements ont, pour l’instant, fait peu de victimes, mais ils ont rallumé le spectre de la guerre civile, qui a fait deux millions de morts entre 1983 et 2005. Les grandes puissances voient par ailleurs d’un mauvais œil ce regain de tension dans la région, moins d’un an après l’indépendance du Soudan du Sud, dans laquelle la communauté internationale s’était beaucoup investie.

"On n’a pas épuisé toutes les solutions. Les grandes puissances, les États-Unis, la Chine, mais aussi les Russes, le Qatar et les puissances régionales vont faire pression sur les deux parties afin qu’elles cessent les provocations", assure Roland Marchal.

Les États-Unis ont d'ailleurs condamné, lundi 16 avril, le bombardement du camp de l'ONU au Soudan du Sud, demandant aux deux pays de cesser "immédiatement et sans conditions" les hostilités pour reprendre les pourparlers.

Le chercheur veut croire que la tension va finir par retomber dans les deux capitales, "où il existe des gens raisonnables, d’un côté comme de l’autre". "Il faut espérer qu’ils puissent se faire entendre, car on est en train de détruire tout ce qui a été construit entre 2005 et 2011."

Première publication : 16/04/2012

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum considère officiellement le Soudan du Sud comme son "ennemi"

    En savoir plus

  • DARFOUR

    Le ministre soudanais de la Défense visé par un mandat d'arrêt de la CPI

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum et Juba appellent leurs populations à se préparer à la guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)