Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

FOCUS

Israël : Tsahal face aux minorités de la société israélienne

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Foliot, directeur adjoint du Programme alimentaire mondial

En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Gaza : reprise des affrontements entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

EUROPE

L’un des juges de Breivik renvoyé pour soupçons de partialité

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/04/2012

Thomas Indreboe (photo), un des trois juges non-professionnels du procès d’Anders Behring Breivik, a été récusé par le tribunal d’Oslo. Il aurait réclamé sur Internet la peine de mort pour l’accusé. Une opinion qui viole son devoir de réserve.

Coup de théâtre au procès d’Anders Behring Breivik, l'auteur du double attentat qui a fait 77 morts, le 22 juillet 2011, en Norvège. Ce mardi 17 avril, le tribunal d’Oslo a renvoyé l'un des cinq juges du très médiatique procès. L’homme, ainsi que deux de ses homologues, avaient été tirés au sort parmi des citoyens volontaires pour assister les deux juges professionnels lors des audiences.

Thomas Indreboe est soupçonné d’avoir tenu des propos semant le doute sur sa compétence à siéger. Ce réceptionniste, désigné conformément à un mécanisme de justice populaire en vigueur en Norvège, aurait écrit sur la page Facebook du journal "Verdens Gang" : "La peine de mort est la seule solution juste dans cette affaire!!!!!!!!!!" (voir ci-dessous). Des propos qui viennent quelque peu entacher cet esprit de tolérance si souvent revendiqué par la société scandinave face au massacre d’Utoya.

Capture d'écran de la page facebook où le commentaire de Thomas Indreboe apparaît

Ce message, s’il est prouvé qu’il a été rédigé par Thomas Increboe, est inacceptable pour une cour de justice. "Il est impossible de maintenir en poste un juge qui a déjà un parti pris. Cela empêche la tenue d’un procès équitable, explique à FRANCE 24 Laura Grosset, avocate au barreau de Paris. Il faut partir du principe que si un homme est déjà convaincu de la sentence à infliger à un accusé, la défense n’a plus lieu d’être. Aussi monstrueux cet homme soit-il, il a le droit à un procès juste et impartial", ajoute l’avocate, pour qui "l’impartialité est un droit fondamental". En d’autres termes, si ce droit est bafoué c’est le système judiciaire dans son ensemble qui est remis en cause.

Dualité entre le citoyen et le juré

Un argument corroboré par la juge Wenche Elizabeth Arntzen, qui préside le procès. Bien que la peine de mort ne figure pas dans l’arsenal pénal norvégien, ces propos "sont de nature à affaiblir la confiance" en son jugement, a-t-elle expliqué.

Les experts s'accordent à le dire : dans un système judiciaire populaire, il existe une sorte de dualité entre le citoyen que l’on est et le rôle de juré que l’on endosse. Thomas Indreboe s’est-il laissé submerger par l’horreur que lui aurait inspiré les crimes de Breivik ?

Alors que peu de manifestations de colère de la part des Norvégiens semblent s’être manifestées en public, nombre de pages Facebook témoignent, à l’instar de ce juge désavoué, de la haine qu’inspire à ses compatriotes le tueur d'Utoya. Or, lors d’un procès, l’émotion ne doit pas supplanter la réflexion. "Lorsqu’on siège dans une cour, il faut savoir se départir de ses opinions propres, écouter les deux parties [l’accusation et la défense] puis se forger un avis issu de ces débats. C’est un travail compliqué", reconnaît Laura Grosset, qui insiste sur le fait que poster cet avis sur Internet quand on enfile la robe d’un juge constitue une "violation de la Convention européenne des droits de l’Homme."

Première publication : 17/04/2012

  • NORVÈGE

    Anders Behring Breivik défie ses juges

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Anders Behring Breivik plaide non coupable au premier jour de son procès

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Début du procès d'Anders Behring Breivik, jugé pour le massacre d'Utoeya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)