Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

EUROPE

L’un des juges de Breivik renvoyé pour soupçons de partialité

©

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 17/04/2012

Thomas Indreboe (photo), un des trois juges non-professionnels du procès d’Anders Behring Breivik, a été récusé par le tribunal d’Oslo. Il aurait réclamé sur Internet la peine de mort pour l’accusé. Une opinion qui viole son devoir de réserve.

Coup de théâtre au procès d’Anders Behring Breivik, l'auteur du double attentat qui a fait 77 morts, le 22 juillet 2011, en Norvège. Ce mardi 17 avril, le tribunal d’Oslo a renvoyé l'un des cinq juges du très médiatique procès. L’homme, ainsi que deux de ses homologues, avaient été tirés au sort parmi des citoyens volontaires pour assister les deux juges professionnels lors des audiences.

Thomas Indreboe est soupçonné d’avoir tenu des propos semant le doute sur sa compétence à siéger. Ce réceptionniste, désigné conformément à un mécanisme de justice populaire en vigueur en Norvège, aurait écrit sur la page Facebook du journal "Verdens Gang" : "La peine de mort est la seule solution juste dans cette affaire!!!!!!!!!!" (voir ci-dessous). Des propos qui viennent quelque peu entacher cet esprit de tolérance si souvent revendiqué par la société scandinave face au massacre d’Utoya.

Capture d'écran de la page facebook où le commentaire de Thomas Indreboe apparaît

Ce message, s’il est prouvé qu’il a été rédigé par Thomas Increboe, est inacceptable pour une cour de justice. "Il est impossible de maintenir en poste un juge qui a déjà un parti pris. Cela empêche la tenue d’un procès équitable, explique à FRANCE 24 Laura Grosset, avocate au barreau de Paris. Il faut partir du principe que si un homme est déjà convaincu de la sentence à infliger à un accusé, la défense n’a plus lieu d’être. Aussi monstrueux cet homme soit-il, il a le droit à un procès juste et impartial", ajoute l’avocate, pour qui "l’impartialité est un droit fondamental". En d’autres termes, si ce droit est bafoué c’est le système judiciaire dans son ensemble qui est remis en cause.

Dualité entre le citoyen et le juré

Un argument corroboré par la juge Wenche Elizabeth Arntzen, qui préside le procès. Bien que la peine de mort ne figure pas dans l’arsenal pénal norvégien, ces propos "sont de nature à affaiblir la confiance" en son jugement, a-t-elle expliqué.

Les experts s'accordent à le dire : dans un système judiciaire populaire, il existe une sorte de dualité entre le citoyen que l’on est et le rôle de juré que l’on endosse. Thomas Indreboe s’est-il laissé submerger par l’horreur que lui aurait inspiré les crimes de Breivik ?

Alors que peu de manifestations de colère de la part des Norvégiens semblent s’être manifestées en public, nombre de pages Facebook témoignent, à l’instar de ce juge désavoué, de la haine qu’inspire à ses compatriotes le tueur d'Utoya. Or, lors d’un procès, l’émotion ne doit pas supplanter la réflexion. "Lorsqu’on siège dans une cour, il faut savoir se départir de ses opinions propres, écouter les deux parties [l’accusation et la défense] puis se forger un avis issu de ces débats. C’est un travail compliqué", reconnaît Laura Grosset, qui insiste sur le fait que poster cet avis sur Internet quand on enfile la robe d’un juge constitue une "violation de la Convention européenne des droits de l’Homme."

Première publication : 17/04/2012

  • NORVÈGE

    Anders Behring Breivik défie ses juges

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Anders Behring Breivik plaide non coupable au premier jour de son procès

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Début du procès d'Anders Behring Breivik, jugé pour le massacre d'Utoeya

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)