Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-orient

L'ONU mise sur le savoir-faire de ses observateurs

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 18/04/2012

La mission d'observation de l'ONU chargée de veiller au respect du cessez-le-feu en Syrie s'annonce difficile et périlleuse. Pour obtenir des résultats, les Nations unies misent sur la qualité de ses observateurs et leur expérience.

Après le fiasco de la mission d’observation de la Ligue arabe en Syrie, fin 2011, tous les regards sont désormais tournés vers celle de l’Onu, votée le 14 avril à l'unanimité par le Conseil de sécurité. Depuis dimanche, six observateurs non armés sont déjà sur le terrain. Placés sous la direction du colonel marocain Ahmed Himmiche, ils devraient être rejoints par 250 autres observateurs dans les prochaines semaines. Un renfort conditionné au vote d’une nouvelle résolution par le Conseil de sécurité.


"Multiplier les points de vue" 
 
Bombardements meurtriers sur Homs et Deraa

AFP - Les troupes gouvernementales bombardaient mardi des localités de la province de Deraa (sud) et des quartiers de Homs (centre), au deuxième jour de la mission des observateurs de l'ONU chargés d'évaluer le cessez-le-feu, a rapporté une ONG.

Dans la province de Deraa, au moins deux civils ont été tués et des dizaines d'autres ont été blessés dans les bombardements sur la localité de Basr al-Harir que les forces gouvernementales "tentent de mettre au pas", a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
 

Leur mission qui consiste à rendre compte des violations du cessez-le-feu entré en vigueur le 12 avril, conformément au plan de sortie de crise de l'émissaire onusien Kofi Annan, s’annonce difficile. Puisqu’en dépit de leur arrivée, les violences se poursuivent en Syrie, et ce même si elles ont sensiblement diminué en intensité.
 
"Ce n’est pas une mission facile, car généralement, dans les cas les plus fréquents, il existe une ligne de cessez-le-feu bien définie, or, en Syrie, la situation est beaucoup plus confuse puisque le conflit se déroule entre différents groupes et sur l’ensemble du territoire", explique à FRANCE 24, Yves Berthelot, ancien secrétaire général adjoint des Nations unies (de 1993 à 2000).
 
Pour y parvenir, les Nations unies misent sur la qualité de ses observateurs. "L’ONU a beaucoup d’expérience en la matière, puisqu’elle a déjà réalisé plusieurs dizaines de missions d’observation de ce type, souligne Yves Berthelot, il ne fait aucun doute que ses observateurs ont été triés sur le volet".
 
Volontaires et recrutés sur des listes proposées par les pays membres de l’ONU qui ont été désignés par le secrétariat général, ces observateurs sont issus de différents milieux professionnels. "Les effectifs sont principalement composés de militaires et de policiers ainsi que de civils comme des experts des droits de l'homme, des universitaires et des diplomates, afin de multiplier les points de vue", poursuit Yves Berthelot. Selon l'instance internationale, les 250 membres du contingent pourraient être majoritairement issus de troupes qui sont déjà présentes dans la région et qui pourraient donc être déployées "rapidement".
Ils sont ainsi réputés connaître les enjeux politiques régionaux et locaux. "Une nécessité qui permet d’éviter les manipulations par l’une ou l’autre partie du conflit", note l’ancien responsable onusien et auteur de "l’ONU pour les nuls" chez First Editions. 
 
"Écarter toute suspicion"
 
Yves Berthelot, ancien Secrétaire général adjoint des Nations Unies
Afin de garantir la neutralité de l’ensemble de l’équipe des observateurs, l’ONU favorise systématiquement la mise en place d’un effectif originaire d’une grande diversité de pays. "Il faut écarter toute suspicion autour de l’équipe afin d’éviter que des accusations de collusion viennent miner la probité des observateurs, ils doivent être acceptés par toutes les parties en présence, car faute d’accord, ils seront considérés comme partisans d’un côté ou de l’autre et ne seront plus crédibles", précise Yves Berthelot. Pis, leur sécurité serait alors mise en danger.
 
Ahmad Fawzi, le porte-parole de Kofi Annan, avait précisé lundi que les observateurs étaient de nationalités qui "satisfont les autorités syriennes", évoquant notamment des pays d'Asie, d'Amérique latine ou d'Afrique. Ce mardi 17 avril, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov a affirmé que la mission d'observation en Syrie devrait compter un nombre important de représentants de son pays, fidèle allié du régime de Bachar al-Assad.
 
Toutefois, l’ONU qui planche également sur la logistique de la mission (hébergement, moyens de transport et de communications indépendants) n’a pas encore réuni l’ensemble de l’effectif. "Le département des Opérations de maintien de la paix (de l'ONU) travaille 24 heures sur 24 pour trouver le nombre requis d'observateurs pour la mission complète", a récemment déclaré Ahmed Fawzi.
 

 

Première publication : 17/04/2012

  • SYRIE

    Violences meurtrières au premier jour de la mission des observateurs de l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Damas, les observateurs de l'ONU préparent leur délicate mission

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des dizaines de milliers de manifestants en Syrie, l'ONU examine une résolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)