Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

geurre en syrie, mossoul, relations russo-américaines Partie 2

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

remaniement ministeriel, brexit, conseil de l'Europe Partie 1

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pour le président Santos, le désarmement des Farc est un "jour historique"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Gouvernement Philippe II : les technocrates aux manettes ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron, l'Européen

En savoir plus

TECH 24

Passe ton code d'abord !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Année France-Colombie : le pays andin à l’honneur dans l’Hexagone

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiées syriennes en Jordanie : la menace Trump

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 18/04/2012

"Le troisième homme"

Presse française, Mercredi 18 avril. Au menu de la presse française ce matin, la bataille pour la troisième place à la présidentielle, entre François Bayrou, Marine Le Pen, et Jean-Luc Mélenchon.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

 On commence cette revue de presse française avec le Figaro, qui revient ce matin sur le suspense entretenu par François Bayrou sur son attitude entre les deux tours.

Le candidat du MoDem ne sera sans doute pas le troisième homme de cette présidentielle - en tout cas les sondages, pour le moment, ne le créditent que de 10 % environ des intentions de vote. Il n’empêche: François Bayrou reste toujours très courtisé, d’après le Figaro, par la droite, en faveur de laquelle l’ex-candidat centriste et ex-ministre Hervé Morin l’appelle à voter, et par la gauche, qui compte bien lui rappeler ses violentes prises de position contre Nicolas Sarkozy, qu’il a qualifié par le passé d’ «enfant barbare».

«Bayrou, recours toujours», écrivent pour leur part les Echos, en qui expliquant que le centriste continue de rêver à un «gouvernement de salut public, plus gestionnaire que partisan, finira par s’imposer tôt ou tard en France, comme en Italie», «un rêve ou une chimère qui va lui permettre une nouvelle fois d’éviter de choisir entre les deux tours, comme en 2007». François Bayrou qui parierait, aussi, sur l’explosion de l’UMP en cas de défaite de Nicolas Sarkozy, éclatement qui donnerait lieu à une recomposition de la droite et du centre, et pourrait le faire apparaître comme l’homme de l’alternance.

Mais le troisième homme de cette présidentielle pourrait être plutôt une femme, il s’agit, bien sûr, rappellent les Echos, de Marine Le Pen, qui «bataille pour la troisième place», et tente elle aussi de convaincre les indécis et les abstentionnistes, en martelant ce qu’elle présente comme un programme «antisystème»: la sortie de l’euro, l’arrêt de l’immigration, et la mise en place de la «préférence nationale», rebaptisée «priorité nationale».

La troisième place qui pourrait être ravie à François Bayrou et Marine Le Pen par Jean-Luc Mélenchon. Une percée que les Echos expliquent non seulement par «sa capacité à vociférer, à dénigrer, voire à insulter ceux qui nous gouvernent», mais aussi, et surtout, grâce à «la force de son intuition», qui a été «d’aller réveiller la nostalgie de la gauche héroïque et révolutionnaire».

Jean-Luc Mélenchon qui a fait de Marine Le Pen la première cible de ses attaques - et c’est à voir du côté de l’Humanité, qui titre ce matin: «Mettons le Pen hors jeu», en saluant la stratégie du Front de gauche qui a consisté à «dénoncer l’imposture de la famille Le Pen, de meeting en meeting, en prenant un à un ses arguments pour mieux les démonter».

A voir également ce matin, ces règlements de compte dont fait état le Figaro entre plusieurs membres de la majorité et certains anciens ralliés de l’UMP, qui appellent aujourd’hui à voter François Hollande. Il y a eu l’ancien haut commissaire aux Solidarités Martin Hirsch, et il y a désormais l’ex-secrétaire d’Etat Fadela Amara.

Du côté de Libération, il est question ce matin de l’embargo imposé sur la divulgation des sondages, qui commencera samedi prochain à minuit. Libération parle d’une obligation «archaïque», mise à mal désormais par les réseaux sociaux, twitter et autres facebook, mais aussi par la volonté affichée par les chaînes étrangères, la belge RTBF en tête, de ne pas respecter cet embargo.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2017 Brexit

"Theresa, pas besoin de partir!"

Au menu de la revue de presse internationale de ce vendredi 23 juin, le sommet européen de Bruxelles, la colère des Afro-Américains face aux "bavures" policières et la naissance...

En savoir plus

23/06/2017 Brexit

"Et si le Royaume-Uni restait..."

L’Europe et l’avenir de la Grande-Bretagne sont à la une de la presse française en ce vendredi 23 juin. Au menu également : le retour chez lui, à Pau, de François Bayrou après sa...

En savoir plus

22/06/2017 Obamacare

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

Dans cette revue de presse internationale du jeudi 22 juin : des indiscrétions sur le projet de réforme de santé aux États-Unis, le chapeau de la reine Élisabeth II est-il...

En savoir plus

22/06/2017 Remaniement ministériel

"Bayrou out : pas de quartiers"

La presse française s’intéresse évidemment en long et en large au remaniement ministériel intervenu hier en début de soirée. Pendant ce temps-là, la droite se déchire à...

En savoir plus

21/06/2017 Incendie

Fin des 3 jours de deuil national au Portugal

Dans cette revue de presse internationale : retour sur les terribles incendies au Portugal, les relations sino-américaines potentiellement affectées par la mort d'un étudiant...

En savoir plus