Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

Moyen-orient

Les pays membres de l'Otan se concertent sur l'après-2014 en Afghanistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2012

Réunis jusqu'à jeudi à Bruxelles, les pays membres de l'Otan engagés dans le conflit afghan ont entamé les discussions sur les modalités de retrait des troupes et du financement des forces de sécurité afghanes après 2014.

REUTERS - Le calendrier de retrait des troupes déployées en Afghanistan, qui donne lieu en France à une controverse entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, est au centre des deux jours de réunion des ministres de la Défense et des Affaires étrangères des pays de l’Otan, ce mercredi et jeudi à Bruxelles.

Les pays de l’Otan ont d’emblée cherché à atténuer leurs divergences sur la question du calendrier de retrait des troupes occidentales de combat hors d’Afghanistan et sur le financement des forces de sécurité afghanes après 2014, date officielle du retrait, afin d’aboutir à un accord lors du prochain sommet de l’Otan, prévu les 20 et 21 mai à Chicago.

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré peu avant l’ouverture de la réunion: « Nous aurons une idée précise des financements accordés aux forces armées afghanes lors du sommet de Chicago. Nous en discuterons lors de cette réunion. »

La spectaculaire offensive menée le week-end dernier à Kaboul par les insurgés, qui a fait 35 morts chez les assaillants et onze parmi les soldats afghans, montre que le pays est encore loin de la stabilité tant recherchée, et contribue à ébranler le soutien des pays occidentaux à la présence militaire de l’Otan.

« Beaucoup de pays européens pensent que le gouvernement (de Hamid) Karzaï est trop corrompu et trop indifférent aux demandes de ses alliés », estime Edouard Burke, chercheur au Centre pour la réforme européenne à Londres. « Dans un contexte d’austérité, de nombreux gouvernements européens ne voient pas de logique », ajoute-t-il.

Le calendrier adopté conjointement en 2010 par l’Otan et le gouvernement afghan a fixé à fin 2014 la date de départ des soldats étrangers, au moment où les forces afghanes sont supposées prendre le contrôle intégral des opérations de sécurité.

Mais les annonces de retrait anticipé faites par plusieurs pays suscitent pourtant l’inquiétude que l’Afghanistan ne soit exposé aux attaques des taliban et que la situation ne dégénère en guerre civile.

Divisions françaises

En France, l’Afghanistan est le seul sujet international, à l’exception de l’Europe, qui donne lieu à débat dans la campagne présidentielle.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé mercredi que s’il était réélu, la totalité des soldats français déployés en Afghanistan serait rapatriée d’ici fin 2013, avec un an d’avance sur le calendrier convenu initialement avec les partenaires de la France.

« Nous avons rapatrié 400 à 600 soldats d’Afghanistan et nous allons continuer », a dit le président candidat. « Le rapatriement sera complet, disons à la fin de 2013, parce que nous allons commencer une nouvelle collaboration avec les Afghans », a-t-il ajouté.

Pour sa part, François Hollande, aujourd’hui favori dans les sondages, a déclaré le 4 avril qu’il confirmerait, s’il est élu, fin mai au sommet de l’Otan de Chicago, son souhait de retirer les troupes françaises d’Afghanistan d’ici la fin de l’année.

« Il n’y a pas de solution militaire en Afghanistan », a-t-il déclaré, promettant un retrait « en bon ordre, dans la sécurité de nos soldats et en pleine concertation avec nos alliés ».

Ce projet de retrait dès la fin de cette année est « irresponsable », a répliqué Nicolas Sarkozy, évoquant même un « déshonneur » pour l’armée.

« Je trouve totalement irresponsable, et même dangereuse, l’idée d’un retrait précipité de toutes nos forces d’ici fin 2012 », dit-il dans une interview à l’édition d’avril de la revue L’Essentiel des relations internationales. « Il n’y a pas un expert militaire pour valider cette stratégie qui ferait courir un risque à nos soldats, et qui nous couperait de nos alliés. Qui peut souhaiter pareil déshonneur à notre armée ? »

Nicolas Sarkozy avait évoqué pour la première fois le 20 janvier la possibilité d’un retrait anticipé du contingent français en Afghanistan, qu’il se refusait à envisager jusqu’ici, après la mort de quatre soldats tués par un militaire afghan.

L’Australie pour un retrait anticipé

L’Australie a rejoint mardi la liste des pays qui envisagent eux aussi un retrait anticipé, annonçant vouloir commencer à retirer ses troupes dès 2012. La Nouvelle-Zélande pourrait également envisager un retrait anticipé.

L’Espagne avait également annoncé l’an dernier que 40% de ses soldats se retireraient au premier semestre de l’année 2013.

Le financement de la formation et de l’équipement des forces de sécurité afghanes après 2014 s’annonce aussi particulièrement difficile à négocier, alors que les budgets occidentaux sont de plus en plus serrés. Les forces afghanes totalisent 350.000 membres, dont 195.000 sont des soldats de l’armée nationale.

Le président afghan Hamid Karzaï a déclaré qu’il souhaitait obtenir au moins 2 milliards de dollars par an de Washington après 2014.

« Aucune décision n’a été arrêtée au sujet de la taille, de la structure et du coût des forces de sécurité afghanes sur le long terme », a déclaré Rasmussen, même si, a-t-il ajouté, le chiffre de près de 4 milliards de dollars par an a été mentionné.

 

Première publication : 18/04/2012

  • AFGHANISTAN

    Les pays membres de l'Otan réunis à Bruxelles sur l'Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Australie annonce le retrait anticipé de ses troupes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Fin des combats à Kaboul, tous les assaillants taliban tués

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)