Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande reste ferme sur la règle d'or et le pacte budgétaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2012

Le candidat socialiste François Hollande a déclaré mercredi qu'il resterait inflexible sur le pacte budgétaire, s'il ne contenait pas de mesures de croissance, ainsi que sur la règle d'or - deux thèmes chers à Angela Merkel.

AFP - Le candidat socialiste à l'élection présidentielle française François Hollande déclare mercredi au quotidien allemand Handelsblatt qu'il bloquera le pacte budgétaire cher à l'Allemagne s'il "ne contient pas de mesures de croissance".

"Si le pacte ne contient pas de mesures de croissance, je ne pourrais soutenir sa ratification par l'Assemblée nationale. Je l'ai promis aux Français et je m'y tiendrai", a dit au journal économique Handelsblatt celui que les sondages donnent grand favori pour le scrutin dont le premier tour a lieu dimanche.

"J'ai rencontré plusieurs chefs d'Etat européens, il n'y en a pas beaucoup qui soient satisfaits de la situation économique. Je ne suis pas isolé", a assuré M. Hollande.


Selon lui, "seule une stratégie de croissance peut sortir l'Europe de l'ornière. Tous les pays de l'Union européenne, y compris l'Allemagne, souffrent d'un déficit de dynamisme économique".

"Une discipline budgétaire renforcée au niveau national est nécessaire --mais nous ne devons pas économiser pour économiser", a argumenté M. Hollande.

Par ailleurs, il a qualifié de "pure opération de relations publiques" le projet d'inscription dans la constitution française d'une "règle d'or" plafonnant l'endettement public, défendu par l'actuel président Nicolas Sarkozy.

La généralisation en zone euro de "règles d'or" est un cheval de bataille de la chancelière conservatrice allemande Angela Merkel, depuis que l'Allemagne s'est elle-même dotée d'un tel instrument.

"Je présenterai des budgets qui nous amèneront à l'équilibre d'ici 2017", a promis M. Hollande, et ce, alors que le Fonds monétaire international a émis mardi des prévisions à même de compliquer la tâche de celui qui remportera la présidentielle française.

L'institution financière de Washington juge que le déficit public de la France devrait s'établir à 4,6% du PIB en 2012 et à 3,9% en 2013, loin de l'objectif de 3% fixé au niveau européen.

Interrogé sur le refus de Mme Merkel de le recevoir pendant la campagne, le candidat socialiste a répondu: "Je comprends qu'il existe une solidarité partisane entre les différents camps conservateurs européens."

"Sans tenir compte de ce qui s'est passé pendant la campagne: si je suis élu, ma première visite me conduira en Allemagne. Je rencontrerai alors Mme Merkel. En ces temps de grande crise, l'Europe a besoin du couple franco-allemand", a-t-il encore dit.

M. Hollande avait suscité beaucoup de remous en Allemagne en menaçant il y a quelque temps de demander la renégociation pure et simple du pacte budgétaire européen, ardemment défendu par Mme Merkel et censé renforcer la discipline financière des Etats européens.

La chancelière avait par ailleurs assuré publiquement M. Sarkozy de son soutien pendant la campagne.

A quelques jours du premier tour, M. Hollande a affirmé au Handelsblatt qu'il ne "redoutait rien, si ce n'est une trop forte abstention de ceux qui se sentent négligés par l'actuel gouvernement".

Il souligne enfin que "tous ceux, du Front de gauche, des écologistes ou du centre, qui souhaitent me soutenir après le premier tour sont bienvenus. Mais sur la base de mon programme, et d'aucun autre".

Première publication : 18/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Lille, François Hollande appelle à "la mobilisation" pour le premier tour

    En savoir plus

  • J-12

    10 avril : les intentions de vote pour la présidentielle

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Les people, autre enjeu des rassemblements organisés dimanche à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)