Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Sports

Londres "prête à accueillir le monde" à 100 jours des Jeux

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2012

À cent jours de la cérémonie d'ouverture, des manifestations pour les Jeux olympiques doivent se tenir à partir de mercredi à Londres. La commission de coordination des Jeux a estimé la capitale britannique "prête à accueillir le monde".

REUTERS - Le compte à rebours commence mercredi pour les Jeux olympiques de Londres avec des manifestations mercredi matin aux Kew Gardens, les jardins botaniques royaux dans l'ouest de la capitale britannique, à 100 jours de la cérémonie d'ouverture le 27 juillet.

Un chêne sera planté pour rappeler le rôle joué par la Grande-Bretagne dans la naissance du mouvement olympique moderne et un parterre de 25.000 fleurs représentants les cinq anneaux sera dévoilé.

Dans l'après-midi, une représentation réunissant des comédiens de théâtre du West End, l'équivalent de Broadway à New York, et des athlètes britanniques sera donnée à Trafalgar Square.

Le lendemain, jeudi, la flamme olympique s'élancera de Land's End à l'extrême pointe des Cornouailles pour 70 jours de relais.

Les inquiétudes sur la capacité de Londres à organiser un tel événement mondial se sont dissipées depuis longtemps et le mois dernier le comité d'organisation a reçu un vibrant hommage du président de la commission de coordination des JO, Denis Oswald. "Londres est prête à accueillir le monde", a-t-il proclamé.

"On se rend compte que Londres est gagnée par la fièvre des Jeux", a-t-il noté. "Nous ne doutons pas que cet été ne sera à aucun autre pareil en Grande-Bretagne".

Faire de cet événement un moment inoubliable, avec la venue de milliers d'athlètes et de visiteurs, est la tâche qui incombe à l'ancien athlète Sebastian Coe, président du comité d'organisation.

Mais si la partition paraît complète, des fausses notes ne sont pas exclues dans ce genre de manifestation sportive. Pour preuve, l'annuelle confrontation d'aviron entre Oxford et Cambridge a été interrompue à mi-parcours, début avril, par la présence d'un nageur dans les eaux de la Tamise.

Les manifestants en faveur d'un Tibet libre avaient bruyamment manifesté le long du parcours de la flamme olympique avant l'ouverture des JO de Pékin en 2008.

Bien plus que 16 jours de sport

Dans un entretien accordé à Reuters à l'occasion des célébrations à 100 jours de l'ouverture, Sebastian Coe a insisté sur la nécessité d'un équilibre entre la sécurité des athlètes et des mesures de contrôle qui ne soient pas trop contraignantes pour les spectateurs.

"Les athlètes accomplissent quelque chose au plus haut niveau, ils ont consacré plus de la moitié de leur jeunesse pour être présents", rappelle Coe.

"Il nous incombe la responsabilité de leur assurer un environnement sûr dans lequel ils puissent concourir mais on ne veut pas que les gens qui vont venir à Londres est l'impression d'une ville en état de siège".

"Nous allons trouver le bon équilibre, je ne suis pas le moins du monde désinvolte, ni particulièrement optimiste concernant la nature de ce que nous devons faire, mais nous allons le faire bien".

La question des transports en commun demeure un problème dans la capitale britannique, mais Coe ne veut retenir que le bon côté des choses.

"Les choses seront différentes pendant les Jeux. C'est la première fois depuis 64 ans que les Jeux viennent ici et personne dans cette pièce ou dehors ne risquent de les voir à nouveau de son vivant. Cela sera une fête".

Interrogé sur la question du coût représenté par l'organisation d'une telle manifestation en période de récession économique, Coe rappelle que l'argument serait recevable si les JO étaient seulement une compétition sportive.

"Mais ce n'est pas le cas. Dans ce processus, nous avons réhabilité une grande partie de l'est de Londres, nous avons transformé la vie de nombreux jeunes vivant dans l'est de Londres".

"Sur un plan plus large, nous avons l'opportunité de présenter ce pays à quatre milliards de téléspectateurs et pas seulement d'une manière sportive mais également d'un point de vue culturel. Nous avons l'opportunité de recevoir 200 pays".

"Cela représente nettement plus que 16 jours de sport".

Première publication : 18/04/2012

  • JEUX OLYMPIQUES

    Arabie saoudite, Qatar, Brunei : où sont les femmes ?

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Les athlètes syriens iront à Londres-2012 sous la contrainte

    En savoir plus

  • NATATION

    JO : Alain Bernard ne défendra pas son titre sur 100 mètres nage libre

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)