Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Après les menaces de Béchir, le Soudan du Sud appelle à la médiation continentale

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2012

Après la menace du président soudanais de renverser le gouvernement au Soudan du Sud, Juba veut entrer en pourparlers avec Khartoum, sous l'égide de l'Union africaine. Depuis le 9 juillet 2011, les affrontements se multiplient entre les deux voisins.

AFP - Le Soudan du Sud a appelé mercredi soir le régime de Khartoum à des pourparlers sous l'égide de l'Union africaine (UA), quelques heures après la menace du président soudanais Omar el-Béchir de renverser le gouvernement du Soudan du Sud.

"Nous ne pouvons résoudre cette situation qu'avec des discussions sous l'égide de l'Union africaine", a déclaré à l'AFP le ministre sud-soudanais de l'information, Barnaba Marial Benjamin.

"Nous ne sommes pas entrés dans la République du Soudan, et nous n'avons pas de plans pour un changement de régime au Soudan ou pour envahir Khartoum", a-t-il ajouté.

Plus tôt mercredi, Omar el-Béchir avait menacé de renverser le gouvernement du Soudan du Sud.

"Notre principal objectif à partir d'aujourd'hui est de libérer les citoyens du Soudan du Sud du SPLM", avait-il déclaré au siège de son parti, en référence au Mouvement populaire de libération du Soudan au pouvoir à Juba depuis la partition du pays en juillet 2011.

Il s'exprimait à l'occasion d'un meeting de soutien aux troupes soudanaises qui tentent de reconquérir la zone frontalière de Heglig, où se trouve le principal champ pétrolier du pays, tombée aux mains du Soudan du Sud il y a une semaine.

"Il y a deux options: soit nous finissons à Juba, soit ils finissent à Khartoum. Nous ne pouvons cohabiter au sein des anciennes frontières" du Soudan unifié, avait encore déclaré le président soudanais, prédisant une victoire rapide. "Nous ne nous arrêterons pas à Heglig. Nous nous arrêterons à Juba".

Parallèlement, un conseiller du président el-Béchir, Mustafa Osman Ismail, s'est entretenu mercredi avec le chef de la commission de l'Union africaine Jean Ping et le premier ministre éthiopien Meles Zenawi pour obtenir le retrait "inconditionnel" des forces sud-soudanaises de la région d'Heglig, saisie le 10 avril.

Les heurts dans cette région ont éclaté en mars et dégénéré, avec une série de bombardements aériens sur le Sud et la prise de la zone pétrolifère par les forces sud-soudanaises, aidées selon Khartoum par des groupes rebelles du Darfour.

La communauté internationale, notamment les Nations unies, les Etats-Unis et l'Union européenne, ont critiqué l'occupation de Heglig et dénoncé dans le même temps les raids aériens de Khartoum contre son voisin.

Il y a de fortes craintes que ces combats, les plus violents entre les deux voisins depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet à l'issue de deux décennies de guerre civile, ne fassent tache d'huile.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a évoqué mardi l'éventualité de sanctions contre le Soudan et le Soudan du Sud pour les convaincre de sortir de leur "logique de guerre", selon des diplomates.

Première publication : 18/04/2012

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    La guerre, une option "contre-productive" pour les deux pays

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum considère officiellement le Soudan du Sud comme son "ennemi"

    En savoir plus

  • DARFOUR

    Le ministre soudanais de la Défense visé par un mandat d'arrêt de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)