Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Après les menaces de Béchir, le Soudan du Sud appelle à la médiation continentale

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI , Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2012

Après la menace du président soudanais de renverser le gouvernement au Soudan du Sud, Juba veut entrer en pourparlers avec Khartoum, sous l'égide de l'Union africaine. Depuis le 9 juillet 2011, les affrontements se multiplient entre les deux voisins.

AFP - Le Soudan du Sud a appelé mercredi soir le régime de Khartoum à des pourparlers sous l'égide de l'Union africaine (UA), quelques heures après la menace du président soudanais Omar el-Béchir de renverser le gouvernement du Soudan du Sud.

"Nous ne pouvons résoudre cette situation qu'avec des discussions sous l'égide de l'Union africaine", a déclaré à l'AFP le ministre sud-soudanais de l'information, Barnaba Marial Benjamin.

"Nous ne sommes pas entrés dans la République du Soudan, et nous n'avons pas de plans pour un changement de régime au Soudan ou pour envahir Khartoum", a-t-il ajouté.

Plus tôt mercredi, Omar el-Béchir avait menacé de renverser le gouvernement du Soudan du Sud.

"Notre principal objectif à partir d'aujourd'hui est de libérer les citoyens du Soudan du Sud du SPLM", avait-il déclaré au siège de son parti, en référence au Mouvement populaire de libération du Soudan au pouvoir à Juba depuis la partition du pays en juillet 2011.

Il s'exprimait à l'occasion d'un meeting de soutien aux troupes soudanaises qui tentent de reconquérir la zone frontalière de Heglig, où se trouve le principal champ pétrolier du pays, tombée aux mains du Soudan du Sud il y a une semaine.

"Il y a deux options: soit nous finissons à Juba, soit ils finissent à Khartoum. Nous ne pouvons cohabiter au sein des anciennes frontières" du Soudan unifié, avait encore déclaré le président soudanais, prédisant une victoire rapide. "Nous ne nous arrêterons pas à Heglig. Nous nous arrêterons à Juba".

Parallèlement, un conseiller du président el-Béchir, Mustafa Osman Ismail, s'est entretenu mercredi avec le chef de la commission de l'Union africaine Jean Ping et le premier ministre éthiopien Meles Zenawi pour obtenir le retrait "inconditionnel" des forces sud-soudanaises de la région d'Heglig, saisie le 10 avril.

Les heurts dans cette région ont éclaté en mars et dégénéré, avec une série de bombardements aériens sur le Sud et la prise de la zone pétrolifère par les forces sud-soudanaises, aidées selon Khartoum par des groupes rebelles du Darfour.

La communauté internationale, notamment les Nations unies, les Etats-Unis et l'Union européenne, ont critiqué l'occupation de Heglig et dénoncé dans le même temps les raids aériens de Khartoum contre son voisin.

Il y a de fortes craintes que ces combats, les plus violents entre les deux voisins depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet à l'issue de deux décennies de guerre civile, ne fassent tache d'huile.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a évoqué mardi l'éventualité de sanctions contre le Soudan et le Soudan du Sud pour les convaincre de sortir de leur "logique de guerre", selon des diplomates.

Première publication : 18/04/2012

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    La guerre, une option "contre-productive" pour les deux pays

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Khartoum considère officiellement le Soudan du Sud comme son "ennemi"

    En savoir plus

  • DARFOUR

    Le ministre soudanais de la Défense visé par un mandat d'arrêt de la CPI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)