Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

La "préoccupante" politique économique de Cristina Kirchner

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2012

Buenos Aires, qui vient d'exproprier la compagnie pétrolière espagnole Repsol de sa filiale YPF, s'attire les critiques de nombreux pays, inquiets de voir l'Argentine durcir les conditions d'importation sur son marché.

AFP - La présidente argentine Cristina Kirchner défie le monde en expropriant l'Espagnol Repsol de sa filiale YPF et en contrôlant les importations et le marché des changes dans le but de sauver son modèle économique basé sur la relance par la consommation.

Les Etats-Unis se sont dits mercredi "très préoccupés" par cette expropriation. La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, a qualifié la décision de "très mauvais signal", tandis que le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a dit son "profond malaise".

Il y a à peine deux semaines, une quarantaine de pays, dont ceux de l'Union européenne et les Etat-Unis, avaient exprimé devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) "leurs inquiétudes permanentes et croissantes sur la nature des mesures restrictives pour le commerce prises par l'Argentine".

L'Argentine est face à un double dilemme: une baisse régulière de son excédent commercial (-11% en 2011 à 7,8 milliards d'euros), seule source de financement en l'absence de crédit après le défaut de 2001, et une hausse vertigineuse de ses importations d'hydrocarbures (+110% à 7,1 milliards d'euros en 2011).

Le gouvernement de Mme Kirchner a tenté de s'en sortir en mettant en place de nouveaux obstacles aux importations, s'attirant les critiques des pays limitrophes et de nombreux autres à l'OMC, puis en prenant le contrôle de 51% d'YPF, déclenchant une grave crise avec l'Espagne, sa "mère-patrie".

Dans les deux cas, c'est d'abord la forme, brutale, qui a choqué.

"L'Argentine a un problème de comportement dans ses rapports avec le reste du monde", dit à l'AFP Emilio Cardenas, ancien ambassadeur argentin à l'ONU. "Les plaintes avaient commencé avant l'affaire d'YPF, qui ne fait que les aggraver", fait-il valoir.

Des 146 litiges en attente de règlement au Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements de la Banque mondiale, 25 concernent l'Argentine, le pays qui en a le plus, devant le Venezuela (20).

Le politologue Edgardo Mocca reconnaît que la présidente Kirchner "introduit des changements à chaud". Mais, pour lui, "les fronts qu'elle ouvre ne sont pas arbitraires".

Il s'agit de défendre un modèle basé sur "l'idée que l'Argentine se développera non par l'accumulation des richesses, mais par la consommation en tant que moteur de l'économie".

Or, le gouvernement n'arrive plus à financer les subventions trop coûteuses (eau, électricité, gaz) à la base de son modèle (12 milliards d'euros en 2011, +50%). Il est contraint de les supprimer par étapes.

La situation est également aggravée par la fuite de capitaux: afin d'y faire face, le gouvernement a mis en place en octobre une série de contrôles draconiens dans les banques et bureaux de change sur l'achat de devises étrangères.

Le 30e anniversaire du conflit des îles Malouines avec le Royaume-Uni (2 avril-14 juin 1982) arrive à point nommé et permet au gouvernement de rassembler la population derrière une cause nationale.

L'Argentine a annoncé qu'elle poursuivrait en justice les compagnies pétrolières impliquées dans des activités autour de l'archipel et la ministre de l'Industrie a convoqué des chefs d'entreprises pour les appeler à ne plus importer des produits britanniques.

L'Argentine craint-elle des représailles ?

"Les plaintes proviennent de pays puissants mais affaiblis par la crise économique", tempère le politologue Ricardo Rouvier.

Pour Emilio Cardenas, "l'Espagne va devoir jouer fin: elle sait que les banques BBVA et Santander, ainsi que la compagnie Telefonica sont aussi présentes en Argentine". En revanche, l'Argentine "peut être suspendue du G20".

"Il y a un coût d'abord en termes d'image", dit-il, ajoutant: "L'image d'un pays peut se détruire très vite, mais on met longtemps à la redorer".

 

Première publication : 19/04/2012

  • PÉTROLE

    Madrid s'insurge contre le projet argentin d'exproprier le groupe pétrolier espagnol Repsol

    En savoir plus

  • PÉTROLE

    L'Argentine va exproprier la compagnie pétrolière espagnole YPF

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Trente ans après la guerre avec Londres, Buenos Aires lorgne toujours du côté des Malouines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)