Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

SPORT

L'Italien Riccardo Ricco suspendu 12 ans pour dopage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2012

Le Tribunal antidopage italien a condamné Riccardo Ricco, reconnu coupable de s'être fait une autotransfusion sanguine, à 12 ans de suspension. Une décision qui met sans doute un terme à sa chaotique carrière.

AFP - Le cycliste italien Riccardo Ricco a été suspendu 12 ans par le Tribunal antidopage italien pour s'être fait une auto transfusion sanguine, jeudi, à Rome.

Le Tribunal a ainsi suivi les réquisitions du procureur du Comité olympique italien (Coni).
Ricco, 28 ans, risquait une suspension de 12 ans (et de trois mois à trois ans de prison) pour une autotransfusion réalisée avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur, selon la police italienne.

Le 6 février 2011, il avait été hospitalisé en urgence pour un blocage rénal. Selon le médecin qui lui avait alors sauvé la vie à l'hôpital de Pavullo (nord), Ricco avait avoué s'être fait une autotransfusion avec du sang qu'il conservait dans son réfrigérateur.

Le coureur était ensuite revenu sur cet aveu. Mais selon les témoignages recueillis par la police de Modène, auprès d'une infirmière et après l'analyse bactériologique du sang de Ricco, les enquêteurs avaient eu la conviction que le coureur incriminé avait bien réalisé une autotransfusion qui l'avait conduit à une hospitalisation en urgence.

Celui qu'on avait surnommé le "Cobra" avait alors été licencié par son équipe, Vacansoleil, et suspendu en juin 2011 par sa Fédération et par le Comité olympique italien (Coni) pour dopage et tentative de dopage.

Il avait trouvé refuge dernièrement dans la très modeste formation Meridiana-Kamen, une équipe de troisième division (Continental) sous licence croate basée en Italie.

Riccardo Ricco avait déjà été suspendu vingt mois pour dopage en 2008 et condamné à deux mois de prison avec sursis pour "emploi de substances vénéneuses" sur le Tour de France 2008 où il avait été contrôlé positif à l'EPO.

Première publication : 19/04/2012

COMMENTAIRE(S)