Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent possession du barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

  • Amos Gitaï : "Israël est un projet politique, pas un projet religieux"

    En savoir plus

Asie - pacifique

New Delhi teste son premier tir de missile longue portée

Vidéo par Cécile GALLUCCIO , Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2012

L'Inde a lancé jeudi un missile à capacité nucléaire, d'une portée de plus de 5 000 kilomètres. Ce tir d'essai lui permet de rejoindre la Chine, la Russie, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, seules puissances à disposer d'une telle arme.

AFP - L'Inde a testé jeudi avec succès le premier tir d'un missile de longue portée à capacité nucléaire pouvant frapper la Chine et des pays non asiatiques, une avancée majeure qui place le pays aux portes du groupe fermé des pays détenteurs de missiles balistiques intercontinentaux.

Le missile Agni V, d'une portée de 5.000 km (classe IRBM des missiles "intermédiaires" de moins de 6.400 kilomètres), a été lancé à 08H05 (02H35 GMT) depuis une base située en mer au large de l'Etat de l'Orissa (est).

"Les missile a touché sa cible avec succès dans la mer au large de l'Indonésie."

Ce missile de 50 tonnes et de 17 mètres de haut peut atteindre des cibles sur tout le territoire chinois ainsi que dans le reste de l'Asie et dans certains pays d'Europe, selon les experts.

Seuls la Chine, la Russie, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont dotés de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), d'une portée de plus de 5.500 km.

Le Premier ministre, Manmohan Singh, a félicité les scientifiques pour le lancement réussi du missile, selon un communiqué transmis par son cabinet.

Le ministre de la Défense, A.K. Antony a quant à lui salué "un impeccable succès" et a qualifié le tir "d'avancée majeure dans le programme de missiles de l'Inde", selon des propos rapportés par son porte-parole.

Pour le chef de l'agence chargée du développement des technologies militaires (DRDO), V.K. Saraswat, il s'agit d'un "événement historique qui honore notre pays dans le domaine de la technologie des missiles", interrogé sur la chaîne de télévision NDTV.

"Nous sommes aujourd'hui une puissance dotée de missiles sans égal dans la plupart des pays du monde", a-t-il ajouté.

La DRDO, qui a fabriqué le missile, avait espéré un tir mercredi soir mais l'opération avait été différée pour cause de météo défavorable.

La troisième puissance économique d'Asie s'est engagée dans un vaste programme d'acquisitions militaires pour moderniser son armée et elle cherche à accroître ses moyens de défense, notamment à l'égard de la Chine.

La frontière entre l'Inde et la Chine est au centre de discussions diplomatiques depuis les années 1980 et les deux nations se sont opposées au cours d'une courte guerre en 1962.

Selon Ravi Gupta, porte-parole de la DRDO, ce missile a toutefois "un effet dissuasif pour éviter les guerres et n'a pas été développé contre un pays particulier", assurant qu'il s'agit d'un programme "purement défensif".

Agni, qui signifie "feu" en sanskrit, est le nom donné à une série de cinq missiles développés par la DRDO en vertu d'un programme lancé en 1983.

Tandis que les missiles de courte portée Agni I et II (jusqu'à 2.500 km) ont été principalement développés en ayant à l'esprit la menace hypothétique du Pakistan, Agni III et IV (jusqu'à 3.500 km) sont davantage perçus comme des moyens de dissuasion à l'égard de la Chine.

L'Inde et le Pakistan, voisins rivaux, se sont mené trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947.

"Agni V peut atteindre des cibles au coeur de la Chine, libérant potentiellement les missiles de plus faible portée pour un usage contre le Pakistan et une bonne partie de l'ouest et de la Chine du sud et du centre", a commenté Poornima Subramaniam, du Centre d'analyse sur la défense IHS Jane.

Shannon Kile, expert en armes nucléaires à l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), estime pour sa part qu'Agni V fait partie d'un développement "de prestige" dans le cadre des aspirations de l'Inde à jouer un rôle accru sur la scène internationale.

Dans le même temps, la portée accrue du missile "va aussi donner aux stratèges indiens de la défense une plus grande marge de manoeuvre sur le choix de localisation des lance-missiles", a-t-il considéré.

Le tir de missile intervient peu de temps après le retour de l'Inde dans le cercle fermé des pays détenteurs de sous-marins à propulsion nucléaire, avec la mise en service d'un nouveau submersible prêté par la Russie pour dix ans.

Première publication : 19/04/2012

COMMENTAIRE(S)