Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

New Delhi teste son premier tir de missile longue portée

Vidéo par Cécile GALLUCCIO , Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2012

L'Inde a lancé jeudi un missile à capacité nucléaire, d'une portée de plus de 5 000 kilomètres. Ce tir d'essai lui permet de rejoindre la Chine, la Russie, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, seules puissances à disposer d'une telle arme.

AFP - L'Inde a testé jeudi avec succès le premier tir d'un missile de longue portée à capacité nucléaire pouvant frapper la Chine et des pays non asiatiques, une avancée majeure qui place le pays aux portes du groupe fermé des pays détenteurs de missiles balistiques intercontinentaux.

Le missile Agni V, d'une portée de 5.000 km (classe IRBM des missiles "intermédiaires" de moins de 6.400 kilomètres), a été lancé à 08H05 (02H35 GMT) depuis une base située en mer au large de l'Etat de l'Orissa (est).

"Les missile a touché sa cible avec succès dans la mer au large de l'Indonésie."

Ce missile de 50 tonnes et de 17 mètres de haut peut atteindre des cibles sur tout le territoire chinois ainsi que dans le reste de l'Asie et dans certains pays d'Europe, selon les experts.

Seuls la Chine, la Russie, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont dotés de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), d'une portée de plus de 5.500 km.

Le Premier ministre, Manmohan Singh, a félicité les scientifiques pour le lancement réussi du missile, selon un communiqué transmis par son cabinet.

Le ministre de la Défense, A.K. Antony a quant à lui salué "un impeccable succès" et a qualifié le tir "d'avancée majeure dans le programme de missiles de l'Inde", selon des propos rapportés par son porte-parole.

Pour le chef de l'agence chargée du développement des technologies militaires (DRDO), V.K. Saraswat, il s'agit d'un "événement historique qui honore notre pays dans le domaine de la technologie des missiles", interrogé sur la chaîne de télévision NDTV.

"Nous sommes aujourd'hui une puissance dotée de missiles sans égal dans la plupart des pays du monde", a-t-il ajouté.

La DRDO, qui a fabriqué le missile, avait espéré un tir mercredi soir mais l'opération avait été différée pour cause de météo défavorable.

La troisième puissance économique d'Asie s'est engagée dans un vaste programme d'acquisitions militaires pour moderniser son armée et elle cherche à accroître ses moyens de défense, notamment à l'égard de la Chine.

La frontière entre l'Inde et la Chine est au centre de discussions diplomatiques depuis les années 1980 et les deux nations se sont opposées au cours d'une courte guerre en 1962.

Selon Ravi Gupta, porte-parole de la DRDO, ce missile a toutefois "un effet dissuasif pour éviter les guerres et n'a pas été développé contre un pays particulier", assurant qu'il s'agit d'un programme "purement défensif".

Agni, qui signifie "feu" en sanskrit, est le nom donné à une série de cinq missiles développés par la DRDO en vertu d'un programme lancé en 1983.

Tandis que les missiles de courte portée Agni I et II (jusqu'à 2.500 km) ont été principalement développés en ayant à l'esprit la menace hypothétique du Pakistan, Agni III et IV (jusqu'à 3.500 km) sont davantage perçus comme des moyens de dissuasion à l'égard de la Chine.

L'Inde et le Pakistan, voisins rivaux, se sont mené trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947.

"Agni V peut atteindre des cibles au coeur de la Chine, libérant potentiellement les missiles de plus faible portée pour un usage contre le Pakistan et une bonne partie de l'ouest et de la Chine du sud et du centre", a commenté Poornima Subramaniam, du Centre d'analyse sur la défense IHS Jane.

Shannon Kile, expert en armes nucléaires à l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), estime pour sa part qu'Agni V fait partie d'un développement "de prestige" dans le cadre des aspirations de l'Inde à jouer un rôle accru sur la scène internationale.

Dans le même temps, la portée accrue du missile "va aussi donner aux stratèges indiens de la défense une plus grande marge de manoeuvre sur le choix de localisation des lance-missiles", a-t-il considéré.

Le tir de missile intervient peu de temps après le retour de l'Inde dans le cercle fermé des pays détenteurs de sous-marins à propulsion nucléaire, avec la mise en service d'un nouveau submersible prêté par la Russie pour dix ans.

Première publication : 19/04/2012

COMMENTAIRE(S)