Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit une embellie en 2015

En savoir plus

Afrique

Plus de 268 000 déplacés depuis le début de la rébellion dans le Nord-Mali

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2012

Selon un bureau des Nations unies, depuis la mi-janvier, au moins 268 000 personnes ont fui leur domicile au Nord-Mali, région aux mains des rebelles touareg et des islamistes. Plus de 161 000 d'entre elles seraient réfugiées à l'étranger.

AFP - Plus de 268.000 personnes ont fui leurs domiciles depuis mi-janvier au Mali, et cherché refuge ailleurs dans le pays ou à l'étranger, a estimé mercredi le Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha).

Il y a eu "plus de 268.000 déplacés suite à la crise au nord du Mali, dont plus de 161.000 réfugiés au Niger, au Burkina Faso, en Mauritanie et en Algérie", affirme dans un bulletin d'information Ocha pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, basé à Dakar.

Selon ce document, les "mouvements de populations" enregistrés au 15 avril concernent précisément 268.561 personnes. Sur ce total, 107.000 sont des déplacés internes au Mali, qui sont sans doute plus nombreux en raison des difficultés de travail sur le terrain depuis "la conquête du Nord" par différents mouvements armés.

Le Niger accueille plus de 29.000 réfugiés, le Burkina Faso plus de 46.000, la Mauritanie plus de 56.000 et l'Algérie 30.000.

Les premiers déplacements ont été provoqués par des attaques lancées le 17 janvier par des rebelles touareg et d'autres groupes contre l'armée dans plusieurs localités dans le nord du Mali.

Ces mouvements armés, dont des islamistes, ont profité d'un coup d'Etat militaire, le 22 mars, pour mener une offensive foudroyante et prendre en trois jours le contrôle des trois régions administratives composant le Nord: Kidal, Gao et Tombouctou, coupant de fait le Mali en deux.

Selon divers témoignages, la situation est alarmante pour les populations prises au piège dans ces zones, où ont eu lieu des pillages, saccages et des violations des droits de l'Homme dont des viols.

"La réponse humanitaire à l'intérieur du Mali a été rendue plus difficile après la conquête complète du Nord par la rébellion", indique Ocha, relevant que cette crise survient alors que le Sahel, incluant le Mali, est confronté à une grave crise alimentaire.

"Avec l'avancement dans la saison sèche, la sécurité alimentaire continue de se dégrader dans les pays du Sahel", et "les conséquences de la crise au Mali vont rendre encore plus difficile la réponse dans ce pays, mais aussi dans la région, du fait des mouvements de populations", note Ocha.

"Par ailleurs, le conflit au Mali tend parfois à éclipser l'urgence de la réponse plus générale à la crise alimentaire et nutritionnelle dans la région, alors que les financements internationaux (...) restent très insuffisants par rapport aux besoins", affirme-t-il. 

Première publication : 19/04/2012

  • REPORTAGE

    Les habitants du Nord-Mali appellent à la mise en place d'un corridor humanitaire

    En savoir plus

  • MALI

    L'ex-junte et la classe politique appellent à des pourparlers pour mettre fin aux hostilités

    En savoir plus

  • MALI

    Les islamistes d'Ansar Dine se disent prêts à discuter avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)