Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

L'opinion de
Caroline DE CAMARET

Caroline DE CAMARET
Rédactrice en chef Europe

"Merkozy" veut rebondir sur Schengen

Le 20-04-2012

Merkel soutient Sarkozy à bout de bras… sur le dos de Schengen. Le couple franco-allemand se reforme de façon improbable à quelques jours de la présidentielle sur la réforme de l’accord de Schengen : problèmes de frontières poreuses à l’immigration bien réels ou sauvetage électoral sans frontière ?

Le président-candidat s’était d’abord attaqué à l’espace de libre circulation tout seul : le 11 mars, à Villepinte, Nicolas Sarkozy avait créé la surprise en remettant en cause l'application des accords de Schengen qui instaurent la libre circulation des marchandises et des hommes dans les 22 pays de l’UE signataires. Des propos qui avaient fortement agacé Angela Merkel, malgré son soutien déclaré à la candidature Sarkozy "sur tous les fronts". Mais mercredi, nouvelle surprise du chef : l'Allemagne a emboîté le pas du candidat UMP.

Dans une missive commune, Berlin et Paris réclament la possibilité de pouvoir rétablir des contrôles aux frontières nationales pendant un mois en cas de défaillance à une frontière extérieure de l'espace Schengen. La lettre est co-signée par le ministre de français de l'Intérieur, Claude Guéant, et son homologue allemand, Hans-Peter Friedrich, sensible à cette question, et surtout très chrétien-démocrate, alors que ses alliés libéraux du FDP critiquent un soutien trop appuyé à Nicolas Sarkozy. Tous deux précisent avoir l'intention d'expliquer leur position à leurs homologues européens lors d'une réunion prévue le 26 avril à Luxembourg. Soit pile entre les deux tours de la présidentielle française !

Interrogés au Parlement européen, à Strasbourg, les élus socialistes taxent l’initiative de basse manœuvre électoraliste, Angela Merkel semblant décidée à soutenir son champion jusqu’au bout. Selon certains constitutionnalistes, les traités permettraient déjà de faire ce que réclame la lettre franco-allemande.

Décidément, le duel Sarkozy-Hollande a pris l’Europe pour terrain de jeu : pas toujours pour la bonne cause !

COMMENTAIRE(S)