Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Bank of America piégée par un site satirique

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/04/2012

Spécialistes du canular anti-capitaliste, les Yes Men ont mis en ligne un faux site de Bank of America qui recense les principales dérives des banques américaines depuis le début de la crise de 2008.

Sur la page d’accueil, un Brian T. Moynihan, PDG de Bank of America (BofA), au sourire contrit souhaite la bienvenue aux internautes. Il leur présente ce qui semble être la dernière innovation de l’établissement : yourbofa.com, un site où chacun est invité à proposer sa vision du futur de la deuxième plus grande banque de dépôts des États-Unis.

Malgré un design qui rappelle celui du site officiel de Bank of America et un logo troublant de similitude avec l'original, il y a pourtant anguille sous clic. Ce nouveau venu, qui est apparu sur la Toile mercredi, n’est pas l’œuvre de la vénérable institution financière. La supercherie a été, cependant, si bien réalisée que la célèbre agence de presse financière américaine Dow Jones Newswire a pris pour argent comptant le faux communiqué annonçant le lancement de yourbofa.com, mercredi. Il aura fallu l’intervention de la vraie BofA pour rectifier le tir quelques heures plus tard.

Pourtant, une rapide exploration de yourbofa.com met en lumière un ton et des contenus plus qu’hétérodoxes pour une banque, même pour l'une d'entre elles qui s’engagerait à ne pas répéter les erreurs du passé. Dans la section “Ce que nous avons appris” de la crise, la prétendue banque reconnaît que “ses égarements” vont lui coûter plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts à verser à des clients “mal conseillés” et à l’État.

Le site propose également de créer sa propre campagne de pub pour “s’approprier le message” que la banque doit dorénavant faire passer auprès du public. Les exemples mis en exergue - de “Arrêtons de piller les ressources du pays” à “Nous ne tuons pas des enfants, alors nous n’allons plus exproprier des familles” - rappellent davantage une campagne de militants du mouvement “Occupy Wall Street” que les slogans d’une banque.

Spécialistes du détournement

Les militants anti-finance qui squattent les abords de Wall Street depuis septembre 2011 ont un temps été soupçonnés d’être à l’origine de ce canular. En fait, plusieurs mouvements - dont les écologistes de Rainforest et le mouvement anti-capitaliste New Bottom Line - ont travaillé ensemble à la conception de yourbofa.com. L’idée viendrait, selon le site américain du Huffington Post qui a pu interroger un porte-parole de yourbofa.com, des Yes Men, ces spécialistes de l’imposture et du canular anti-capitaliste. Ces activistes américains ont, par le passé, déjà versé dans le détournement sur le Net. En 2000 par exemple, ils ont mis en ligne une version parodique du site de campagne de George W. Bush avant de parodier, en 2010, le portail d’Apple.

Cette fois-ci, le but de l’opération anti-BofA est “d’attirer l’attention sur ces banques qui ont reçu des milliards de l’État - donc du contribuable - pour survivre à la crise financière de 2008 et qui continuent de plumer leurs clients”, explique ce porte-parole au Huffington Post. Depuis le début de la crise, le gouvernement américain a officiellement prêté 700 milliards de dollars au système bancaire américain. La chaîne d'informations économiques et financières américaine Bloomberg juge, elle, que ce sont, en fait, plus de 10 000 milliards de dollars qui ont été prêtés aux banques depuis 2008 par la Réserve fédérale américaine et par le gouvernement.

“Le pire, c’est qu’il y a des risques pour que l’État soit obligé de mettre encore des milliards de dollars sur la table pour sauver les banques”, affirme ces cyberactivistes. Bank of America serait, à leurs yeux, emblématique de cette situation : l’institution a été violement critiquée aux États-Unis pour avoir tenté d’augmenter les frais qu’elle perçoit à chaque paiement par carte de crédit. Elle a par ailleurs accepté, en décembre dernier, de payer 335 millions de dollars pour mettre un terme à une procédure lancée à son encontre pour discrimination raciale et est impliquée dans un gigantesque scandale d’expropriation frauduleuse qui pourrait lui coûter des centaines de millions de dollars.

Contactée par plusieurs médias, dont le Wall Street Journal, Bank of America a confirmé n’avoir aucun lien avec yourbofa.com mais a refusé de s’exprimer sur les accusations à son égard qui se trouve sur le site.

Première publication : 20/04/2012

  • WALL STREET

    Goldman Sachs riposte aux critiques de son ancien employé

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Quatre banques américaines sur dix-neuf échouent aux stress-tests

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Bank of America paie le prix fort pour pratiques discriminatoires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)