Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Le nouveau canal de Suez : un espoir pour l'économie égyptienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Polémique autour du lycée squatté par des migrants à Paris

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Birmanie : la junte appelle à l'aide

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Espagne retrouve un peu de sa santé économique

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

Economie

La Bourse de Paris perd l'intégralité de ses gains de 2012

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2012

À deux jours du premier tour de l'élection présidentielle française, le CAC 40 est retombé à son niveau du 1er janvier 2012. Crise européenne, fébrilité des banques et ralentissement de la croissance chinoise expliquent ce fort repli.

AFP - La Bourse de Paris a effacé tous ses gains depuis le 1er janvier, vendredi peu après l'ouverture de la dernière séance avant le premier tour de l'élection présidentielle, plombée par les doutes persistants sur la crise de la dette en Europe et sur la conjoncture économique mondiale.

Vers 09H30, l'indice CAC 40 est tombé à 3.155,36 points, ce qui correspondait à un recul de 0,14% depuis le début de l'année. Il a depuis grignoté de nouveau quelques points, s'adjugeant à 10H18 0,68% depuis le 1er janvier à 3.181,18 points.

"Ce recul est symbolique et on ne peut pas dire qu'il soit directement lié à l'échéance de dimanche même si l'approche de l'élection amène un tout petit peu plus de nervosité", a commenté Frédérik Ducrozet chez Crédit Agricole.

"L'ensemble des places financières européennes sont concernées", ajoute l'économiste. Madrid a notamment clôturé jeudi à son plus bas niveau en trois ans.

Malgré les milliards d'euros versés par la Banque centrale européenne, les marchés boursiers du Vieux continent connaissent depuis la mi-mars un nouvel accès de fièvre qui ne devrait guère s'estomper tant que l'espoir d'une reprise économique plus solide ne sera pas au rendez-vous en zone euro.

L'Espagne inquiète tout particulièrement. Le programme budgétaire du pays, qui a promis de ramener son déficit public de 8,51% du PIB fin 2011 à 5,3% en 2012 puis 3% en 2013, se complique alors que Madrid a renoué avec la récession.

De l'autre côté de l'Atlantique, la reprise est au rendez-vous avec un taux de chômage qui continue de reculer, mais le secteur de l'immobilier pris dans la crise depuis 2008 peine à repartir. Dans ce contexte encore fragile, la Réserve fédérale américaine continue de prêter à un coût très faible, mais elle a récemment douché les espoirs en faveur de la mise en place d'autres mesures exceptionnelles de soutien à l'économie, ce qui pèse sur les marchés.

Enfin, les pays émergents dont la Chine, longtemps perçus comme un remède aux faiblesses de l'économie européenne, montrent des signes d'essoufflement et contribuent à la morosité ambiante.

Première publication : 20/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Nicolas Sarkozy agite le spectre de représailles des marchés financiers en cas de victoire du PS

    En savoir plus

  • BOURSE

    OAT10y : peur sur la dette française

    En savoir plus

  • MARCHÉS FINANCIERS

    Quand le ballon rond nuit à la bonne marche des bourses...

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)