Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

Campagnes présidentielles de 1981 et de 2012 : l'Histoire se répète-t-elle ?

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 20/04/2012

Déclarations, sondages et coups de théâtre... la Fondation Jean-Jaurès fait revivre en temps réel la campagne présidentielle de 1981 sur Twitter. Une initiative qui a mis au jour des points communs avec la campagne électorale actuelle.

Depuis le 19 janvier, et jusqu’au 10 mai, la Fondation Jean-Jaurès, présidée par l’ancien Premier ministre socialiste Pierre Mauroy, alimente le compte Twitter @LaVictoireEnMai afin de faire revivre en temps réel la campagne présidentielle de 1981, remportée par François Mitterrand. Basée sur les événements et les déclarations de l’époque, l'initiative met au jour plusieurs points communs avec la campagne électorale actuelle, dont les deux favoris sont le président sortant Nicolas Sarkozy et son rival socialiste François Hollande. Thierry Mérel, directeur du secteur Histoire de la Fondation Jean-Jaurès, décrypte pour FRANCE 24 les nombreuses similitudes entre les contextes et les enjeux socio-politiques des deux campagnes.


FRANCE 24 - Les "tweets" de @LaVictoireEnMai révèlent que les campagnes présidentielles de 1981 et de 2012 présentent certaines similitudes. Historiquement, peut-on rapprocher les deux scrutins et quels sont les points communs les plus frappants ?
 
Thierry Mérel - D’un point de vue économique et social, le contexte des deux campagnes a en effet des similitudes notables : hausse du chômage, fort taux d’inflation, hausse des prix de l’immobilier, hausse des produits pétroliers, production industrielle qui baisse et une consommation des ménages en berne. Par conséquent, les thèmes de la campagne seront, entre autres, "la crise", "l’emploi" et "le chômage", qui restent encore aujourd’hui les principales préoccupations des Français.
D’un point de vue politique, la campagne de 1981 va être elle aussi marquée par un président sortant, Valéry Giscard d’Estaing (VGE), qui retarde le plus possible sa déclaration de candidature, et dont le bilan est particulièrement difficile à défendre : stigmatisation d’une dérive monarchique, mauvaise gestion de la crise économique, politique étrangère confuse. En février de cette année, 51 % de la population se déclarent mécontents de sa politique. Il faut ajouter à cela les "affaires" dans lesquelles le locataire de l’Élysée, ou ses proches sont cités, (De Broglie, les diamants de Bokassa...) et qui occupent une large place dans la presse avant le premier tour de la présidentielle.
 
F24 - Cette similitude apparaît-elle également dans les slogans ou les discours de l’époque ?
 
Extraits des tweets de @LaVictoireEnMai
(Crédit photo : Twitter)
T. M - Certaines paroles et certains discours tenus en 1981 font écho à la campagne actuelle : Valéry Giscard d’Estaing prédisait le "désordre" en cas de victoire socialiste, tandis que François Mitterrand se plaisait à nommer VGE le "candidat sortant", formule redécouverte lors de la campagne actuelle. Par ailleurs, les déclarations reprises dans les "tweets" de "LaVictoireEnMai" reflètent aussi la virulence verbale avec lequel se déroule le débat politique. Comme aujourd’hui, tous les candidats vont plutôt s’attaquer au président sortant sans toutefois s’épargner entre eux. En effet, aux antagonismes au sein de la droite répondent les déclarations sévères entre socialistes et communistes. Enfin, la critique acerbe contre les médias de la part du candidat communiste Georges Marchais rappelle celle d’un Jean-Luc Mélenchon aujourd’hui.
 
F24 - Selon la majorité des sondages publiés depuis le début de la campagne, le candidat socialiste semble en mesure de remporter la présidentielle le 6 mai prochain, et battre le locataire de l’Élysée comme en 1981. François Mitterrand jouissait-il à l'époque de sondages aussi favorables ?
 
T. M. - En 1981, le sentiment que l’élection serait jouée d’avance n’existait pas. Les campagnes de 1981 et de 2012 ont pour point commun un fort appel à la mobilisation dans chaque camp. Mais d’un point de vue plus politique, on note de grandes différences : durant l’été 1980, le rapport de forces est loin de laisser présager la victoire de François Mitterrand le 10 mai 1981. VGE est crédité par l’Ifop de 36 % d’intentions de vote contre 18 % pour François Mitterrand au premier tour. Jusqu’au mois de mars, le candidat sortant est le vainqueur que les sondages annoncent, et ce n’est qu’en mars qu’un premier sondage donne 51 % à François Mitterrand au second tour.
Depuis plusieurs mois, de nombreux instituts de sondage donnent un résultat autour des 53 % pour François Hollande. Le recul de l’Histoire permet de dire que les scrutins suivants ont confirmé que le vainqueur des sondages de mars est le vainqueur de mai. Le 10 mai 1981, les Français ont choisi le changement.

 

Première publication : 20/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Lille, François Hollande appelle à "la mobilisation" pour le premier tour

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Les jeunes, ces électeurs toujours indécis

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À Paris, François Hollande et Nicolas Sarkozy s'affrontent par meetings interposés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)