Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU: "irresponsable et infantile"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy compte mieux se faire entendre pendant l'entre-deux tours

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 20/04/2012

Malmené dans les sondages mais convaincu d’arriver au second tour, le président-candidat s’en prend à l’égalité du temps de parole dans les médias audiovisuels imposée par le CSA.

"Je suis engagé dans un combat où, depuis quatre semaines, je suis seul contre neuf candidats." Nicolas Sarkozy le dit tout de go dans une interview publiée dans le Figaro, vendredi 20 avril. Un discours répété par ses premiers soutiens, à l’instar du secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, qui a déclaré jeudi à Clermont-Ferrand : "Neuf candidats s’acharnent sur le dixième, Nicolas Sarkozy".

Donné deuxième au premier tour et perdant au second, Nicolas Sarkozy avertit dans le Figaro que le résultat du 22 avril réservera des "surprises" aux "observateurs". Il s’en prend violemment à la règle du CSA qui garantit un temps de parole totalement équivalent pour chaque candidat depuis le 9 avril. Selon le président-candidat, ce principe doit être réformé : "C’est la dernière élection avec ces règles, parce que tout ceci conduit à la caricatiure de la démocratie. Nous sommes dans une égalité formelle qui n’est pas une égalité réelle."

Confirmée le 16 avril dernier par le Conseil constitutionnel, cette règle permet aux petits candidats de se faire connaître. Sans cela, qui aurait entendu les idées de Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud ou Philippe Poutou ? Pour Nicolas Sarkozy, c’est une "curieuse façon d'exprimer la démocratie". Et d’annoncer "une discussion avec les formations politiques représentées au Parlement pour mettre à plat l'ensemble de ces règles et les moderniser".

Seul contre tous, une stratégie qui peut payer

Nicolas Sarkozy prévient qu’après le premier tour, "ce sera une tout autre histoire". "Je passerai de 10 % à 50 % de temps de parole. Nous nous affronterons enfin projet contre projet, personnalité contre personnalité", explique-t-il, souhaitant ainsi prendre à contre-pied les sondages, prises de position des éditorialistes et commentaires des journalistes.

Cependant, la présence de neuf autres candidats de toutes tendances ainsi que son bilan politique peuvent peut-être servir à la réelection de Nicolas Sarkozy. Selon Bernard Debré, ancien ministre et député UMP de Paris : "Le fait d’avoir des candidats tellement absurdes, tellement excessifs, tellement repoussoirs contre lui, peut, après tout, être une chance." Sur le site Atlantico, l’éditorialiste libéral Hugues Serraf exprime sensiblement le même avis : "On nous promettait Superman, on a eu Caliméro." Et de se demander si, au fond, ce n’est pas "la stratégie la plus pertinente pour une reconquête de l’opinion". 

Première publication : 20/04/2012

  • Sur Les Observateurs

    Quelle politique étrangère pour le prochain président français ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le scrutin face au défi des nouvelles technologies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)