Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy compte mieux se faire entendre pendant l'entre-deux tours

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 20/04/2012

Malmené dans les sondages mais convaincu d’arriver au second tour, le président-candidat s’en prend à l’égalité du temps de parole dans les médias audiovisuels imposée par le CSA.

"Je suis engagé dans un combat où, depuis quatre semaines, je suis seul contre neuf candidats." Nicolas Sarkozy le dit tout de go dans une interview publiée dans le Figaro, vendredi 20 avril. Un discours répété par ses premiers soutiens, à l’instar du secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, qui a déclaré jeudi à Clermont-Ferrand : "Neuf candidats s’acharnent sur le dixième, Nicolas Sarkozy".

Donné deuxième au premier tour et perdant au second, Nicolas Sarkozy avertit dans le Figaro que le résultat du 22 avril réservera des "surprises" aux "observateurs". Il s’en prend violemment à la règle du CSA qui garantit un temps de parole totalement équivalent pour chaque candidat depuis le 9 avril. Selon le président-candidat, ce principe doit être réformé : "C’est la dernière élection avec ces règles, parce que tout ceci conduit à la caricatiure de la démocratie. Nous sommes dans une égalité formelle qui n’est pas une égalité réelle."

Confirmée le 16 avril dernier par le Conseil constitutionnel, cette règle permet aux petits candidats de se faire connaître. Sans cela, qui aurait entendu les idées de Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud ou Philippe Poutou ? Pour Nicolas Sarkozy, c’est une "curieuse façon d'exprimer la démocratie". Et d’annoncer "une discussion avec les formations politiques représentées au Parlement pour mettre à plat l'ensemble de ces règles et les moderniser".

Seul contre tous, une stratégie qui peut payer

Nicolas Sarkozy prévient qu’après le premier tour, "ce sera une tout autre histoire". "Je passerai de 10 % à 50 % de temps de parole. Nous nous affronterons enfin projet contre projet, personnalité contre personnalité", explique-t-il, souhaitant ainsi prendre à contre-pied les sondages, prises de position des éditorialistes et commentaires des journalistes.

Cependant, la présence de neuf autres candidats de toutes tendances ainsi que son bilan politique peuvent peut-être servir à la réelection de Nicolas Sarkozy. Selon Bernard Debré, ancien ministre et député UMP de Paris : "Le fait d’avoir des candidats tellement absurdes, tellement excessifs, tellement repoussoirs contre lui, peut, après tout, être une chance." Sur le site Atlantico, l’éditorialiste libéral Hugues Serraf exprime sensiblement le même avis : "On nous promettait Superman, on a eu Caliméro." Et de se demander si, au fond, ce n’est pas "la stratégie la plus pertinente pour une reconquête de l’opinion". 

Première publication : 20/04/2012

  • Sur Les Observateurs

    Quelle politique étrangère pour le prochain président français ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Le scrutin face au défi des nouvelles technologies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)