Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Etienne-du-Rouvray: après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Nigeria, les crimes contre des chrétiens se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

Economie

Breivik : "Je ne suis pas un cas psychiatrique"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/04/2012

Anders Behring Breivik a affirmé vendredi ne pas être un "cas psychiatrique" et vouloir être tenu pénalement responsable de ses actes. Jugé pour la mort de 77 personnes l'an dernier en Norvège, il encourt une peine de 21 ans de prison renouvelable.

AFP - Anders Behring Breivik, jugé pour la mort de 77 personnes l'an dernier en Norvège, a affirmé vendredi ne pas être "un cas psychiatrique" et insisté pour être reconnu pénalement responsable pour son geste.

"Je ne suis pas un cas psychiatrique et je suis pénalement responsable", a déclaré Breivik, interrogé sur son manque apparent d'empathie par une avocate des parties civiles, au cinquième jour de son procès.

"Quand on voit quelque chose de si extrême, on peut penser que c'est de la folie mais il faut différencier extrémisme politique et folie dans le sens clinique du terme", a-t-il déclaré.


Breivik a longuement expliqué vendredi comment il avait refoulé ses émotions à partir de 2006 pour pouvoir perpétrer ses attaques mais aussi pour pouvoir s'en expliquer devant le tribunal.

La question de la santé mentale de l'extrémiste, jugé pénalement irresponsable dans une première expertise psychiatrique puis responsable par une contre-expertise, est centrale dans ce procès qui doit durer 10 semaines.

Déclaré pénalement irresponsable, il risque l'internement psychiatrique à vie. Responsable, il encourt 21 ans de prison, une peine qui pourrait ensuite être prolongée aussi longtemps qu'il sera considéré comme dangereux.

Première publication : 20/04/2012

  • NORVÈGE

    Anders Behring Breivik, le tueur qui aimait World of Warcraft

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    Breivik avait initalement planifié trois attentats à la bombe et une fusillade

    En savoir plus

  • NORVÈGE

    L’un des juges de Breivik renvoyé pour soupçons de partialité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)