Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

FRANCE

Jérôme Kerviel porte plainte contre la Société Générale

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2012

Condamné en 2010 pour avoir fait perdre 4,9 milliards à la Société Générale, Jérôme Kerviel va attaquer en justice son ex-employeur pour "escroquerie au jugement". La banque riposte par une plainte pour "dénonciation calomnieuse".

AFP - Loin de faire profil bas avant son procès en appel, Jérôme Kerviel, symbole des dérives de la finance et de ses "traders fous", a décidé de porter plainte contre la Société Générale, laquelle a rétorqué qu'elle allait en faire autant.
              
L'avocat de l'ancien trader, David Koubbi, a annoncé vendredi avoir déposé une plainte pour "escroquerie au jugement" contre la banque. Il l'accuse d'avoir caché à la justice le fait d'avoir récupéré grâce à un mécanisme fiscal 1,7 des 4,9 milliards d'euros qu'elle dit avoir perdus par la faute de Jérôme Kerviel.

Riposte quasi immédiate: la Société Générale a fait savoir dans la soirée qu'elle allait porter plainte pour "dénonciation calomnieuse".
              
Jugé seul responsable d'une perte abyssale subie en janvier 2008 par la Société Générale, Jérôme Kerviel, 35 ans, a été condamné en 2010 à cinq ans de prison dont trois ferme et à des dommages et intérêts à hauteur de la perte, 4,9 milliards.
              
Pour le tribunal, il a joué sur les marchés financiers comme au casino, prenant des positions astronomiques sur des produits hautement risqués et dissimulant ses opérations avec des fausses écritures.
              
Affirmant de son côté que la banque fermait les yeux sur ses méthodes, voire les encourageait tant qu'il "gagnait", Jérôme Kerviel n'avait pas convaincu le tribunal correctionnel et son président, Dominique Pauthe, celui-là même qui a condamné Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis en décembre dernier dans l'affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris.
                            
Victime                
              
A son premier procès, Jérôme Kerviel avait pour défenseur le célèbre pénaliste Olivier Metzner, qui avait accueilli le jugement comme une "défaite personnelle".
              
Alors qu'approchait le procès en appel, prévu du 4 au 28 juin, des désaccords sur la "stratégie" à adopter sont apparus entre l'avocat et son client. Mi-mars, Me Metzner sortait du dossier, comme une bonne demi-douzaine d'autres avocats avant lui.
              
En première instance, la défense avait tenté de démontrer que la banque "ne pouvait pas ne pas savoir" ce que faisait son jeune trader. En appel, elle voudra prouver "qu'elle savait", affirme aujourd'hui Me Koubbi.
              
Kerviel, Koubbi, les deux hommes se connaissaient déjà, l'avocat ayant défendu les intérêts du trader ces trois dernières années dans des affaires d'atteinte au droit de la presse.
              
David Koubbi, 39 ans, a été récemment l'avocat de Tristane Banon, la jeune femme qui attaquait Dominique Strauss-Kahn pour agression sexuelle. La plainte a été classée sans suite car les faits étaient prescrits, mais il considère néanmoins que le combat a été gagné parce que le parquet a reconnu l'agression.
              
"Il y a eu tellement de dysfonctionnements" dans l'affaire Kerviel "qu'accepter d'assurer la défense (du trader) s'impose", déclarait-il fin mars.
              
Peu après, l'avocat s'attaquait à la déduction fiscale obtenue par la Société Générale après la "fraude" de son trader, s'employant à démontrer qu'elle n'aurait pas dû être accordée par Bercy. Il a demandé une commission parlementaire, avant de porter plainte pour escroquerie au jugement.
              
En face, le camp adverse se met lui aussi en ordre de bataille. Pour faire valoir ses droits de "victime", la Société Générale aura les trois mêmes avocats qu'en première instance, François Martineau, Jean Reinhart et, poids-lourd du barreau, Jean Veil.
              
Les débats s'annoncent encore une fois techniques mais ne devraient pas impressionner outre mesure la présidente de la cour, Mireille Filippini, ancienne juge d'instruction au pôle financier de Paris.

 

Première publication : 21/04/2012

  • MÉDIAS

    "Les Inrockuptibles" dans le collimateur de Jérôme Kerviel

    En savoir plus

  • FRANCE

    La Société générale a déjà récupéré 1,7 des 4,9 milliards perdus dans l’affaire Kerviel

    En savoir plus

  • FRANCE 24 ENTRETIEN

    "Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)