Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le président refuse d'accéder à une demande d'Aung San Suu Kyi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2012

Le président Thein Sein refuse de modifier le serment que doivent prêter les nouveaux élus birmans au Parlement - selon lequel ils s'engagent à "sauvegarder" la Constitution -, comme le demande l'opposante Aung San Suu Kyi, élue le 1er avril.

AFP - Le président birman Thein Sein a déclaré lundi qu'il n'avait pas l'intention de modifier le serment que doivent prêter les nouveaux élus au Parlement, malgré une demande de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi.

Selon l'agence de presse japonaise Kyodo, le président, qui effectue actuellement une visite au Japon, a également affirmé devant des journalistes qu'"il n'y aurait pas de revirement" dans le processus de démocratisation en Birmanie.

La lauréate du prix Nobel de la paix et les membres de sa Ligue nationale pour la démocratie (LND), triomphalement élus le 1er avril, refusent de prêter le serment de "sauvegarder" la Constitution de 2008 qu'ils veulent modifier. Ils proposent de remplacer "sauvegarder" par "respecter".

Ce texte arroge des pouvoirs immenses aux militaires et réserve notamment un quart des sièges des assemblées aux militaires d'active.

Aung San Suu Kyi a annoncé qu'elle et ses partisans n'assisteraient pas à leur première session du Parlement lundi, ajoutant "attendre seulement le bon moment pour y aller".

Thein Sein a déclaré qu'il voulait "accueillir" la dissidente au Parlement mais que c'était à elle de décider si elle voulait y siéger.

"Nous aimerions coopérer (avec elle) en avançant dans la même direction pour le bien des intérêts du peuple", a-t-il dit, excluant tout "revirement" dans le processus démocratique en cours.

La nouvelle équipe arrivée au pouvoir en mars 2011 a a notamment encouragé le retour d'Aung San Suu Kyi au coeur du jeu politique officiel, a libéré des centaines de prisonniers politiques et a entamé des discussions avec les groupes rebelles des minorités ethniques qui n'ont jamais pacifié leurs relations avec le pouvoir central depuis l'indépendance en 1948.

Lors d'une rencontre avec le Premier ministre japonais samedi, Thein Sein a assuré que la Birmanie poursuivrait les réformes "en se concentrant sur plus de démocratisation, la protection des droits de la population et la réconciliation".

Interrogé sur la possibilité de nommer l'opposante à un poste de ministre, le président a rappelé que la Constitution ne permet pas aux députés d'entrer au gouvernement. "Suu Kyi doit prendre sa décision", a-t-il dit.

Première publication : 23/04/2012

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi et son parti boycottent la première session au Parlement

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi choisit la Norvège pour sa première sortie officielle depuis 1989

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    À Rangoun, Cameron et Suu Kyi prônent la levée des sanctions internationales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)