Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

Economie

Faible secousse sur les marchés après le bon score de Hollande

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 24/04/2012

Le CAC40 a perdu plus de 3 % au lendemain de l'arrivée en tête de François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle. Une baisse que les analystes n'imputent pas essentiellement aux bons résultats du candidat socialiste...

C’est une secousse d’intensité moyenne qui a agité le Bourse de Paris au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française. Ce lundi 23 avril, l'indice CAC40 a perdu plus de 3 %. Un recul que les analystes mettent en partie sur le compte de l‘arrivée en tête du socialiste François Hollande, avec 28,63% des suffrages.

“Cette mauvaise journée est due aux deux tiers à la conjoncture économique européenne et à un tiers au bon score de François Hollande”, analyse Pascal de Lima, spécialiste du secteur financier et enseignant à Sciences-Po Paris. Au chapitre des éléments qui ne relèvent pas de la politique française, on trouve la démission du Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, qui n’a pas réussi à imposer son plan de réduction des déficits, et l’aggravation de la situation économique de l’Espagne.

Menace sur l'actuel couple franco-allemand

Mais ces deux événements ne suffisent pas à justifier la baisse du CAC40. “Les incertitudes sur l'issue du scrutin en France constitue le motif supplémentaire d’inquiétude ayant entraîné la Bourse vers le bas”, affirme Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities, une société française d'investissements.

Le bon score du candidat socialiste français suscite la défiance des places financières pour deux raisons. Tout d'abord, “les investisseurs réagissent toujours aux vieux clichés d’une gauche, même sociale-démocrate, qui serait par essence hostile aux marchés”, souligne Pascal de Lima. Et les déclarations de François Hollande sur le monde de la finance qui serait “l’ennemi à abattre” n’ont, d’après cet économiste, pas contribué à rassurer les boursicoteurs de tous les pays...

L’arrivée probable du héraut de la gauche française à l’Élysée est, en outre, “perçue comme une mauvaise nouvelle pour l’avenir de la politique économique incarnée par l'actuel couple franco-allemand”, juge Pascal de Lima. Cette Europe engagée sur la voie des réductions des déficits, “ce sont Nicolas Sarkozy et Angela Merkel qui l’ont mis en place et ont ainsi réussi à calmer les marchés”, explique le spécialiste tout en rappelant que François Hollande a émis le souhait de renégocier le nouveau pacte européen de stabilité.

François Hollande "n'est pas Pol Pot"

Cet ombre sur le moteur franco-allemand n’a, d’ailleurs, pas fait que des ravages à Paris. Francfort reculait ainsi de plus de 3 % et Londres était en baisse de 1,80 % ce lundi. Mais de là à dire qu’une victoire du socialiste au soir du second tour entraînerait un effondrement complet des Bourses européennes, il y a un pas que Pascal de Lima ne franchit pas. “Ils savent que François Hollande n’est pas Pol Pot. Au lieu de paniquer, les investisseurs exprimeront surtout leur mécontentement vis-à-vis de la disqualification du candidat le plus favorable aux marchés, c’est-à-dire Nicolas Sarkozy.”

Première publication : 23/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANCAISE

    Revivez les événements de la journée de vote du dimanche 22 avril

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande reste ferme sur la règle d'or et le pacte budgétaire

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Hollande et Sarkozy ramènent la crise économique au centre des débats

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)