Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre a présenté la démission de son gouvernement

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2012

Le Premier ministre néerlandais a présenté la démission de son gouvernement de coalition, à la reine Beatrix, ce lundi, ouvrant ainsi la voie à l'organisation d'élections législatives anticipées dans le pays.

AFP - Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a présenté lundi à la reine Beatrix la démission de son gouvernement minoritaire de centre droit après l'échec de négociations sur la réduction du déficit public avec le parti d'extrême droite de Geert Wilders, a annoncé le service de presse du gouvernement.


"Le Premier ministre M. Rutte a présenté le 23 avril 2012 à sa Majesté la reine la démission de tous les ministres et secrétaires d'Etat avec effet immédiat", a indiqué le service de presse du gouvernement néerlandais dans un communiqué.

"Sa Majesté la reine a pris la demande de démission en considération et demandé aux ministres et secrétaires d'Etat de continuer à faire tout ce qu'ils estiment nécessaire dans l'intérêt du royaume", poursuit le communiqué.

Les négociations sur la réduction du déficit public, entamées le 5 mars, avaient échoué samedi. M. Wilders avait quitté la table des négociations, rompant l'accord de soutien qui liait son Parti pour la Liberté (PVV) au gouvernement minoritaire, entré en fonction en octobre 2010.

Des élections législatives anticipées semblent "évidentes", avait estimé samedi en fin d'après-midi Mark Rutte qui avait convoqué pour lundi matin un conseil des ministres extraordinaire.

Les négociations entre le parti libéral (VVD) de Mark Rutte, les chrétiens-démocrates du CDA et le PVV de M. Wilders devaient permettre de dégager 16 milliards d'euros d'économies pour 2013 afin de respecter les normes de la zone euro en matière de déficit public. Mais M. Wilders avait refusé d'approuver des mesures qui auraient, selon lui, trop fait baisser le pouvoir d'achat des Néerlandais.

Le parti de Geert Wilders, eurosceptique et islamophobe, soutenait le gouvernement au parlement, où il lui assurait une majorité de 76 sièges sur les 150 que compte la chambre basse jusqu'à la démission le 21 mars d'un député PVV, devenu indépendant.

 

Première publication : 23/04/2012

  • PAYS-BAS

    Le pays se dirige vers l'organisation de législatives anticipées

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    Les tractations en vue de constituer une coalition gouvernementale ont commencé

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    Près de 12 millions de Néerlandais appelés aux urnes pour élire leurs députés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)