Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Moyen-orient

Nouvelles violences meurtrières, l'ONU poursuit sa mission

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2012

Les observateurs chargés de veiller au cessez-le-feu continuent de parcourir la Syrie, visitant notamment la ville rebelle de Zabadani, près de Damas. Plus de trente personnes sont mortes dans des violences ce lundi.

AFP -Trente-quatre personnes ont encore péri lundi dans des violences en Syrie, où 300 observateurs internationaux seront déployés à partir de la semaine prochaine pour surveiller un cessez-le-feu sérieusement compromis.

En dépit de la trêve entrée officiellement en vigueur le 12 avril, 28 civils ont été tués à Hama (centre) par les troupes du régime, un autre près de Damas, et cinq soldats dans les régions de Deraa (sud) et de Hama, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

C'est la première fois qu'un nombre aussi important de civils tués est recensé dans une même ville depuis l'instauration du cessez-le-feu.

De son côté, l'agence officielle Sana a fait état de quatre morts, dont trois soldats, à Deraa et Hama, tués par des "terroristes", auquel le régime assimile rebelles et opposants depuis le début de la révolte en mars 2011.

Pour Abou Omar, militant à Damas, la mission de l'ONU, qui compte pour le moment moins d'une dizaine de Casques bleus, est un échec parce que "les observateurs coordonnent leurs mouvements uniquement avec les autorités et ne travaillent pas avec le peuple sur le terrain".

Plusieurs militants ont ainsi affirmé à l'AFP que durant leur tournée lundi dans plusieurs villes de la région de Damas, les Casques bleus avaient refusé de suivre les habitants qui voulaient leur montrer les lieux où ils accusent le régime de cacher ses chars.

"Si (la mission de l'ONU) consiste à donner plus de temps au meurtrier Bachar (al-Assad), nous pouvons nous passer des observateurs", a souligné Abou Yazan al-Homsi, militant à Homs (centre), ville symbole de la contestation et de sa répression, où deux Casques bleus sont désormais basés.

Alors que l'OSDH a recensé plus de 200 morts depuis l'instauration du cessez-le-feu, le porte-parole de M. Annan, Ahmad Fawzi, a reconnu que "les conditions sont risquées" en Syrie où pour la première fois de leur histoire des Casques bleus sont envoyés sans arme dans un pays où la trêve n'est pas respectée.

Le porte-parole adjoint de l'ONU Eduardo del Buey a toutefois indiqué à l'AFP que le déploiement de l'équipe restreinte "devrait être terminé à la fin avril" et que le déploiement des 300 Casques bleus non armés, voté à l'unanimité samedi par le Conseil de sécurité de l'ONU, commencera la semaine prochaine.

"Nous croyons que la présence d'observateurs de l'ONU changera la dynamique politique sur le terrain", a ajouté M. Fawzi, au lendemain d'un nouvel appel de M. Annan à Damas d'arrêter "une fois pour toutes" d'utiliser des armes lourdes.

L'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a appelé Damas à "saisir cette chance d'une solution politique à la crise avant qu'il ne soit trop tard".

Son homologue français Gérard Araud a déclaré qu'"aucune entrave à l'action des observateurs, aucune menace à leur sécurité ne sera tolérée par le Conseil qui devra examiner le cas échéant des mesures coercitives si elles s'imposent".

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Meqdad a affirmé pour sa part que le gouvernement était "totalement" engagé par le plan Annan, estimant que le dialogue était le "seul moyen" de sortir de la crise, selon Sana.

Lundi, une partie de l'équipe restreinte d'observateurs s'est rendue dans la ville rebelle de Zabadani, à 47 km au nord-ouest de Damas, théâtre régulier de manifestations anti-régime et de combats entre les troupes du régime et l'Armée syrienne libre (ASL) qui regroupe des déserteurs.

Elle a également visité Douma, selon des militants, au lendemain de violents assauts durant lesquels trois civils ont péri. Des milliers de manifestants se sont rassemblés autour des quatre Casques bleus qui visitaient cette banlieue de la capitale, scandant des slogans réclamant la chute du régime et l'armement des rebelles de l'ASL, selon des vidéos de militants.

Selon une organisation humanitaire jordanienne, environ 500 Syriens ont fui les violences pour se réfugier en Jordanie, sous les tirs de l'armée syrienne, samedi et dimanche.

Pour accentuer la pression sur le régime, après 13 mois de violences qui ont fait plus de 11.100 morts selon l'OSDH, l'Union européenne a voté un 14e train de sanctions. Certaines sont essentiellement symboliques, interdisant les exportations de produits de luxe vers la Syrie, tandis que d'autres visent le matériel servant à la répression.

Le président américain Barack Obama a pour sa part autorisé le principe de sanctions contre des fournisseurs de moyens technologiques destinés à faciliter les violations des droits de l'homme en Syrie.

La Suisse a elle imposé des sanctions à l'encontre d'Anisa et d'Asma Al-Assad, la mère et l'épouse du président Bachar al-Assad, ainsi que de plusieurs membres du gouvernement.


Première publication : 23/04/2012

  • SYRIE

    Le Conseil de sécurité de l'ONU autorise l'envoi de 300 observateurs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des observateurs de l'ONU visitent la province de Homs

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les opposants au régime de Damas appellent de nouveau à manifester

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)