Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Amériques

Le meurtrier de Trayvon Martin plaide non coupable

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/04/2012

George Zimmerman, l'homme accusé du meurtre de l'adolescent noir Trayvon Martin tué le 26 février dernier en Floride, a plaidé non coupable de meurtre sans préméditation. Il avait auparavant été libéré sous caution.

AFP - Le vigile de quartier George Zimmerman, qui a abattu en février en Floride Trayvon Martin, un Noir de 17 ans, a plaidé non coupable de meurtre sans préméditation, quelques heures après sa libération sous caution dénoncée par la famille de la victime.

George Zimmerman, un Blanc hispanique, "plaide non coupable des charges qui pèsent maintenant contre lui", est-il écrit dans un document qui sera présenté lors de sa mise en accusation formelle et dont l'AFP a obtenu copie lundi.

L'accusé y indique qu'il renonce à comparaître à l'audience, fixée le 8 mai.

Ce plaider non coupable intervient après la libération sous caution du tueur, lundi matin peu après minuit. Un juge avait accepté vendredi sa libération contre le paiement de 150.000 dollars (environ 114.000 euros).

L'homme reconnaît avoir abattu le 26 février Trayvon Martin, qui marchait dans son quartier après avoir acheté une bouteille de thé glacé et des bonbons. Mais il plaide la légitime défense, selon une loi controversée de Floride qui permet d'utiliser la force dès lors qu'on se sent menacé.

Il devrait vraisemblablement attendre son procès dans un lieu secret.

La famille Martin s'est dite "anéantie qu'il soit capable de marcher dans la rue", a déclaré lundi son avocat Daryl Parks sur la chaîne CNN. "C'est avec un coeur très, très lourd qu'ils l'ont vu marcher librement", a raconté l'avocat.

Lors de l'audience de vendredi, George Zimmerman s'était exprimé pour la première fois publiquement, en disant aux parents du jeune Trayvon qu'il était "désolé" de la mort de leur fils.

M. Zimmerman, filmé par les télévisions à sa sortie de la prison de Sanford, semblait porter un gilet pare-balles en-dessous de sa veste. Sa famille s'était inquiétée vendredi des risques pour sa sécurité.

Il devra porter un bracelet électronique, n'aura pas le droit de détenir des armes, d'entrer en communication avec la famille de la victime, ni de boire de l'alcool. Son passeport lui a été retiré.

Le procureur Bernie De La Rionda avait demandé au juge de ne pas accorder la libération sous caution, ou de fixer cette caution à un million de dollars, tandis que la défense réclamait une libération sous caution de 15.000 dollars jusqu'au procès.

Le juge Kenneth Lester a finalement fixé le montant à 150.000 dollars, assorti du port du bracelet électronique, lui accordant des sorties entre 07H00 du matin et 18H00 avec l'obligation de se présenter à la police tous les trois jours.

George Zimmerman avait échappé à la prison pendant plusieurs semaines après le meurtre, la police l'ayant brièvement arrêté puis relâché la nuit des faits, provoquant une vague d'indignation à travers le pays. Le président Barack Obama avait exprimé sa vive émotion.

Mis en cause, le chef de la police de Sanford, Bill Lee Jr., a remis sa démission lundi mais le conseil municipal l'a refusée.

Après des semaines de manifestations et de pétitions, l'émotion n'était pas retombée dans la communauté noire, beaucoup estimant comme la famille du jeune Noir, ses avocats et les défenseurs des droits de l'homme, que Trayvon Martin a été victime d'un "délit de faciès".

La justice américaine avait finalement placé George Zimmerman en détention et engagé le 11 avril des poursuites contre lui pour meurtre sans préméditation. Il encourt la prison à vie, s'il est reconnu coupable.

Le meurtre s'est déroulé au soir du 26 février dans un quartier résidentiel aux entrées contrôlées par des portails. George Zimmerman, vigile bénévole, a reconnu avoir suivi Trayvon Martin qu'il trouvait suspect. Peu après avoir appelé la police, Zimmerman a tiré sur le jeune homme, qui n'était pas armé. Mais les circonstances du moment de la mort du jeune Noir restent floues.

Première publication : 24/04/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Le meurtrier de Trayvon Martin libéré sous caution

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le meurtrier de Trayvon Martin estimait d'office avoir affaire à un délinquant

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le tueur de Trayvon Martin comparaît pour la première fois devant un juge

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)