Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Mitt Romney, l'Américain qui aimait (trop) Paris

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 17/07/2012

Le probable adversaire républicain de Barack Obama à la présidentielle américaine, Mitt Romney, a affirmé qu'il appréciait la France et sa capitale. Un aveu qui peut se révéler compromettant pour un candidat à la Maison Blanche.

“Sacrebleu, another gaffe!“ ("Sacrebleu, une nouvelle gaffe !"). C'est ce qu'a dû penser le directeur de campagne du républicain Mitt Romney, lors d’un déplacement, lundi 23 avril, en Pennsylvanie. Son candidat, qui, selon toutes vraisemblances, affrontera Barack Obama à la présidentielle américaine de novembre, a en effet eu le malheur de répondre à un journaliste qu'il l'interrogeait sur la France.

Cette déclaration d'amour de Romney à Paris pourrait bien lui jouer des tours, comme l'affirme, non sans humour, le chroniqueur politique du "Washington Post" Chris Cillizza. "Message aux hommes politiques : ne parlez pas de la France. Jamais. Sauf si, d'une manière ou d'une autre, vous la condamnez", a-t-il posté sur son compte Twitter quelques minutes après la sortie francophile de Romney.

Car s'il est un pays qui divise au sein de la classe politique américaine, c'est bien la France. Les conservateurs la considèrent comme une contrée gangrenée par des lois d'inspiration marxiste, où le prochain président pourrait bien être issu du Parti socialiste. Quant aux démocrates, ils se gardent bien de passer pour des snobs en avouant leur penchant pour un pays, dont la littérature, le cinéma et la gastronomie sont surtout prisés des élites. En outre, les Américains ont encore en mémoire la brouille de 2003, lorsque Paris menait l'opposition internationale à une intervention armée des États-Unis en Irak.

John Kerry, alias "Jean Cheri"

Les candidats à la Maison Blanche évitent donc le plus possible de s'avancer sur un terrain que tous les observateurs politiques avisés savent dangereux. "La salle de presse toute entière a laissé éclater des 'oh non !', quand Romney s'est rappelé, de manière affectueuse, son voyage en France", rapporte ainsi Glenn Thrush, journaliste pour le site Internet Politico.

Comme tous les commentateurs politiques du pays, il se souvient du sort qui avait été réservé à John Kerry lorsque celui-ci briguait la Maison Blanche en 2004 pour le Parti démocrate. Ses origines françaises lui avaient valu les quolibets de son adversaire de l'époque, George W. Bush, ainsi que le sobriquet peu flatteur de "Jean Cheri".

Paris, Ohio

La déclaration de Romney sur Paris est toutefois peut-être calculée en vue d'un recentrage politique. Après avoir fait campagne sur des thèmes très à droite lors des premiers mois de la course à la primaire républicaine, celui qui a passé plusieurs mois en France dans les années 1960, en tant que missionnaire pour l'Église mormone, souhaite séduire davantage de candidats centristes, à présent qu'il est quasiment assuré de représenter le Grand Old Party (GOP) lors de la présidentielle.

De plus, Barack Obama ne devrait pas lui reprocher son attirance pour Paris, celui-ci ayant récemment séjourné avec sa famille dans la capitale française, comme le rappelle la revue américaine conservatrice "The National Review". "Les Obama ont visité Paris en 2009, réservant dans le restaurant de la tour Eiffel du célèbre chef Alain Ducasse. Michelle Obama a aussi fait du shopping dans l'une des boutiques préférées des plus célèbres parents de Hollywood, comme les Jolie-Pitt et le couple Cruise-Holmes."

Si la base conservatrice républicaine lui tient néanmoins rigueur de son goût pour la France, Romney pourra toujours plaider le quiproquo, comme lui suggère la chroniqueuse pour le "Washington Post", Alexandra Petri. "Calmez-vous tous, je suis sûre que Romney parlait de Paris dans l'Ohio".
 

Première publication : 24/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama et Mitt Romney au coude à coude dans les sondages

    En savoir plus

  • PRIMAIRE RÉPUBLICAINE

    L'ultra-conservateur Rick Santorum se retire pour mieux rebondir

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Mitt Romney, le mormon businessman favori de la course

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)