Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Mitt Romney remporte cinq nouveaux États

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/04/2012

Le candidat modéré Mitt Romney, qui a remporté cinq nouvelles primaires mardi, survole la course à l'investiture républicaine. Sauf surprise, il devrait affronter Barack Obama lors de la présidentielle de novembre prochain.

AFP - Le candidat républicain Mitt Romney, a remporté cinq élections primaires mardi, et s'est posé en candidat investi pour la présidentielle américaine de novembre face à Barack Obama, même s'il devra attendre la convention du parti pour officialiser son statut.

Selon les estimations provisoires de plusieurs chaînes de télévision américaines, Mitt Romney --qui n'a plus face à lui que deux adversaires républicains affaiblis, Newt Gingrich et Ron Paul-- a largement remporté les Etats de New York, du Delaware, du Connecticut, de Pennsylvanie, et du Rhode Island, avec des scores situés entre 56% et 67% des voix.

Le candidat modéré était donné grand vainqueur dans ces Etats du nord-est des Etats-Unis, où les républicains centristes sont nombreux.

"Après 43 primaires et caucus (assemblées d'électeurs), beaucoup de longues journées et quelques longues nuits, je peux dire avec confiance et gratitude que vous m'avez offert un grand honneur et une responsabilité solennelle", a déclaré M. Romney mardi soir. "Ensemble nous allons gagner le 6 novembre!", a-t-il lancé.

Dans son discours au ton de candidat présidentiel investi, M. Romney s'exprimait non pas depuis l'un des cinq Etats où se déroulaient les primaires, mais depuis Manchester dans le New Hampshire (nord-est) l'un des Etats-clé pour la présidentielle de novembre.

Si les victoires de mardi marquent un tournant décisif pour M. Romney, celui-ci devra attendre la convention nationale du parti républicain à Tampa (Floride, sud-est) fin août pour être officiellement investi. Mais il a d'ores et déjà lancé un message aux Américains: "Tenez-bon, encore un peu. Une Amérique meilleure commence ce soir".

M. Romney s'en est également pris au président Barack Obama qui, selon lui, a "échoué" a tenir ses "promesses d'espoir et de changement" faites lors de son élection en 2008.

"Ce soir c'est le début de la fin des déceptions des années Obama et le début d'un chapitre nouveau et meilleur que nous écrirons ensemble", a-t-il dit à ses partisans.

M. Romney, vainqueur quasi-assuré de la primaire républicaine depuis le retrait de son rival ultraconservateur Rick Santorum le 10 avril, a déjà orienté sa campagne contre le président démocrate sortant depuis quelques jours.

Le candidat républicain a empoché 683 des 1.144 délégués nécessaires pour décrocher l'investiture, selon le site RealClearPolitics.

Si les victoires qu'il a remporté dans les cinq Etats mardi soir lui garantissent la quasi-totalité des 231 délégués de ces Etats, le chiffre "magique" pour décrocher l'investiture n'est pas encore atteint. Selon les experts, M. Romney pourrait atteindre ce chiffre à la fin du mois de mai.

De son côté, M. Gingrich pourrait envisager un retrait, a indiqué à Yahoo News son porte-parole R.C. Hammond, avant l'annonce des résultats.

 

Première publication : 25/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney, l'Américain qui aimait (trop) Paris

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama et Mitt Romney au coude à coude dans les sondages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)