Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Marion Le Pen, la vitrine du FN troisième génération

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 25/04/2012

Opération relooking au Front national qui veut faire de Marion Maréchal-Le Pen l'un des nouveaux visages du parti d'extrême droite. À seulement 22 ans, la petite-fille de l'ex-leader frontiste doit se présenter aux législatives de juin à Carpentras.

"Le Front national souhaite prendre une éclatante revanche à Carpentras [Vaucluse] en la personne de cette jeune fille qui est très symbolique de sa génération", a déclaré ce mercredi 25 avril Jean-Marie Le Pen à l'agence de presse Reuters. La jeune femme en question n’est autre que la petite-fille du président d'honneur du Front national (FN). Après avoir lancé une campagne de "dédiabolisation" au lendemain de l'installation de Marine Le Pen à la tête du parti, le FN continue son opération "relooking".

C'était un secret de Polichinelle, la jeune femme sera officiellement investie jeudi pour représenter le FN aux élections législatives de juin. Marion Le Pen briguera précisément la 3e circonscription du Vaucluse, un département où sa tante Marine Le Pen a obtenu 27,05% des voix, juste derrière Nicolas Sarkozy (27,45%), lors du premier tour de la présidentielle. De quoi lui laisser entrevoir la possibilité, en cas de triangulaire, de remporter à 22 ans un siège de député.
 
Carpentras, ville symbole
 
"Marion n’a pas été choisie par hasard, qui mieux qu’une Le Pen peut laver l’honneur de sa famille, bafouée par une machination", confie à FRANCE 24 un proche de la candidate. Revanche, honneur, machination : Carpentras est chargée en symboles pour le FN. En 1990, le parti d’extrême droite avait été accusé d'être le responsable de la profanation du cimetière juif de la ville, qui avait provoqué une vague d’indignation dans l’ensemble du pays. Six ans après les faits, quatre néo-nazis, sans lien avec le parti de Jean-Marie Le Pen, avaient finalement été condamnés dans cette affaire. "Carpentras" est depuis systématiquement citée en exemple par les cadres du parti comme "la preuve de l’existence d’un complot" destiné à l’affaiblir.
 
Marion Maréchal-Le Pen, étudiante en droit à l'université Panthéon-Assas (Paris II) et fille de Yann Le Pen et d’un ex-cadre du parti Samuel Maréchal, semble également en faire une affaire personnelle. "Cette candidature, c’est un peu une façon de réhabiliter Jean-Marie Le Pen. Son honneur a été sali avec cette affaire, mais on ne l’a jamais lavé sur la place publique", confie-t-elle ce matin au Parisien.fr.
 
"Pas de doute, c’est une Le Pen"
 
Malgré son jeune âge, la candidate frontiste n’est pas à son premier coup d’essai en politique. À 19 ans, elle s'était déjà présentée sur la liste FN lors des élections régionales de 2010 dans le département des Yvelines. Sans succès. "Cette première expérience lui a beaucoup servi pour préparer l’échéance électorale qui approche, elle ne se présentera pas pour faire de la figuration mais pour l’emporter", confie à FRANCE 24, Maxime Ango-Bonnefon, son directeur de campagne et membre du bureau des "Jeunes avec Marine".
 
Prié de décrire les qualités de Marion Maréchal-Le Pen, ce dernier répond : "Pas de doute c’est une Le Pen, de par son physique certes, mais surtout par son caractère bien trempé et son charisme". Réputée "très proche" de sa tante Marine Le Pen, la jeune femme blonde pourra également compter sur le soutien de son grand-père. "J'irai bientôt sur place pour présenter Marion et l'ensemble des candidats du Vaucluse. Je l'aiderai dans sa campagne", a-t-il assuré.
 
Sur Le Parisien.fr, Marion Maréchal-Le Pen se dit convaincue de pouvoir faire un bon score lors des législatives, sur lesquelles mise beaucoup son parti pour confirmer sa montée en puissance sur l’échiquier politique français. Si elle l’emporte, elle sera probablement la benjamine de l’Assemblée nationale. En 1956, le plus jeune député de l’hémicycle avait, lui, 27 ans. Et il s’appelait Jean-Marie Le Pen.

 

Première publication : 25/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande veut "convaincre les électeurs du FN que la gauche les défend"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    "Marine Le Pen a intérêt à voir Nicolas Sarkozy battu"

    En savoir plus

  • PRÉSIDIENTIELLE FRANÇAISE

    La progression de Marine Le Pen sème le trouble dans les capitales européennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)