Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Economie

Athènes boucle la restructuration de sa dette

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/04/2012

Le ministère des Finances a annoncé, ce mercredi, que 96 % des créanciers privés de la Grèce avaient finalement accepté le plan de restructuration de la dette, permettant ainsi d'effacer une ardoise de près de 106 milliards d'euros.

AFP - La Grèce a achevé mercredi la restructuration de sa dette souveraine détenue par des créanciers privés en obtenant un taux de participation de 96,9%, a annoncé le ministère des Finances.

"Nous sommes très contents des résultats de l'opération d'échange d'obligations", s'est félicité le ministre Philippos Sahinidis dans un communiqué, en faisant allusion à la dernière phase de l'opération d'effacement d'un peu plus de la moitié des 205,5 milliards d'euros de la dette du pays détenue par les créanciers privés.

L'essentiel de l'opération, portant sur l'échange de titres de droit grec, s'était achevé début mars et avait permis d'effacer environ 105 milliards d'euros de dette détenue surtout par des banques, des caisses de retraites, des assurances ou hedge funds qui avaient investi dans la dette grecque.

Les détenteurs d'obligations de droit non grec ont bénéficié d'un délai plus long, jusqu'au 20 avril, pour dire s'ils acceptaient ou non d'échanger leurs titres contre des titres dont la valeur a été divisée.

Selon la liste publiée par le ministère, seulement une minorité de ces créanciers, portant sur une valeur de 522,340 millions d'euros d'obligations, ont accepté de participer à l'opération, contre 1,275 milliards d'euros qui ont refusé.

Au total, la restructuration de la dette a donc porté sur quelque 199 milliards d'euros sur les 205,5 milliards d'obligations grecques détenues par des créanciers privés.

Selon un calcul de l'AFP, environ 106,5 milliards d'euros de dette grecque auront ainsi été effacés au total.

La restructuration de la dette de la Grèce, une opération compliquée, inédite dans les annales financières, a été prévue lors de la deuxième aide accordée au pays en mars par ses créanciers, UE (Union européenne) et FMI(Fonds monétaire international), afin d'alléger la dette totale du pays qui s'élevait en 2011 à 355,6 milliards d'euros, soit 165,3% du PIB.

A la suite de cette opération, dite PSI (private sector involvement), l'ensemble des grandes banques grecques --qui étaient les principales détentrices de titres souverains grecs-- doivent être recapitalisées d'ici à la fin de l'année à hauteur de 50 milliards d'euros prévus dans l'accord européen, dont 25 sont déjà parvenus à la Banque de Grèce.

Première publication : 25/04/2012

  • ZONE EURO

    L'avenir de la Grèce s'annonce de plus en plus noir

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Des législatives anticipées seront organisées le 6 mai prochain

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    La Grèce entame l'effacement de sa dette auprès de ses créanciers privés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)