Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Culture

Un "Roméo et Juliette" à la mode irakienne à l'affiche au Royaume-Uni

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/04/2012

Une adaptation de "Roméo et Juliette" à la situation actuelle de l'Irak sera présentée au public britannique du World Shakespeare Festival de Stratford-upon-Avon, à partir de jeudi. La pièce sera ensuite à l'affiche à Londres, en juin.

AFP - Roméo est chiite et Juliette est sunnite. Ils vivent à Bagdad et sont en butte aux préjugés familiaux dans un pays ravagé par la guerre confessionnelle: la célèbre pièce de Shakespeare a été adaptée à la mode irakienne.

Les pistolets ont remplacé les épées et les acteurs, qui s'expriment en arabe dialectal, ont adopté les tenues traditionnelles irakiennes. Mais l'adaptation va plus loin.

La pièce, jouée en Angleterre à partir de jeudi, reprend l'intrigue imaginée par William Shakespeare à la fin du XVIème siècle, mais la mise en scène a délaissé les palais italiens de la Renaissance pour la misère vécue par les Irakiens ces neuf dernières années.

Une des dernières scènes mélange l'horreur des attentats suicide et l'épouvantable carnage dans une cathédrale de Bagdad, où des membres d'Al-Qaïda avaient assassiné 44 fidèles et deux prêtres pendant une messe à la Toussaint 2010.

C'est le comte Pâris, éconduit par Juliette, qui se fait exploser dans l'église, tuant les deux amants.

Pour Monazel Daoud, 52 ans, qui signe l'adaptation et la mise en scène de la pièce, Pâris est membre d'Al-Qaïda et fait partie de ces combattants étrangers venus en Irak combattre l'occupant américain après 2003.

Jouée dans la ville natale de Shakespeare

La réalité irakienne, avec les violences confessionnelles qui ont fait des dizaines de milliers de morts, donne un caractère encore plus tragique à la pièce.

"+Roméo et Juliette à Bagdad+ est devenu une histoire entièrement irakienne. Roméo va connaître les affres de tous les Irakiens", explique l'interprète du rôle-titre, Ahmed Salah Moneka, 23 ans. "Je veux faire passer le message de la souffrance de cette génération et l'épreuve de l'amour".

En Irak, "il est fréquent que deux êtres de confession différente tombent amoureux, mais ne puissent pas poursuivre leur relation", confie Sarwa Rassoul, 23 ans, la "Juliette" irakienne. Mais "ni les communautés, ni les tribus, ni aucune autre raison ne devraient empêcher les gens de s'aimer".

Les deux interprètes ont connu les tragédies liées à ces préjugés. "Mon amie s'est suicidée car elle était kurde et que l'homme qu'elle aimait était arabe. Sa famille a refusé cette union", raconte Sarwa.

Elle-même kurde, la jeune actrice habite à Ur, un quartier du nord de Bagdad majoritairement sunnite sous Saddam Hussein, mais où l'arrivée de chiites à partir de 2003 a poussé les deux communautés "à s'entretuer", explique-t-elle.

"En face de ma fenêtre, il y a un magasin dont je connaissais bien le propriétaire. Parce qu'il était d'une autre confession (sunnite), il a été assassiné sous mes yeux par l'Armée du Mehdi", la milice du chef radical chiite Moqtada Sadr, raconte-t-elle.

Ahmed aussi a grandi dans ces violences: "Des amis ont été blessés dans des attentats et j'ai en perdu deux autres au cours de la guerre confessionnelle. C'est ce qui rend mon interprétation plus forte et plus profonde", assure-t-il.

La pièce a été jouée devant une salle comble au Théâtre national à Bagdad, dans le cadre du programme culturel lié aux jeux Olympiques de 2012.

Elle doit être montrée à partir de jeudi et pour huit jours au "World Shakespeare Festival" de Stratford-upon-Avon, lieu de naissance du dramaturge au centre de l'Angleterre, puis à Londres fin juin.

Mais elle pourrait revenir en Irak: "J'ai besoin de dire à mon peuple +Venez et regardez-vous, car je ne suis que le miroir de votre vie+", explique Monazel Daoud.
 

Première publication : 25/04/2012

  • RUSSIE

    À Moscou, une pièce de théâtre raille Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • FRANCE

    Privés ou publics, les théâtres souffrent à leur tour de la crise

    En savoir plus

  • THÉÂTRE

    La pièce "Golgota Picnic" indigne les milieux catholiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)