Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

Culture

Un "Roméo et Juliette" à la mode irakienne à l'affiche au Royaume-Uni

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/04/2012

Une adaptation de "Roméo et Juliette" à la situation actuelle de l'Irak sera présentée au public britannique du World Shakespeare Festival de Stratford-upon-Avon, à partir de jeudi. La pièce sera ensuite à l'affiche à Londres, en juin.

AFP - Roméo est chiite et Juliette est sunnite. Ils vivent à Bagdad et sont en butte aux préjugés familiaux dans un pays ravagé par la guerre confessionnelle: la célèbre pièce de Shakespeare a été adaptée à la mode irakienne.

Les pistolets ont remplacé les épées et les acteurs, qui s'expriment en arabe dialectal, ont adopté les tenues traditionnelles irakiennes. Mais l'adaptation va plus loin.

La pièce, jouée en Angleterre à partir de jeudi, reprend l'intrigue imaginée par William Shakespeare à la fin du XVIème siècle, mais la mise en scène a délaissé les palais italiens de la Renaissance pour la misère vécue par les Irakiens ces neuf dernières années.

Une des dernières scènes mélange l'horreur des attentats suicide et l'épouvantable carnage dans une cathédrale de Bagdad, où des membres d'Al-Qaïda avaient assassiné 44 fidèles et deux prêtres pendant une messe à la Toussaint 2010.

C'est le comte Pâris, éconduit par Juliette, qui se fait exploser dans l'église, tuant les deux amants.

Pour Monazel Daoud, 52 ans, qui signe l'adaptation et la mise en scène de la pièce, Pâris est membre d'Al-Qaïda et fait partie de ces combattants étrangers venus en Irak combattre l'occupant américain après 2003.

Jouée dans la ville natale de Shakespeare

La réalité irakienne, avec les violences confessionnelles qui ont fait des dizaines de milliers de morts, donne un caractère encore plus tragique à la pièce.

"+Roméo et Juliette à Bagdad+ est devenu une histoire entièrement irakienne. Roméo va connaître les affres de tous les Irakiens", explique l'interprète du rôle-titre, Ahmed Salah Moneka, 23 ans. "Je veux faire passer le message de la souffrance de cette génération et l'épreuve de l'amour".

En Irak, "il est fréquent que deux êtres de confession différente tombent amoureux, mais ne puissent pas poursuivre leur relation", confie Sarwa Rassoul, 23 ans, la "Juliette" irakienne. Mais "ni les communautés, ni les tribus, ni aucune autre raison ne devraient empêcher les gens de s'aimer".

Les deux interprètes ont connu les tragédies liées à ces préjugés. "Mon amie s'est suicidée car elle était kurde et que l'homme qu'elle aimait était arabe. Sa famille a refusé cette union", raconte Sarwa.

Elle-même kurde, la jeune actrice habite à Ur, un quartier du nord de Bagdad majoritairement sunnite sous Saddam Hussein, mais où l'arrivée de chiites à partir de 2003 a poussé les deux communautés "à s'entretuer", explique-t-elle.

"En face de ma fenêtre, il y a un magasin dont je connaissais bien le propriétaire. Parce qu'il était d'une autre confession (sunnite), il a été assassiné sous mes yeux par l'Armée du Mehdi", la milice du chef radical chiite Moqtada Sadr, raconte-t-elle.

Ahmed aussi a grandi dans ces violences: "Des amis ont été blessés dans des attentats et j'ai en perdu deux autres au cours de la guerre confessionnelle. C'est ce qui rend mon interprétation plus forte et plus profonde", assure-t-il.

La pièce a été jouée devant une salle comble au Théâtre national à Bagdad, dans le cadre du programme culturel lié aux jeux Olympiques de 2012.

Elle doit être montrée à partir de jeudi et pour huit jours au "World Shakespeare Festival" de Stratford-upon-Avon, lieu de naissance du dramaturge au centre de l'Angleterre, puis à Londres fin juin.

Mais elle pourrait revenir en Irak: "J'ai besoin de dire à mon peuple +Venez et regardez-vous, car je ne suis que le miroir de votre vie+", explique Monazel Daoud.
 

Première publication : 25/04/2012

  • RUSSIE

    À Moscou, une pièce de théâtre raille Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • FRANCE

    Privés ou publics, les théâtres souffrent à leur tour de la crise

    En savoir plus

  • THÉÂTRE

    La pièce "Golgota Picnic" indigne les milieux catholiques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)