Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

Moyen-orient

Les dirigeants militaires israéliens écartent le risque d'une bombe nucléaire iranienne

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/04/2012

Le chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz, a estimé dans un entretien au quotidien de gauche "Haaretz" que l'Iran ne franchira pas "le pas supplémentaire" nécessaire pour produire des armes nucléaires.

AFP - Les dirigeants militaires israéliens tempèrent le risque que l'Iran décide de se doter de l'arme nucléaire et se montrent plus confiants dans l'efficacité des sanctions économiques, tablant sur la "rationalité" de Téhéran.

Cette analyse tranche avec le discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui accusait il y a une semaine "les gens qui refusent de voir la menace iranienne" de n'avoir "rien appris de la Shoah".

Le chef d'état-major israélien, le général Benny Gantz, a confié au quotidien de gauche Haaretz ne pas croire que le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, "voudra franchir le pas supplémentaire" nécessaire pour la production d'armes nucléaires.

Le général Gantz --qui était récemment aux Etats-Unis-- a même qualifié de "gens très rationnels" les dirigeants de Téhéran et estimé que les sanctions internationales commençaient "à porter leurs fruits".

Visiblement sur le même longueur d'ondes, le ministre de la Défense Ehud Barak, de retour de Washington, a assuré que l'Iran n'avait "pas encore décidé de produire de bombes atomiques".

Interrogé sur l'effet des sanctions internationales, M. Barak a lui aussi estimé que "si les Américains, les Européens et nous-mêmes sommes déterminés, il y a une chance d'arrêter les Iraniens avant qu'ils ne se dotent de l'arme atomique".

Ces déclarations surviennent le jour où Israël se recueille à la mémoire de ses soldats tombés au combat et à la veille du 64e anniversaire de sa création.

En mars, le New York Times avait fuité l'information selon laquelle le service de renseignements israélien, le Mossad, partageait l'analyse américaine sur ce point.

Un ancien chef du Mossad, Meïr Dagan, qui pendant huit ans (2002-2010) fut chargé du "dossier iranien", s'est dit à maintes reprises opposé à ce stade à des frappes contre les sites nucléaires iraniens.

Selon un haut responsable israélien, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, "le général Gantz ne fait répéter tout haut et publiquement ce que les dirigeants militaires, y compris son prédécesseur le général Gaby Ashkenazi, n'ont cessé de dire aux politiques ces dernières années".

"Ehud Barak a pour sa part évolué et semble plus modéré. Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères, a lui aussi récemment affirmé à des journalistes israéliens qu'il fallait donner une chance aux sanctions économiques et aux pressions diplomatiques", a déclaré ce responsable à l'AFP.

M. Lieberman, jamais à court de rhétorique nationaliste, aurait estimé la situation en Egypte plus inquiétante pour Israël que les ambitions nucléaires iraniennes.

"En fait, le Premier ministre se retrouve un peu isolé sur l'Iran", a constaté le responsable israélien.

"Je serais très content si les sanctions et les pressions amenaient l'Iran à abandonner son programme nucléaire militaire", a réaffirmé M. Netanyahu mardi à la radio, "mais je répète qu'il ne faut pas permettre à l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et Israël doit conserver sa capacité à se défendre contre toute menace et à tout moment".

Les analystes considèrent qu'une décision d'attaquer l'Iran ne saurait être prise sans le soutien total de l'armée, du Mossad, du ministre de la Défense et de la majorité des ministres siégeant au cabinet de sécurité, ce qui ne serait pas le cas actuellement.

Israël souffle le chaud et le froid sur l'éventualité de frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

Le gouvernement israélien a récemment appelé à la fermeté le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), dans ses discussions avec Téhéran sur son programme nucléaire controversé, qui doivent reprendre le 23 mai à Bagdad.

Israël accuse l'Iran de mettre ces négociations à profit "pour gagner du temps". Pour sa part, Téhéran proteste du caractère pacifique de son programme.
 

Première publication : 25/04/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama impose de nouvelles sanctions contre l'Iran

    En savoir plus

  • ISRAËL - IRAN

    Des Israéliens déclarent leur flamme aux Iraniens via Internet

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Le "Superman israélien" Meir Dagan entre en dissidence sur le dossier iranien

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)