Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Kevin Costner, de retour dans "Criminal"

En savoir plus

REPORTERS

Proche-Orient : "l'intifada des couteaux", le malaise d’une génération

En savoir plus

MODE

Le salon Made in France peut-il sauver la mode française ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

François Hollande "compte sur sa bonne étoile" pour 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Corée du Nord : tragédies en cascade en marge du congrès du Parti des travailleurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Grèce : grève générale contre l'austérité

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nicolas Baverez : "Le quinquennat de François Hollande est une accélération du déclin de la France"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : conspué, mais sur le devant de la scène médiatique

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections locales au Royaume-Uni : un scrutin à haut risque pour le parti travailliste (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

La Bavière souhaite faire de "Mein Kampf" un livre pédagogique

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/04/2012

"Main Kampf", le célèbre livre fondateur du nazisme écrit par Adolf Hitler, va tomber dans le domaine public en 2015. La Bavière, qui souhaite éviter toute récupération commerciale, compte en éditer une version pédagogique.

En Allemagne, Mein Kampf va renaître de ses très sulfureuses cendres. Le Land de Bavière - qui détient depuis la fin de la Seconde guerre mondiale les droits sur le pamphlet fondateur du nazisme écrit par Adolf Hitler - a décidé de le rééditer en 2015. Mais pas n’importe comment : il sera annoté et commenté par des historiens afin de le “démystifier et [le] remettre dans son contexte”, a expliqué, mardi, Markus Söder, ministre bavarois des Finances.

Jusqu’à présent le Land du sud de l’Allemagne avait rigoureusement veillé au respect de la loi, interdisant la publication du livre rédigé en 1924 par le futur Führer, alors qu'il était détenu dans une prison munichoise. Ainsi en janvier dernier, la Bavière avait obtenu de l’éditeur britannique McGee qu’il renonce à publier des extraits de "Mein Kampf"" sur le sol allemand.

La récente décision bavaroise de rééditer la prose hitlérienne a été dictée par des questions de droits. En effet, le tristement célèbre livre de propagande nazie doit tomber dans domaine public fin 2015. La Bavière s’est retrouvée détentrice des droits de l’ouvrage car, lors de sa mort, une grande partie de la fortune d'Adolf Hitler se trouvait à Munich, la capitale bavaroise. “Nous voulions éviter à tout prix que 'Mein Kampf' soit utilisé par un quelconque éditeur à des fins purement mercantiles”, poursuit Markus Söder.

"Mein Kampf" étudié à l’école ?

D’où l’idée de confier le soin à l’Institut d’histoire contemporaine de Munich de préparer une version pédagogique du pamphlet, afin de “couper l’herbe sous le pied de l’extrême droite qui pourrait être tentée de se réapproprier l’ouvrage”, assure l’historienne allemande Edith Raim au quotidien français Libération, jeudi. Ce projet de trois ans et doté d’un budget de 500 000 euros doit “montrer en quoi Mein Kampf est révélateur de son époque et en quoi Hitler va au-delà de ce que pensaient les gens de son époque”, poursuit cette spécialiste.

Dans ce contexte, les instances allemandes du judaïsme ont salué la démarche. “C’est une approche responsable d’une question très sensible”, a reconnu Dieter Graumann, président du Conseil central des juifs allemands, au magazine allemand Focus.

Mais cette proposition d’un “Mein Kampf pédagogique” a reçu un accueil plus frileux de la part du corps enseignant bavarois. Le Land veut en effet, dès 2016, introduire l’étude de la version commentée de “Mein Kampf” dans les écoles allemandes, à destination d’élèves âgés de 14 à 15 ans. “Tout le monde sait que “Mein Kampf” existe, qu’il véhicule des idéaux de haine et la lecture ce livre peut exercer une fascination malsaine sur des esprits jeunes et influençables", regrette Klaus Wenzel, président du syndicat bavarois des enseignants et enseignantes, dans un entretien accordé mercredi au quotidien allemand de gauche Sueddeutsche Zeitung. Pour lui, "ce n’est pas le rôle de l’école de jouer avec ce genre de sentiment".

Première publication : 26/04/2012

  • ALLEMAGNE

    Un musée berlinois accueille la première exposition sur "Hitler et les Allemands"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)