Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Afrique

Charles Taylor déclaré coupable de crimes de guerre en Sierra Leone

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone a déclaré coupable de crimes de guerre l’ancien président libérien Charles Taylor, poursuivi pour avoir soutenu la rébellion du RUF entre 1996 et 2002. Il connaîtra sa peine le 30 mai.

Charles Taylor est devenu, jeudi 26 avril, le premier ex-chef d’État condamné par la justice internationale. L’ancien dictateur libérien, qui, en 1997, dînait à la table de Nelson Mandela et courtisait l'une des plus belles femmes du monde - Naomi Campbell - risque désormais de finir ses jours dans une prison de haute sécurité britannique pour le rôle qu'il a joué dans la guerre civile en Sierra Leone.

Si Taylor ne connaîtra sa peine que le 30 mai, celui-ci a été reconnu coupable de crimes de guerre pour avoir dirigé en sous-main les rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) en Sierra Leone, pays voisin du Liberia. Une guerre civile qui a causé la mort de près de 100 000 personnes entre 1991 et 2002 et qui fut le théâtre d'un cortège d’atrocités, de l’exploitation des enfants soldats aux mutilations délibérées.

Le verdict a été prononcé par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), une cour de justice dont les statuts mixtes appliquant à la fois le droit international et sierra léonais ont longtemps fait s’interroger sur sa capacité à traduire en justice l’ex-président libérien. L’une des particularités de ce verdict est de condamner Charles Taylor pour ses actions dans un pays voisin du sien - la Sierra Leone -, tout en passant sous silence la longue litanie de ses crimes présumés au Liberia.

Un seigneur de guerre à la conquête du pouvoir

Charles Taylor s’est en effet imposé à la tête du Liberia après une longue carrière de seigneur de guerre. L’insurrection armée qu’il a déclenchée la nuit de Noël 1989 a plongé durablement le pays dans un chaos sanglant.

Accueil du verdict au Sierra Leone

Pendant huit ans, les forces libériennes de Charles Taylor s’illustrent alors par le recrutement forcé d’enfants soldats et l’utilisation de drogues pour désinhiber les troupes. Des soldats drogués combattent nus, convaincus que l’absence de vêtements les rend invisibles. Les affrontements entre factions rebelles rivales donnent lieu à des atrocités - tueries, mutilations, viols, actes de cannibalisme - qui apparaissent, a postiori, comme une répétition générale de la guerre civile sierra-léonaise.

Charles Taylor aurait pu rester un obscur seigneur de guerre dont la sanglante réputation n'aurait pas dépassé les frontières du Liberia. Mais son élection à la tête du pays en 1997, à la suite d’un accord de paix entre les différentes factions armées, change la donne.

Diamants du sang

Le président libérien intensifie alors son soutien aux rebelles sierra-léonais du RUF en fournissant armes et munitions en échange de diamants bruts, donnant naissance au tristement célèbre commerce des "diamants du sang". L’objectif de Charles Taylor : contrôler les zones diamantifères situées dans l’est de la Sierra Leone, près de la frontière libérienne.

Les images de ces pierres précieuses, symboles universels de pureté, contrastent avec la cruauté sanglante des forces du RUF. Lors de l'occupation de Freetown, la capitale de la Sierra Leone, en janvier 1999, ces dernières se lancent dans une campagne de mutilation à grande échelle contre les civils.

Dans son jugement, le TSSL a balayé les arguments de la défense de Charles Taylor, selon lesquels l’ex-dictateur libérien n’avait aucun rapport avec les forces du RUF. Parmi les preuves retenues par l’accusation figure un gros diamant remis par des hommes de Charles Taylor au mannequin britannique Naomi Campbell après un dîner organisé en Afrique du Sud, en septembre 1997.

La chute du bourreau de Monrovia

En janvier 2002, la fin de la guerre civile en Sierra Leone marque le début de la fin pour Taylor, désormais connu comme le bourreau de Monrovia. Visé par un mandat d’arrêt international et menacé par une rébellion domestique soutenue par les États-Unis, il quitte le pouvoir en août 2003 pour se réfugier au Nigeria voisin. Le président déchu est finalement arrêté en 2006 et transféré à la prison de Scheveningen, près de La Haye, aux Pays-Bas.

Nul doute que le verdict du TSSL aura des répercussions au-delà des murs de sa cellule, délivrant un message fort aux dictateurs du continent africain : endosser un costume de chef d’État n’est plus une garantie d’impunité.

 

Première publication : 26/04/2012

  • LIBERIA

    L'ex-président Charles Taylor a collaboré avec la CIA, selon le Boston Globe

    En savoir plus

  • PROCES TAYLOR

    Naomi Campbell dit avoir reçu des "petites pierres à l'aspect sale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)