Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Un ex-Premier ministre de Moubarak revient dans la course à la présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2012

Écarté, dans un premier temps, de la course à la magistrature suprême, Ahmad Chafiq, ex-Premier ministre du président déchu Hosni Moubarak, va finalement pouvoir se présenter à la présidentielle du 23 mai, selon l'agence officielle Mena.

AFP - Le dernier chef de gouvernement du président égyptien déchu Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq, dont la candidature avait été invalidée par la commission électorale mardi, pourra finalement se présenter à la présidentielle du 23 mai, a annoncé mercredi soir l'agence officielle Mena.

"La commission électorale (...) a décidé de donner son accord à la participation d'Ahmad Chafiq à l'élection présidentielle, et ce, après avoir accepté son appel", a indiqué l'agence.

La commission avait écarté M. Chafiq en vertu d'une nouvelle loi, qui vient d'être ratifiée par le pouvoir militaire, interdisant aux plus hauts responsables de l'ancien régime de se présenter à l'élection.

Ministre de l'Aviation civile sous M. Moubarak, cet ancien général avait été nommé à la tête du gouvernement dans les tout derniers jours au pouvoir de l'ex-président, contraint à la démission sous la pression d'une révolte populaire le 11 février 2011.

M. Chafiq avait aussitôt contesté la décision de la commission de l'exclure de la course à la présidentielle.

Selon l'agence Mena, la commission électorale a également décidé de s'adresser à la Haute cour constitutionnelle pour qu'elle statue sur la constitutionnalité de l'amendement à la loi électorale approuvé par le Parlement le 12 avril, qui interdit aux piliers de l'ère Moubarak de se présenter.

Avant de ratifier la loi, le pouvoir militaire avait déjà demandé à la cour qu'elle se prononce, mais elle avait refusé en expliquant qu'elle ne pouvait statuer sur une législation qu'après son entrée en vigueur. Le Conseil suprême des forces armées, au pouvoir depuis la chute de M. Moubarak, a fini par ratifier la loi.

Le texte prévoit d'"interdire à tout président de la République, vice-président, Premier ministre, président du Parti national démocrate (PND, parti de M. Moubarak) maintenant dissous, secrétaire général ou membre de son bureau politique" d'exercer des droits politiques pendant dix ans.

La loi concerne les personnes ayant occupé un de ces postes pendant les dix ans précédant le 11 février 2011, date de la démission de M. Moubarak. Le texte ne vise pas les anciens ministres.

Première publication : 26/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

    La candidature de Souleimane officiellement rejetée

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Un ancien vice-président et des islamistes écartés de la présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des milliers d'islamistes dans la rue pour "protéger la révolution"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)